Autres journaux :



jeudi 5 avril 2018 à 10:19

Urgences (santé)

«Craindre la situation plutôt que les solutions» selon l'ARS



 

L’Agence Régionale de Santé de Bourgogne-Franche-Comté a présenté ses solutions pour améliorer la situation dans les services d’urgences des hôpitaux de la région. Des réponses aux situations conflictuelles à Clamecy (Nièvre), Tonnerre (Yonne) mais aussi Châtillon-sur-Seine (Côte-d’Or). De son côté, le centre 15 du CHU Dijon-Bourgogne va être développé.

 

Pour lire la suite, cliquez sur : http://www.infos-dijon.com/news/bourgogne-franche-comte/bourgogne-franche-comte/urgences-craindre-la-situation-plutot-que-les-solutions-selon-l-ars.html

 

 

 

 

ARS 050418

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer




2 commentaires sur “Urgences (santé)”

  1. Josall71 dit :

    Long et beau discourt du directeur de l’ARS suer les services d’urgence de la région…qui n’a jamais cité Monceau les Mines! Les secteurs conflictuels sont ailleurs!!!
    Il reconnait qu’il y a des déséquilibres entre les zones urbaines et rurales sans dire que les urgentistes comme la très grande majorité des professionnels de santé préfèrent rester prés des facultés. Ceux-ci n’ont, hormis les pharmaciens et de façon plus légère les infirmiers(ières), aucune contrainte de couverture équilibrée des territoires.
    Et comme chacun le sait Montceau est une zone peu peuplée donc ne « méritant » pas un vrai service d’urgences.
    Les lieux de tension sur ce plan sont souvent des agglomérations presque moitiés moindres que la CUCM SUD mais plus « sensibles ».
    Le manque de médecins évalué entre 140 et 220 sur la région serait réduit grâce à 25 places supplémentaires en facultés? Donc passée la période de formation (11 ans?) les premiers médecins viendront en renfort, ce qui pour arriver à combler le « trou » prendra entre 6 et 9 ans …s’ils veulent bien aller dans les zones démunies!
    L’objectif étant que tout soit gérer sur le Groupement Hospitalier de Territoire (GHT) il n’y aurait que de vrais centre d’urgence à Chalon et Macon pour la Saône et Loire! Les cas lourds bénéficiant (dans quels délais et conditions) d’un baptême de l’air en hélicoptère!
    Conclusions si, à juste titre, la bobologie ne doit plus encombrer les urgences les cas plus graves risquent de se voir « balader » d’ambulances en hélicoptères toujours plus loin de chez eux. Et Montceau les Mines, par la route, et à plus de 30 mn de vrais services d’urgences si l’on en croit les temps évalués par le site des cartes « Michelin ».
    Comme quoi quand un problème devient trop gênant et sort des limites…on l’ignore, le tait etc…

    • lebonsens dit :

      Bonjour,

      Bon résumé.

      En fait L’A R S nous ignore totalement !

      Encore un « énarque enfumeur » entouré de son aéropage d’intellectuels qui sont payés très cher pour « endormir »
      la population !

      Que de contradictions dans le discours !

      Qui osera imposer la PREMIERE AFFECTATION des jeunes diplômés dans les zones dites « tendues » ?

      Dans l’éducation nationale on ne choisit pas son premier poste.

      Il est plus facile pour MACRON et son équipe de ponctionner les retraités que de batailler avec le lobby des médecins !

      Monsieur le Président MACRON n’ a pas de soucis à se faire, son leitmotiv « réformes, réformes » est bien porté !

      Nous sommes dans la M…. !