Autres journaux :



dimanche 2 décembre 2018 à 05:40

Hopital public de Montceau: les usagers ne baissent pas les bras !

Une vision sur le long terme






 

 

Samedi 1er décembre s’est tenue à la salle Devos des Bois-Francs à Saint-Vallier une conférence initiée par le CODEF ( le collectif de défenses des hôpitaux).

 

Etaient invités i à cette occasion M.Le directeur de l’Hopital de Montceau, Nicolas Riddoux et le docteur Olivier Jarry, pneumologue à l’hôpital et président de la CMe, commission médicale représentative du personnel médical .

 

 

 Mr Prieur, président du Codef, avait invité le docteur Christophe Prudhomme, lui même médecin urgentiste  en Bourgogne-franche -Comté, médecin  et syndicaliste  très engagé dans les analyses et les actions à mettre en œuvre pour défendre l’hôpital tel que les usagers le souhaitent :  riche de ses différents secteurs , et le plus proche possible de chez eux . Tel fut le sujet de sa conférence aujourd’hui .

 

 

 Une politique des niveaux qui ne convainc  personne

 

 

Si on considère que l’exigence citoyenne majeure est un hôpital pour tous  capable de répondre aux besoins de santé de la population, qu’on soit un peu ou très en souffrance , riche ou précaire, « quelques soient nos besoins et nos moyens » dit M. Prieur  ,  force est de constater que le malaise est grand partout en France car les hôpitaux n’offrent plus la totalité des services attendus, la politique n’étant pas  de proposer des soins de proximité mais bien au contraire d’éclater à plusieurs niveaux les propositions de soins . C’est comme cela qu’on ne peut plus effectuer à l’hôpital de Montceau de petits actes de chirurgie , tels que l’opération de la cataracte, la pose d’un pace-maker, la remise en fonctionnement du canal carpien ! Il faut aller ailleurs, Chalon ou Paray le Monial, selon la pathologie . Et on ne peut plus espérer les appareils de coronographie à Chalon sur Saône, il va falloir aller à Dijon !

 

 

Ce système étagé est mis en place dans la France entière, ce  qui explique le grand malaise à Clermont-ferrand, à Saint-Brieuc, à Besançon   où les urgences sont actuellement en grève, et tous ces petits hôpitaux non rentables qu’on ferme un peu partout !

 

 

 

Une vision mercantile du service public qu’il faut combattre .

 

 

Car voila bien le problème essentiel: l’hôpital public doit-il être rentable, en même en équilibre financier avant tout, avant même la qualité et la proximité des offres de soin ?

 

 

Qu’on se place ici ou là, la réponse n’est forcément pas la même .

 

 

Prenons l’exemple de l’hôpital  Montceau les Mines. Le service de chirurgie ambulatoire a été fermé. Qui a vraiment pris la décision de sa fermeture?  Surement pas les responsables locaux qui avaient clairement affirmé que cette fermeture ne réglerait pas le déficit financier de l’hôpital , qui s’élevait à environ 15 millions d’euros ! Non, c’est une instance supérieure, l’ARS, qui a d’après les informations que le Codef a du aller chercher auprès d’un avocat,  a choisi cette solution radicale , sans qu’on sache véritablement si cette solution aura été tout à fait légale, comme l’a reprécisé Mme Jarrot, maire de Montceau.

 

 

 

  1. Le directeur actuel de l’hôpital lui-même informe que , clairement, la suppression de la chirurgie ambulatoire ne permettra pas de pallier au redressement financier de l’hôpital dont les charges sont lourdes ,avant quelques années et encore, si on réduit les dépenses . Dans quels domaines va-t-on réduire les dépenses dans le prochain projet d’établissement où les personnels , quoique satisfaits de la certification accordée à l’établissement pour lequel ils travaillent vaillamment, vont devoir faire face à des coupes budgétaires qui impacteront, soyons-en certains, la qualité de leurs conditions de travail et celle des soins proposés.

 

 

Bien évidemment, l’hôpital de Montceau reste un lieu de soin de qualité, riche des 21 spécialités représentées, de l’augmentation , petit à petit , du nombre de lits, du recrutement des médecins , urgentistes ou spécialistes , très difficiles à recruter , mais doucement, l’équipe des 70 médecins s’étoffe . Il  faut aussi voir les choses positives qui font avancer l’hôpital de médecine tel qu’il est  aujourd’hui . Mais peut-on véritablement parler d’hôpital à part entière quand il manque pour le moins la chirurgie ambulatoire ? Ne pourrait-on pas plutôt penser à une vaste maison médicale ?

 

 

 

La revendication des citoyens, de leurs élus, de leurs associations d’usagers en particulier du Codef reste la réouverture de la chirurgie ambulatoire  à Montceau, c’est pour cela qu’ils se battent, pour chacun et pour tous  les 105000 usagers  de ce bassin de vie qui habitent à moins de 30 minutes de leur hôpital.

 

 

 

 

Une vision sur le long terme

 

 

 

Bien sur des travaux, des aménagements sont prévus dans le projet de l’établissement . Bien sur !  mais pas le réouverture de la chirurgie. Et pourtant , qu’est-ce qui empêcherait d’y penser ? Il semble que, administrativement, ce ne soit pas impossible . Financièrement, et si on revoit comment ce secteur pourrait aider plutôt qu’amputer l’équilibre budgétaire, la réflexion reste ouverte . 

 

 

 

Car un hôpital qui dépend comme c’est le cas aujourd’hui du bon vouloir de la commission d’attribution des aides ( 9 millions cette année) aux bons petits soldats qui respectent les lignes de la politique de santé politiquement correcte , alors cet hôpital n’a pas les mains libres ! Il faudrait bien au contraire envisager comment augmenter les recettes , localement , pour que les propositions de soins soient plus conformes aux souhaits des habitants ! Cela coûte cher de prendre l’hélicoptère pour aller vite sur Chalon ou sur Dijon! Cela couterait sans doute moins cher d’accueillir à Montceau des chirurgiens  qui viendraient selon les besoins, exercer leur art sur place . Et si on ( mais qui demande un homme dans le public) a fermé la maternité, puis la chirurgie ambulatoire , ne risque-t-on pas de fermer autre chose? Et quoi ? Même si M.le directeur de l’hôpital se veut rassurant  » non, il n’a jamais été question de faire disparaitre les urgences à Montceau!  » , qu’on se le dise, il y a pourtant  de quoi aussi d’être inquiets? C’est légitime cette peur qui nous habite , car pour combien de temps, ca dure combien de temps le « moyen terme »?

 

 

 

Le Codef a encore une fois aujourd’hui, en accueillant le docteur Christophe Prudhomme, redonné de la vigueur au combat qui ne s’arrête pas . Plus encore il s’affine. Des députés prennent des décisions qui ne permettent pas aux hôpitaux de faire ce qu’ils ont devoir de faire , garder le plus possible en santé les populations .

 

 

 » Face aux questions, face aux problèmes , des solutions existent « . L’idéal serait de les réfléchir ensemble : usagers, élus ,associations, administrateurs , politiques . La conférence s’est terminé sur ce souhait démocratique fort de sa détermination .

 

 

 

 

 

codef 0212183

 

 

codef 0212182

 

 

 

 

 

codef 0212184

 

 

codef 0212185

 

 

codef 0212186

 

 

codef 0212187

 

 

codef 0212188

 




Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer




5 commentaires sur “Hopital public de Montceau: les usagers ne baissent pas les bras !”

  1. lenoir dit :

    pour partie vous avez contribuer a la disparition de l hôpital avec nombre d embauche privilégiant la relation personnelle plutôt que la competence voir le nombre d admnistratifs dans cet hôpital
    on voit le resultat et les memes ralent de cette situation que ils ont eux meme cree

  2. protektaur dit :

    Lenoir, pourriez vous être plus précis dans votre commentaire?
    Jeter le discrédit sur une catégorie de personnels n’apportera rien au débat!
    Aujourd’hui, l’enjeu est vraiment tout autre.
    L’ hôpital de Montceau doit-il s’opposer à la décision de l’ARS pour envisager la ré-ouverture de la chirurgie ambulatoire, fermée brutalement au Printemps?
    Agir maintenant tous ensemble pour le bien de chacun, oui, mais avec qui, quand, comment?

  3. ORCHIDEE57 dit :

    Lenoir Vous avez perdu une occasion de vous taire.. Qu’est ce que vous avez contre les administratifs ?
    Pour y avoir travailler, je sais que les administratifs font leur boulot comme les autres….Quand à vos sources elles sont fausses… Et comme dirait protektaur là n’est pas le problème, vous êtes à côté de la plaque

  4. paule dit :

    Pas d économie avec les blocs fermés,donc on les frais du personnel et d exploitation continus,bizarre cette fermeture avec maintien des dépenses,sont elles ailleurs