Autres journaux :



dimanche 7 juin 2015 à 05:12

Center Parcs (Le Rousset)

Visite du site et atelier « impacts sur l'environnement »



 

 Visite du site et atelier

 

 

« impacts sur l’environnement »

 

 

 

Ce samedi après-midi, la Commission Particulière des Débats Publics (CPDP) poursuivait les ateliers après avoir tenu la veille un atelier à Saint Bonnet de Joux et portant sur les équipements publics induits et l’impact sur la vie locale.

 

 

 

Ce samedi en début d’après-midi, la CPDP  avait d’abord organisé une visite de terrain constituée de plusieurs points : l’étang du Rousset avec deux spécialistes de la cistude d’Europe, une tortue aujourd’hui menacée ; puis la forêt du Rousset et le site d’implantation du projet ; enfin le site d’implantation de la station d’épuration des eaux usées à Marizy.

 

 

 

La cistude d’Europe, une espèce menacée dans l’étang du Rousset

 

 

Cécile Diaz du Conservatoire d’Espace Naturel de Bourgogne et Damien Lerat de la Société d’Histoire Naturelle d’Autun, ont accueilli les personnes intéressées sur les bords de l’étang du Rousset.

 

 

L’étang du Rousset se situe à quelques centaines de mètres du lieu d’implantation du projet du Center Parcs. Situé sur une zone Natura 2000, l’étang est ainsi reconnu comme un espace protection, en raison de la présence de la cistude d’Europe, espèce de tortue actuellement menacée.

 

 

Cette petite tortue qui peut mesurer de 10 à 20 cm, est une tortue aquatique qui vient sur terre uniquement pour pondre. Elle vit plus de 50 ans voire plus. Heureusement, car il y a beaucoup de pertes sur les nids (jusqu’à 90 %).

 

L’enjeu principal, si le projet du Center Parcs se faisait, tient surtout à l’élargissement de la voie d’accès au parc, qui pourrait avoir une incidence sur la vie de la cistude. En effet, le petit animal a besoin de calme pour vivre et se reproduire.

 

On en sait d’ailleurs assez peu sur son implantation en Bourgogne, raison pour laquelle des études sont menées depuis 5 ans sur cette tortue. Il s’agit pour l’instant de quantifier la population de l’animal.

 

Cécile Diaz a indiqué que plusieurs mesures de protection, notamment pour favoriser la reproduction de la cistude d’Europe, ont été mises en place en partenariat avec certains éleveurs. Toutefois elles ne se sont pas généralisées, car elles s’appuient sur le volontariat. Les éleveurs volontaires diminuent le nombre d’animaux dans les champs jouxtant l’étang. Cela a pour effet de moins tasser le terrain et de faciliter l’enfouissement des œufs de la cistude par celle-ci.

 

Par ailleurs des fouilles archéologiques ont permis de montrer la présence de la cistude d’Europe dans notre région depuis – 1500 avant JC.

 

 

 

Présentation du projet Center Parcs, dans la forêt

 

 

Deuxième site de la visite, la forêt a fait l’objet de tous, élus, comme citoyens.

 

 

Le long du chemin forestier, des salariés de Center Parcs attendaient les groupes afin d’expliquer les implantations des équipements dans le paysage actuel. Le paysagiste-urbaniste du projet était également présent pour expliquer les choix de certains matériaux et la gestion de la forêt.

 

Sur le chemin, un des membres du collectif du Geai, travaillant à l’ONF, a alors pris la parole :

 

 

« Voilà une forêt qui nous est présentée comme n’ayant aucune valeur biologique. D’un côté, on a une partie humide. On a des douglas qui se portent bien. ». L’intéressé a tenu clairement un discours en faveur de la valeur de la forêt, une valeur sous-estimée selon lui.

 

Durant cette visite, ce sont à la fois les pour et les contre qui se sont affrontés.

 

Sur le chemin, Jean-François Lautissier, ancien élu au Conseil général, revenait sur les raisons de son vote en faveur du projet : dynamiser le territoire, le social, l’emploi.

« Quand on a une opportunité comme celle-ci, on la prend » a-t-il déclaré.

Pour lui, Center Parcs sait évoluer et tenir compte des remarques. « Ils sont ouverts » a-t-il ajouté.

 

Plus loin, une intervenante de Pierre et Vacances, plan à la main, montrait les zones humides identifiées, la localisation des cottages et l’emplacement des équipements techniques (de loisirs).

 

 

Questionnée sur les changements des plans depuis le début du projet, elle a indiqué que pour le Center Parcs de la Vienne, le plan avait reçu une quarantaine de changements (certains mineurs). Dans le cas du projet du Rousset, les équipements techniques par exemple ont été déplacés car ils étaient trop proches de l’étang de Jarrat, zone jugée sensible du point de vue environnemental, par le cabinet d’experts de Confluence, mandaté par Pierre et Vacances.

 

Pour finir, c’est le paysagiste-urbaniste du projet qui a accueilli le groupe afin d’expliquer la gestion de la forêt. Il a ainsi indiqué : « Lorsqu’on coupe un arbre, on en replante 5 ou 10 indépendamment des obligations légales. L’objectif est d’obtenir un milieu forestier dense ».

Plus tard lors du débat en salle, on a appris que sur les 70 hectares de forêt, il était prévu d’en couper entre 30 et 40.

 

Rapidement des discussions plus spécifiques ont porté sur la nature des revêtements utilisés pour les routes et les petits chemins. Les doutes des uns ont rapidement agacé les autres. Le ton est parfois monté.

 

Même après avoir déclaré que l’objectif de la gestion du bois était de respecter le boisement, le paysagiste n’a pu le doute de certaines personnes présentes.

 

Pendant que d’autres s’étaient rendus sur le site de la futur STEP, d’autres s’attardaient dans le forêt du Rousset afin de mieux comprendre l’implantation du projet.

 

 

 

L’atelier « Impacts sur l’environnement »

 

 

 

L’animateur de l’atelier (Philippe Quévremont, membre de la CPDP) a proposé le déroulement suivant de l’atelier :

 

 

  • Impacts dans le domaine de l’eau (zones humides, eaux pluviales et de renouvellement des eaux du centre aquatique, etc.).

 

  • Impacts dans le domaine des milieux naturels (zone Natura 2000 de l’étang du Rousset, espèces protégées).

 

  • Et questions relatives à l’énergie.

 

Pour chaque thème, le maître d’ouvrage (ou ses conseils) ont exposé les impacts prévisibles (dans la logique E, R,C : Eviter, Réduire, Compenser) en fonction de l’état d’avancement des études.

 

Actuellement un état des lieux de la forêt a été rédigé et est consultable sur le site de la CPDP.

 

http://cp-lerousset.debatpublic.fr/autres-rendez-vous-du-debat

 

Sur la présentation des résultats d’étude de la faune et de la flore, c’est le bureau d’études Confluence qui l’a réalisé pour Pierre et Vacances. Les résultats présentés demandent pour certains à être confirmés par une étude complémentaire qui sera réalisée prochainement.

 

A la suite d’une première phase de la présentation, des questions précises ont été posées sur les réseaux d’eau et d’assainissement, sur la pollution lumineuse et l’impact sur les insectes nocturnes ou encore sur Schéma d’Aménagement de Gestion de l’Eau (SDAGE). Pierre et Vacances ne s’est pas toujours trouvé en mesure de répondre.

 

 

Aussi l’animateur a noté les questions auxquelles le promoteur s’engageait à répondre sur le site de la CPDP.

 

De nombreuses questions ont particulièrement porté sur la gestion de l’eau par Center Parcs : quelle gestion des eaux pluviales ?

Sur ce point, Center Parcs a montré une réflexion avancée sur la gestion de ce type d’eau, par une récupération sur les gros équipements pour une réutilisation dans les toilettes par exemple. Ainsi des bâches maçonnées de stockage sont prévues pour récupérer ces eaux.

 

La question de la déchloration par évaporation des eaux de piscine a laissé en revanche plus de doutes sur la méthode dans l’assemblée.

 

 

« Les mesures de précaution d’usage » sur le chantier, n’ont pas non plus réussi à rassurer les participants. Aussi l’animateur de la CPDP a-t-il demandé à Pierre et Vacances de préparer des précisions sur ce point.

 

Globalement, cette séance de débat a été cordiale, permettant à chacun de s’exprimer.

 

Toutefois, les opposants au projet ont regretté que depuis le début des débats, toutes les questions n’aient pas pu obtenir de réponses. Initialement il était prévu que les services concernés répondent dans un délai d’un mois à partir de la réception d’une question. Ce délai est déjà dépassé pour certaines questions.

 

 

C’est pour cette raison que la date de la fin de la CPDP a été repoussée au 4 septembre : afin de permettre aux services et à Pierre et Vacances de répondre à l’ensemble des questions posées.

 

Et comme l’indiquait Madame Brévan, rien n’est joué ! Ce débat ne prévaut pas de la suite du projet.

 

 

 

Des tensions au Rousset ?

 

 

 

Parallèlement aux réunions de la CPDP, un courrier de certains habitants du Rousset a été déposé dans les boîtes aux lettres de la commune pour dénoncer des pratiques « inadmissibles ».

 

 

Plusieurs points ont semblé agacer certains habitants : « 1. Voilà 2 ans nos édiles ont décidé unilatéralement de se désolidariser de la Communauté de Communes de La Guiche […]. Résultat : on se retrouve dans une autre Communauté de Communes. Conséquence non négligeable ; nous avons du racheter l’étang (400 000 euros). Avez-vous participé à la décision ? Nenni »

*

 

A cela s’ajoute le changement du canton et l’annonce d’une fusion des communes du Rousset et de Marizy, qui ne semblent pas être du goût des signataires.

 

Souhaitons-leur de retrouver un peu plus d’apaisement.

 

S’agissant de la CPDP du Rousset, le prochain atelier se tiendra lundi 8 juin à la Ferme expérimentale de Jalogny sur le thème de l’agriculture.

 

 

Pour davantage de renseignements, visitez le site de la CPDP. Vous pouvez également y retrouver les  enregistrements des débats qui ont tous été enregistrés jusqu’à présent.

 

http://cp-lerousset.debatpublic.fr/

 

Émilie Mondoloni

 

 

 

center visite 07061516

 

 

 

center visite 0706152

 

 

 

center visite 0706153

 

 

 

center visite 0706154

 

 

 

center visite 0706155

 

 

 

center visite 0706156

 

 

center visite 0706157

 

 

center visite 0706158

 

 

center visite 0706159

 

 

center visite 07061510

 

 

 

center visite 07061511

 

 

 

center visite 07061512

 

 

 

center visite 07061513

 

 

center visite 07061514

 

 

center visite 07061515

 

 

center visite 07061517

 

 

center visite 07061518

 

 

center visite 07061519

 

 

center visite 070615120

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer




3 commentaires sur “Center Parcs (Le Rousset)”

  1. Babs210 dit :

    Je parie que les éternels raleurs (pour rester polie) ne dirait pas non à un bon plat de cuisses de grenouilles !!! Occupez-vous plutôt des mines que l’on prévoit dans la région. Quand à vos chers « zadistes » vous seriez les premiers à hurler de peur devant eux. Allez les bobos, fini de jouer ! laissez les grands travailler!!!

    • Raspoutine dit :

      Pourquoi Pierre et Vacances ne se risque pas à investir dans son projet, qui sans l’argent public n’existerait pas?
      Dans une circulaire remise aux préfets les ministres de l’économie et de l’intérieur rappellent que les collectivités sont tenues d’observer la plus grande vigilance dans les montages financiers et juridiques des partenariats publics privés.
      En 2003 le tribunal administratif de Dijon a interdit pour ces raisons l’implantation de cette société.

    • catalogne dit :

      Manque de pot pour vous, il n’y a plus de cuisses de grenouilles françaises commercialisées. C’est interdit( à de très rares exceptions). Celles que l’on mange dans les restaurants proviennent, au mieux, de TURQUIE.