Autres journaux :


dimanche 25 octobre 2015 à 05:49

Joseph Jeannot élevé au grade de chevalier de l’ordre du Mérite

Un homme qui a tracé son sillon



 

Un père sorti des écoles spéciales Schneider, reconverti par vocation dans l’agriculture, ancien combattant de 14/18 : « ce fut un guide qui a su me donner les bases et m’apporter la solidité et la constance ». C’est en substance une des explications au parcours de vie exemplaire de Joseph Jeannot qui va être honoré dimanche à la Mairie de Sanvignes.

 

 

 

jeannot 2210152

 

 

Une autre explication tient au hasard d’une consultation de dossier. Mais sans la première la seconde n’aurait sans doute pas eu un tel impact. Joseph Jeannot a fait 26 mois en Algérie, au 2ème bureau, service de renseignement. Pour faire partie de ce service d’élite, surtout entre 1960 et 1962 (26 mois sur le théâtre d’opé.), il fallait des qualités intellectuelles mais aussi une probité et une honorabilité à toute épreuve. Donc on faisait appel au maire de la commune de l’impétrant pour attester de cette moralité. Au gré de la consultation des dossiers, le Sergent Jeannot est tombé sur le sien, et a constaté qu’un Maire avait un impact sur la vie de ses administrés et qu’il pouvait ainsi être utile à chacun. Joseph Jeannot avait trouvé sa voie : « être utile à chacun au travers d’un engagement politique. »

 

 

Cela s’est concrétisé en 1977 quand sur la demande de l’ancien Maire il a été candidat. Elu, désigné Adjoint il a siégé au conseil municipal avec Pierre MASSAL, Daniel VAILLARD comme Maires avant de le devenir à son tour de 1989 à 1995.

 

 

Ce sont Messieurs Jarrot et Pourny qui vinrent le trouver en 1982 pour qu’il se présente aux élections cantonales. Elu il a assumé deux mandats au conseil général dont il fut et Vice-Président chargé de l’agriculture, président de la commission agriculture. Ce fut M. Emorine, actuellement Sénateur, qui lui succéda dans ses fonctions.

 

 

Puis en 1986 Dominique Perben l’incita à se présenter à la région.

 

 

On dira ce que l’on voudra mais voilà de bonnes fées qui se penchent sur le berceau politique de Joseph Jeannot. Et ce n’est jamais un hasard lorsque les grandes pointures sur penchent sur vos potentialités.

 

Et tout en traçant un sillon profond et bien rectiligne en politique, ce combattant va œuvrer en parallèle à la FNACA et au comité de liaison des associations d’anciens combattants de Sanvignes pour honorer le souvenir des 30 000 camarades morts en Algérie.

 

Il y a des gens comme ça qui ne peuvent se replier sur eux-mêmes, sur leur petite vie. Ils se sentent redevables des autres. Et il semble que ce soit héréditaire, transmissible de père en fils. En même temps lorsque l’on rencontre le père chez le fils Alain, dans la pâtisserie chocolaterie de ce dernier, on ne peut que constater et goûter.

Dimanche matin à la Mairie de Sanvignes il y aura de l’écharpe tricolore : un sénateur, une députée, un Maire, si ça se trouve plusieurs. Et la barrette sera fournie puisque par exemple le parrain de Joseph Jeannot est Roland Gelet, Chevalier de la légion d’honneur, chevalier de l’ordre du mérite.

 

 

Rappelons que l’ordre national du mérite est chargé de stimuler les énergies individuelles, de fédérer toutes les volontés et de récompenser l’innovation et la participation au rayonnement de la France. Il a été institué le 3 décembre 1963 par le général de Gaulle en récompense de mérites distingués, militaires (d’active et de réserve) ou civils, rendus à la nation française. Joseph Jeannot répond aux deux entrées, civile et militaire.

 

 

Dans l’ordre protocolaire de port des principales décorations françaises, l’ordre national du Mérite arrive en quatrième position. Le classement est le suivant : ordre de la Légion d’honneur, ordre de la Libération, Médaille militaire, ordre national du Mérite. Deux de ces 4 distinctions ont été créées par des Bonaparte (Légion d’honneur, Napoléon ; médaille militaire, Louis Napoléon), deux par le Général de Gaulle. Cet ordre comprend trois grades : chevalier, officier et commandeur ainsi que deux dignités : grand officier et grand-croix. Joseph Jeannot à 75 ans a encore du temps devant lui pour continuer à prendre du grade dans l’ordre national du mérite.

 

 

Gilles Desnoix

 

 


jeannot 2210153

 

 

 

joseph jeannot 2210152

 

 

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer




2 commentaires sur “Joseph Jeannot élevé au grade de chevalier de l’ordre du Mérite”

  1. dany71 dit :

    bravo joseph, beau parcours, félicitations

  2. dom71 dit :

    Bonjour Mr. Jeannot,
    nous ne nous connaissons pas mais peu importe, je vous adresse toutes mes félicitations pour votre parcours, vos actions et votre investissement.