Autres journaux :



jeudi 10 décembre 2015 à 07:09

Nouvelle rubrique : épisode 8…

… les reconnaissez-vous ?



 

Voici une nouvelle photo pour la rubrique « Les reconnaissez vous? »

 

Jérémy

 

 

Cette photo a été prise après guerre lors d’une réunion d’anciens du maquis.

On peut y voir les membres de la 2ème section, dite « Groupe Georges » de la 5ème compagnie (appelée « Groupe Fred ») du 2ème Bataillon du Charollais.

 

J’ai déjà évoqué le « groupe Fred » lors d’une de mes précédentes demandes d’identification (sur cette photo Fred est à genoux entre les 2 drapeaux). Quant au « groupe Georges », il constitue donc la 2ème section de cette compagnie. Il stationne avec elle dans les Bois de Marizy au lieu dit Grivéry, à proximité de la Guiche. Le chef de cette section est Georges Marchandiau, instituteur à Blanzy dès 1942, date à laquelle il entre dans la Résistance.

Dans un premier temps, il participe à la distribution de tracts et de journaux clandestins. En juin 1943, à la fin de l’année scolaire, il se fait engager à la mine comme mineur de fond afin d’échapper au Service du Travail Obligatoire. Cependant il peut reprendre son poste dès la rentrée 1943 sans être inquiété. En parallèle à son enseignement, il recrute de nombreux volontaires pour la Résistance. En décembre il participe à un sabotage de voie ferrée à Blanzy.

A l’approche du Débarquement, il a recruté une cinquantaine d’hommes qui attendent ses ordres pour rejoindre le maquis. Deux jours après le Débarquement de Normandie, il guide lui-même son groupe depuis Blanzy et à travers la campagne jusqu’au Mont Saint Vincent, point de ralliement des maquis de l’Armée Secrète de Montceau-les-Mines. Toutefois, l’attaque du 10 juin disloque son groupe ; mais quelques-uns sont volontaires pour une contre-attaque et parviennent à contenir les allemands quelques temps avant de décrocher.

Quelques semaines plus tard, à la création du 2ème Bataillon du Charollais, il intègre avec son groupe la 5ème compagnie, dont il devient le chef. Son groupe se distingue particulièrement à l’embuscade de Charrecey le 4 septembre et aux combats pour la libération de Montceau-les-Mines le 6 septembre et d’Autun le 8. Au cours de ce dernier combat, « Georges » est blessé à la cuisse droite par un éclat d’obus de mortier allemand. Il est alors évacué à l’hôpital de Montceau.

Après un mois de convalescence forcée, il rejoint ses camarades engagés dans la 27ème Division d’Infanterie Alpine qui combat sur le front des Alpes. Il est affecté à l’Etat-Major comme officier au chiffre (chiffrage et déchiffrage des messages codés), poste qu’il conserve quand il est transféré à la 7ème ½ brigade de Chasseurs Alpins. Il est démobilisé en octobre 1945 et reprend alors sa vie civile.

Pour son action dans la Résistance, « Georges » obtient la Croix de Guerre avec étoile de bronze. Il obtient une citation à l’ordre de la brigade : « Jeune officier très courageux, a toujours été un exemple pour ses hommes. S’est particulièrement distingué au combat d’Autun le 8 septembre 1944 où il a été blessé. »

Tous les hommes avec un numéro n’ont pas été identifiés.

Reconnaîtrez-vous un parent ? Dans ce cas, contactez-moi.

Comme d’habitude mes coordonnées : 06.16.73.28.13 ou jeremybeurier@hotmail.com

Merci de votre aide.

J.Beurier

 

 

BEURIER 0712152

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer