Autres journaux :



samedi 13 février 2016 à 05:52

La Saint-Valentin : d’où ça vient et combien ça coute ?

Petit retour, avec légèreté, sur la Décrétée fête des Amoureux du 14 Février..




La fête d’origine anglo-saxonne, dite de la Saint Valentin, se célèbre le 14 Février et ce, chaque année régulièrement en France, depuis le début des années 1980. Celle-ci trouve ses origines, selon les versions historiques des uns et des autres, à l’époque de la ROME Antique, sachant que les seules origines « vérifiées » sont datées du moyen-âge.

 

Une majorité de chercheurs estiment cependant, que Trois Saints peuvent être à la génèse de la Saint Valentin. À savoir l’Empereur Romain Claude II, Valentin de Rhétie et L’évêque de Terni. Pour ce dernier, grand Saint réputé pour ses dons de guérisseurs, l’histoire nous enseigne qu’il fût décapité lui et un certain Valentin, et ce, un 14 Février en l’An 269 à ROME. Arrêtons nous en là, tant les avis divergent. Et comme dirait le regretté Pierre Desproges, « dix verges » c’est énorme (!)

 

 

L’histoire de la Fête ou l’Histoire de l’Amour.. ?

 

 

Au départ, l’idée était de raconter les origines historiques, vérifiées ou sous forme d’hypothèses, de cette fête des amoureux. Très vite, ma volonté première a été dépassée par la toute-puissance du mot associé à cette journée si particulière, j’ai nommé l’Amour.

 

 

Le grand, le beau, l’ultime étape de l’accomplissement de soi. L’amour avec un grand A, celui qui fait chavirer et battre notre cœur. Parfois si fort et sans prévenir, il est inattendu, volage, subtil et enchanteur à la fois. Celui qui nous transperce, au point de pouvoir nous faire vaciller, le genre de moment où l’on sent la barque de notre vie tanguer dans les eaux troubles d’un destin cruel, d’un amour déchu.

 

 

L’amour est destructeur par définition. Et malheureusement, il n’est pas éternel. On ne le reconnait pas à son côté éphémère non plus me direz vous. Et vous avez raison. Mais la confiance qu’il génère, lorsque celui-ci est véritable, est transcendantale.

 

 

Beaucoup confondent encore, l’amour et l’égo. Nombreux sont ceux, et moi le premier, à s’enticher de sentiments, que l’on pense amoureux, de manière hâtive, dès lors que les premiers instants avec l’être cher sont enthousiasmants ô possible. Tout le monde ou presque a déjà connu cette sensation, la peur de s’attacher trop vite, la peur de Tomber… amoureux.

 

 

Suis-je amoureux ? Question incongrue, voire déconcertante, mais souvent rabâchée dans l’esprit commun, et plus encore chez les femmes qui s’empresse de se questionner, « Je crois que je suis en train de tomber amoureuse..» Pourquoi emploie-t-on le verbe « Tomber », ne serait-ce pas là un aveu de faiblesse de notre langue, face à la démesure qui se dégage des sentiments amoureux ?

 

 

Sinon, Combien ça coûte une Saint Valentin Réussie.. ?

 

 

Encore une fois, les êtres humains n’ont pas compris. La valeur d’un sentiment amoureux n’a pas de prix, il ne se commerce pas. Pourquoi utiliser ce titre alors, si je ne compte pas faire office des dépenses inhérentes à cette journée si particulière dans le cœur des gens ? Pour attirer votre attention sur tout autre chose, les dépenses affectives.

 

 

Vous souhaitez faire plaisir à votre compagne/compagnon ? Offrez lui toute votre attention, votre temps n’a pas de prix, faîtes en un peu plus qu’à l’accoutumée, servez par exemple un petit déjeuner au lit de manière à le/la surprendre et à vous surprendre vous-mêmes. (Si il/elle lit Montceau News, trouvez autre chose, soyez original)

 

 

Soyez simple. Vous voulez offrir des fleurs ou plus encore et vous n’avez pas les moyens de vos ambitions ? Pas de panique, le plaisir se trouve dans les choses simples, cueillez une fleur de son jardin et offrez lui, genou à Terre. N’ayant pas peur du ridicule, il ne tue pas. L’effet sera décuplé, tant la sincérité qui jaillit d’une telle action, sublime la fleur qui devient, telle une cigogne pour la paix et la prospérité, le symbole vivant de votre amour.

L’an dernier une étude sérieuse a montré le différentiel des dépenses moyennes des hommes, pour la Saint Valentin, suivant leurs positions géographiques. Paris, Caen ou lyon figuraient parmi les villes les plus dépensières le 14 Février approchant, à l’inverse à Tours ou au Havre, la dépense moyenne par homme dépassait à peine dix euros. Après tout, c’est l’intention qui compte.

 

 

Bonne fête à tout nos lecteurs, amoureux ou célibataires, seul(e)s ou en couple, avec ou sans enfants, ce dimanche, pensez à célébrer l’amour là où il se trouve. On aime aussi nos ami(e)s, ne l’oubliez pas.

 

 

Mustapha Sofi

 

 

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer




Un commentaire sur “La Saint-Valentin : d’où ça vient et combien ça coute ?”

  1. Daniel dit :

    Une fleur de son jardin un 14 février ? pas facile à trouver !!