Autres journaux :


lundi 15 février 2016 à 19:03

Archives départementales (Saône-et-Loire)

Le Censier, miraculé de Cluny, doyen de l’Académie de Mâcon, les intègre !



C’est Colette Tonneau, membre de l’Académie de Mâcon, une des plus anciennes sociétés savantes de la ville préfecture, l’unique académie des sciences, arts et belles lettres de Saône-et-Loire, qui a remis officiellement le Censier à André Accary, président du Conseil départemental. Non sans tristesse, car cet ouvrage est sans conteste le doyen des 30 000 trésors de l’Académie. Mais c’est pour lui garantir une retraite sereine, sous haute protection, qu’il a été confié aux bons soins des Archives départementales, comme s’y était engagé Jean-Michel Dulin, le prédécesseur de Vincent Dauvergne à la présidence de l’Académie.

 

Dans les mains gantées de Colette Tonneau, le précieux manuscrit du XIVe siècle porte peu de stigmates des époques qu’il a traversées, tel un miraculé, comme s’il avait bénéficié, au fil du temps, de la protection des frères de l’Abbaye de Cluny où il a vu le jour… La reliure ancienne aux plats en bois de chêne couverts de peau révèle des pages en parchemin sur lesquelles sont couchées les redevances annuelles des maisons qui dépendaient du monastère, et les dépenses de l’Abbaye elle-même… Le blé, le froment, le linge, l’habillement et autres besoins du quotidien, une liste aussi longue que passionnante. Tout est détaillé, minutieusement, dans des écrits qui ne peuvent d’ailleurs que convaincre les plus réticents de l’utilité des réformes orthographiques…

 

Au demeurant, il ne s’agit donc que d’un simple livre de comptes dont seuls les historiens pourraient se délecter… Pour autant, ce registre retrouvé et acquis par l’Académie de Mâcon près de 600 ans plus tard raconte une histoire peu banale. Sa première mésaventure date de 1562, lorsque Cluny est mise à sac par les protestants. « La librairie, où il restoit encore grand nombre d’anciens livres escrits à la main, fut du tout destruite, et les livres partie rompus, partie emportés en pièces, de sorte que ce thrésor-là fut perdu par l’insolence et l’ignorance des gens de guerre, disans que c’estoient tous livres de la messe », rapporte Théodore de Bèze dans des notes manuscrites ajoutées au texte primitif.

 

Disparu dans la tourmente, le manuscrit est retrouvé 120 années plus tard à Paris. Une nouvelle inscription, au verso du plat de la tête de la reliure, fournit des explications. « J’ai retiré ce livre des mains d’un sergent du roi nommé Gaigneux, demeurant à Paris près de l’escalier du Temple. Je lui ai donné en échange cinq écus, ou quinze livres tournois le 1er juin 1682 », signe Frère Pierre Symon, de l’Ordre de Cluny. Sans doute alors que l’ouvrage a réintégré le chartrier de l’abbaye, jusqu’à la Révolution, pendant laquelle toutes les richesses de l’abbaye ont été dispersées. La suite de l’histoire reste floue.

 

Ce qui est certain, c’est que le Censier a encore été épargné puisqu’il s’est retrouvé, au XIXe siècle, dans la bibliothèque de Lamartine au château de Saint-Point. Comment ? La question reste en suspens. Toujours est-il qu’à la mort de la nièce du poète, Valentine de Cessiat, le château et les biens de Lamartine ont été vendus. Le trésor des archives du monastère également, adjugé à un dénommé M. Laurent de Saint-Marcel-lès-Chalon, de qui l’Académie l’a depuis acquis.

 

Le Censier repose dorénavant aux Archives départementales mais reste la propriété de l’Académie de Mâcon, qui le sortira de son lieu de préservation deux fois l’an, pour les journées du patrimoine…

 

 

cluny 15 02 16

 

Colette Tonneau, mains gantées pour remettre le Censier

 

 

cluny 15 02 161

 

 

Colette Tonneau, membre et Vincent Lauvergne,

 

président de l’Académie de Mâcon,

 

remettent officiellement Le Censier à André Accary,

 

président du Conseil départemental de Saone-et-Loire

 

et Hervé Reynaud, conseiller départemental délégué

 

à la culture et au patrimoine

 

et à Isabelle Vernus, en charge des Archives départementales.

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer




2 commentaires sur “Archives départementales (Saône-et-Loire)”

  1. Daniel Z dit :

    Ne tant que citoyen, contribuable, et respectueux de nos « valeurs », j’enrage !!!!

    Voici une dame qui manipule l’ Œuvre avec des gants, consciente de détenir un témoignage inestimable du passé.
    Merci, Madame, pour toute la considération que vous avez apportée à cet ouvrage, merci.

    Mais que dire du « type » qui l’empoigne à pleines mains , sinon que c’est un politicien, ce qui, en soit, devrait suffire non ?

    Amitiés

  2. cntrbbl71 dit :

    Avant de lire le commentaire de Daniel Z, en regardant la photo, j’ai eu exactement la même réaction.
    Pourquoi « le remettre » au président du Conseil Départemental? Lui montrer n’était pas suffisant?

    Étant déposé aux Archives départementales, et avec l’accord de l’Académie de Mâcon, pour les simples curieux de l’histoire même sans être historien, et pour une autre forme de pérennité, il serait bien de le retrouver dans les archives en ligne après un « scan » soigneux de chacune de ses pages.