Autres journaux :


mercredi 8 juin 2016 à 15:19

Agence d’Urbanisme Sud Bourgogne

Le citoyen au coeur de la ville connectée



L’intitulé de la dernière conférence organisée par l’Agence d’Urbanisme Sud Bourgogne lundi soir à Chalon -« De la Data City aux communs, scénarios pour une ville connectée »- pouvait rebuter le commun des profanes. Valérie Peugeot, prospectiviste chez Orange Labs, le laboratoire de sciences humaines et sociales d’Orange, a pourtant réussi le pari de mettre ce sujet à priori aride à la porté de toutes les oreilles. Mieux, elle l’a rendu passionnant…

 

Un vagabondage organisé sur les cinq continents a permis à l’auditoire -quelques dizaines d’élus et techniciens des collectivités partenaires de l’Agence d’urbanisme- de comprendre ce qu’est une ville numérique, ou « smart city ». A Sondgo, une ville nouvelle de Corée du Sud présentée par la conférencière comme l’archétype de la smart city, un réseau dense de câbles innerve le sous-sol, les dispositifs de téléprésence sont généralisés, certains bâtiments sont équipés de lecteurs de plaques d’immatriculation, les caméras de surveillance se révèlent omniprésentes et un système innovant de traitement des déchets a été inauguré. « La ville a réduit son empreinte énergitique et elle a simplifié la vie de ses habitants » a estimé Valérie Peugeot. A Singapour, dont la population vieillit, des capteurs ont été installés au domicile de toutes les personnes âgées – y compris dans les salles de bains et les toilettes- pour permettre aux services d’assistance d’intervenir au plus vite en cas de problème. Melbourne a cartographié les 70 000 arbres qui composent le poumon vert de la ville, Barcelone a mis en place un maillage de son territoire par de micro usines de proximité gérées par les habitants eux-mêmes et travaillant en réseau, et, plus près de nous, Rennes dispose d’un service de « vélos prédictifs », permettant d’anticiper grâce au GPS les flux de délacement des usagers des deux roues en location. « Les approches sont à chaque fois différentes, mais toujours fondées sur trois objectifs: rendre la ville plus efficace, plus sûre et plus écologique » a affirmé Valérie Peugeot.

 

 

Le numérique seul, pourtant, ne produit rien. Tout dépend de la vision politique portant le projet de ville connectée. « La figure du citoyen ne doit jamais être oubliée. Il faut mettre le citoyen, l’habitant, au coeur des projets, et, en dépassant le concept de ville de services, lui permettre de jouer un rôle » a conclu la conférencière. Une version humaniste de la smart city, instillant citoyenneté et bien commun dans une société dominée par la technologie…

 

 

C’est Anne-Michèle Donnet, directrice de l’Agence, qui a accueilli Valérie Peugeot, évoquant ses fonctions de chercheuse, mais aussi de militante de l’internet citoyen et de nouvelle membre de la CNIL. Prochain « débat d’Urba » le 12 septembre à Torcy, sur le thème « villes petites et moyennes ».

 

 

ur 08 06 16

 

 

 

 

 
 


Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer