Autres journaux :



lundi 18 juillet 2016 à 07:12

12ème Championnats du monde de voltige Advanced FAI 2016

Il y a un Champion Belge qui vient s’entrainer à Pouilloux.



 

 

 L’organisateur de ces Championnats du monde de voltige est l’Aéroclub de Radom au nom de la fédération de Pologne et de la FAI.

 

 

C’est un évènement très important au programme se déroulant en fait du 5 au 13 août 2016 à Radom

 

 

Radom est la quatorzième ville de Pologne avec 218 466 habitants. Il s’agit d’un important centre académique, économique et industriel Qui possède un aéroport militaire situé à 3 km du centre-ville. Cet aéroport a été réaménagé et rendu opérationnel depuis septembre 2015.

 

 

C’est là qu’en août 2010  Baptiste Vignes, de l’aéro-club du Havre, a été sacré champion du monde de voltige en Pologne et que la France a été sacrée, elle, est championne du monde par équipe.

 

 

 

Au sol, 10 juges internationaux noteront les concurrents et veilleront à ce qu’ils volent bien dans le périmètre autorisé, le « cube », la box, un carré de un kilomètre de côtés et situé à plus de 200 mètres du sol.

 

Le Championnat du monde comporte 4 épreuves : un programme connu à l’avance et trois programmes inconnus.

 

 

 

 

avion 1807166

 

 

 

Les compétiteurs se mesurent donc au travers de 2 types de programmes : les programmes connus à l’avance que chacun peut répéter à sa guise, les programmes inconnus que chacun exécute pour la première fois le jour de la compétition. Ces programmes sont naturellement les plus sélectifs. C’est le jeu, ma pauvre Lucette.

 

 

 

Lors d’une compétition, les évolutions doivent être réalisées dans un volume cubique de 1 000 m de côté. Ce volume est matérialisé au sol par des repères blancs de neuf mètres sur deux. Les pilotes ne doivent pas évoluer, pour des raisons de sécurité, en dessous de la hauteur de 200 mètres. Le pilote doit réaliser son programme dans ce volume sans en dépasser les limites sous peine de pénalisation par le jury. Celui-ci, un peu à l’image d’une compétition de patinage artistique, note la symétrie et la précision d’exécution des figures.»

 

 

Aujourd’hui, en vue de ces championnats du monde, l’aérodrome de Pouilloux accueille Alexander Van den Broeck, un pilote belge qui vient s’entrainer avec Olivier Masurel, ancien entraineur de l’équipe de France de Voltige Advanced.

 

 

Olivier Masurel truste les plus beaux titres et médailles de ce sport depuis 2007.

 

 

2007 6ème place au général lors de son premier championnat du monde, Champion du monde par équipe, médaille d’argent au programme libre, vainqueur de la coupe de France.

 

 

2009 20èmeplace au Championnat du monde.
2010 6èmeplace au championnat d’Europe, Vainqueur de la Coupe de France
2011Vice Champion du Monde toute catégorie, Vainqueur du programme libre.
2012 Champion d’Europe par équipe, médaille de Bronze au classement général, 4ème place au Freestyle, de Champion de France toute catégorie
2013 Médaille d’argent aux championnats de France 2015 champion de France de voltige monoplace
2015 Vainqueur des World air games

 

 

 

avion 1807164

 

 

 

L’aviation il en a fait son métier après avoir réussi dans sa passion, il est instructeur de vol. Alexander Van den Broeck ne pouvait mieux choisir.

 

 

 

Olivier, dès le premier contact, avec son humour acidulé, son œil qui frise derrière ses lunettes de pilote, son sérieux courtois m’a immanquablement fait penser au Group Captain Peter Wooldridge Townsend, le héros de la Bataille d’Angleterre.

 

 

 

Avec un côté St Ex pour la réflexion profonde et attentive, la précision d’ethnologue concernant les mots et les concepts touchant à son sport et à sa passion.

 

 

Pour lui tout est naturel, il suffit de travailler, travailler encore et travailler toujours. 100% de mental alliés à 100% de physio, multiplié par 100% de rigueur et de volonté vous donnent les armes pour être un bon pilote. Il est venu à l’aviation par l’aéromodélisme.

 

 

C’est un athlète de haut niveau qui dit comme Mikael Jordan Mikael Jordan « J’ai raté 9000 tirs dans ma carrière. J’ai perdu presque 300 matchs. 26 fois, on m’a fait confiance pour prendre le tir de la victoire et j’ai raté.  J’ai échoué encore et encore et encore dans ma vie. Et c’est pourquoi j’ai réussi. »

 

Je lui conseille aussi Guillaume d’Orange « Point n’est besoin d’espérer pour entreprendre ni de réussir pour persévérer »

 

 

Il y a chez lui ce détachement propre aux gentlemen britanniques, ce flegme proactif. Ce genre de détachement agissant que j’ai toujours admiré chez Townsend. Même et surtout lorsqu’il a eu son idylle malheureuse avec la princesse Margaret, sœur cadette de la reine Élisabeth.

 

Du coup le Group Captain Townsend a épousé une Belge nommée Marie-Luce Jamagne, ce qui nous amène à Alexander Van den Broeck ?

 

 

Qui est ce quarantenaire juvénile qui vient d’atterrir à Pouilloux en provenance directe de l’aérodrome Kiewit d’ Hasselt en Belgique ? Il y a grosso modo 570 Km à vol d’oiseau entre les deux terrains. Alexander a mis 90 minutes à 206 nœuds (381km/h) de moyenne pour les parcourir à bord de son super zinc, un Extra 330 SC.

 

 

Donc avant le pilote, l’engin : de la bombe pour la voltige : envergure 7,70 m, longueur 6,65 m, hauteur 2,62 m, surface alaire (aire des ailes projetée sur le plan horizontal, empennage non compris) 10,44 m2, poids à vide 620 kg, poids maxi au décollage 868 kg, moteur : Lycoming (Lycoming Engines  filiale du groupe Textron.)300 cv, Altitude de service 16 000 pieds (4875m) (1,6 mille pattes) m), Vitesse Max 220 nœuds (407 km/h).

 

 

avion 1807165

 

 

Alexander, nous allons l’appeler Alexander (de toute façon nous l’appellerions Roger, comme il dit dans le micro, il ne répondrait pas), Alexander donc, a été piqué, alors qu’il avait 14/15 ans, par une guêpe qui s’appelait Claude Bessières dit « Coco », champion du monde en 1990. Il l’a vu dans ses exhibitions à la télé et c’est le flash. C’était décidé, « Alex » allait s’envoyer en l’air, à s’en retourner la tête. Du coup il devient Cadet de l’Air. Alors, une fois c’est des étudiants qui font du planeur avec l’armée de l’air Belge. As’n’aise. Le silence du vol, le tapis volant sous le postérieur Da’ss e pateike ! 

 

 

 

On ne fait pas que voler dans la vie, il faut gagner des mille et des cents, alors comme il était doué pour les études (il vous dira : non !) il a fait médecine, est devenu chirurgien, et même chirurgien maxillo-facial. Honnêtement, si un jour je deviens, du fait des aléas de la vie, une gueule cassée je demande à ce que ce gars-là me répare, en toute confiance.

 

 

https://www.facebook.com/alexander.vandenbroeck.7

Pour se rendre compte au niveau professionnel

 

https://www.azvesalius.be/nl/specialisten/dr-alexander-van-den-broeck/

 

 

Et il vole, il vole… je rappelle que nous sommes en Belgique, faut le vouloir pour faire de la voltige là-bas. Tout le monde s’en tamponne le cornet de frites de la voltige aérienne outre Quiévrain. Ils doivent être 30 pilotes pour tout le pays, en France ils sont plus de 1000. Un pour 6500 français, en Belgique ils devraient être 172, vous voyez le problème.

 

 

Pourtant il représente la Belgique dans les championnats au niveau « Advanced ».

 

 

avion 1807168

 

 

« Advanced » c’est l’équivalent à la catégorie nationale 1, anciennement CF1, en France, en individuel et en équipe. Bon puisque vous n’êtes pas forcément bons en math, c’est la F3000 (maintenant GP2 Séries) par rapport à la F1 pour la compétition automobile… c’est bon ?

 

 

Et Alexander est plutôt bon comme voltigeur… (Au volant on ne sait pas). Pas encore dans le top 10, mais quand même pas mauvais du tout. Il a fait 21ème aux championnats européens, il se ballade des titres au niveau Belge et Hollandais.

 

 

Son ambition c’est d’intégrer les 15 premiers européens…Et il s’en donne les moyens.

 

 

Par exemple, la Belgique qui se fout de la voltige comme de la dernière jarretière de la Reine Paola, n’a plus de Box pour exercer la voltige aérienne. Ses pilotes doivent donc s’entrainer à l’étranger. Ça vous coûte un bras tout ça, et pour opérer ensuite ça devient compliqué en étant manchot.

 

 

avion 1807169

 

 

Alexandre il a dû acheter son zinc (plus de 400 000€). Il faut se payer les voyages, les frais d’entraineur, d’entrainement, la gazoline, les taxes, etc., etc.

 

 

Et là nous ne sommes pas avec des professionnels appointés et super sponsorisés… Non, Alexander c’est sa tirelire, son petit cochon, qui abonde à tout.

 

Il va s’entrainer en Angleterre, en Catalogne, à Pouilloux.

 

 

 

C’est que le gars il y croit, il y croit dur… ça lui est nécessaire comme l’oxygène pour le sang. Et il se donne un mal de chien.

 

 

Alors il choisit les meilleurs entraineurs européens, donc il choisit notre Olivier Masurel qu’il a vu concourir, qu’il a rencontré, apprécié.

 

 

C’est à l’heure actuelle le top du top… donc notre chirurgien voltigeur, s’il veut gagner son challenge, il n’a pas le choix, il lui faut Olivier.

 

 

Voir s’entrainer un pilote de voltige c’est comme voir s’entrainer ou se concentrer un patineur artistique, un maître des arts martiaux. Il y a là de la transcendance, du dépassement de soi, de l’intériorisation intense. L’homme mime les gestes, mais il mime l’appareil exécutant ses commandements, mais surtout il est l’appareil et le pilote mêlé en un seul être humain mécanique. Il danse sur le bitume du hangar De Barbentane, mais en fait il est dans sa box entre 200m et 1000m.

 

 

avion 1807167

 

 

Il est lui, il est l’Extra 330 SC. C’est fascinant, on pourrait trouver ça ridicule vu de l’extérieur, c’est tout simplement captivant et bluffant. Et Olivier qui le reprend dans l’exécution des figures est lui aussi dans le trip d’une vrai voltige, il est en bas, au poste du juge et il voit Alexander là-haut dans son zinc, et il lui dit, « tu devrais faire comme ceci, tu sors mal là, attention à bien reprendre de l’énergie pour la suite, positionne ton zinc plus comme ça, gaffe au vent, ne sors pas des limites».

 

C’est là où Alexander doit gagner aussi des points, il sort un peu trop des limites du cube, du coup il se fait sauter des points. Autre poste important, il doit bien enchainer ses figures sans se tromper, sans les inverser ou intervertir.

 

Du boulot d’orfèvre et de moine copiste en même temps. Mais il vole, il est là-haut le manche en main.

 

Du coup j’en ai le vertige d’être aussi haut auprès de l’appareil qui évolue, je vois le sol défiler tout en bas sous mes pieds.

 

 

avion 18071610

 

 

Bon, en un mot comme en cent, c’est fascinant et bluffant. Et tout à l’heure je verrai Alexandre reproduire ça là-haut avec son avion. Ceux qui n’ont pas assisté à ça, et au coaching d’Olivier, ne peuvent savoir ce qu’ils ont perdu. Il ne connaissent rien au vertige.

 

 

Et tout ça à Pouilloux. Ce petit spot du sud bourgogne, dont l’importance nous échappe souvent mais qui représente un vrai atout pour la commune, la communauté urbaine, le département…

 

Enfin bref, l’aéroclub et l’aérodrome ont accueilli pour deux jours (samedi et Dimanche) le haut du panier de la voltige et un symbole européen de coopération sportive.

 

Espérant vous avoir intéressé sans trop vous endormir, je ne peux que vous conseiller de vous documenter sur cet univers incroyable et si peu médiatisé dans lequel les Français sont excellents… et sans chauvinisme… les meilleurs chez les garçons et les filles.

 

 

Gilles Desnoix

 

 

avion 18071611

 

 

 

Pour ceux que ça intéresse, voici le programme des championnats du monde 2016 de Radom

4 août
Arrivée, enregistrement

5 août
9h00 Briefing ouverture
10h00/17h00 : vols de compétition
13h00/14h00 heure du déjeuner
19h00 Cérémonie d’ouverture

Du 6 au 12 août
8h00 Briefing
De 9h00 au coucher du soleil : vols de compétition
13h00/14h00 heure du déjeuner

13 août
8h00 Briefing
9h00/13h00 temps libre
13h00/14h00 heure du déjeuner
14h00/17h00 Salon de l’aéronautique
17h30 remise des prix et la cérémonie de clôture
19h00 Diner de clôture
14 août
Départ des concurrents

 

avion 1807162

 

avion 1807163

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer