Autres journaux :



dimanche 24 juillet 2016 à 07:45

Portraits de chasseurs de Pokémon Go

Un jeu très controversé



Le 15 juillet, alors qu’ils rentraient de vacances, mes neveux manipulaient de manière frénétique leur smartphone. J’entendais des bribe de conversations : « et si je mettais que j’habite en Australie, tu crois que ça va marcher? ». Ma curiosité sans pareil m’a poussé à les questionner sur cette agitation bizarre. Leur réponse : Pokémon Go!
 

Mais où enfin! Comment ne pas connaitre cette date qui rentrera dans l’histoire!!!! Entre la prise de la Bastille et l’Explosion de la première bombe atomique au Nouveau-Mexique, nous intercalerons la sortie du jeu Pokémon Go dans plusieurs pays du monde! Les livres d’Histoire se souviendront de ce jeu de réalité augmentée consistant a attraper des Pokémon (petites créatures virtuelles) partout!!
Décidément, je suis une tata pas du tout à la page !

 

Alors, pour les gens comme moi qui ne savent pas ce qu’est Pokémon Go, voici un petit cours de rattrapage!

 
Ce jeu se joue avec un smartphone. Le joueur contrôle un avatar, dont il peut personnaliser l’apparence et la tenue à la création de son compte, sur une carte du monde. Cette carte du monde est lié à sa position sur Terre. Le joueur doit ainsi se déplacer avec son téléphone pour se déplacer dans le jeu. Il peut observer à une certaine distance les environs, ce qui permet d’afficher les différents éléments du jeu à portée : Pokémon, PokéStop et arènes. Il peut ainsi parcourir les villes, capturer des Pokémon ou encore combattre dans des « arènes ».
 
 
 
Les PokéStop fournissent au joueur un certain nombre d’objets : des œufs, pokéball, des leurres ou encore des potions. Les arènes sont des lieux de combat, où les équipes du jeu s’affrontent afin de couvrir le plus d’arènes possible à travers le monde. Ces arènes sont situés sur des lieux d’intérêts dans le monde réel.
 
 
Lorsque le joueur se déplace, il rencontre des Pokémon, qu’il peut attraper à l’aide de pokéball récupérées dans les PokéStop. L’emplacement des Pokémon est aléatoire et ils disparaissent au bout d’un certain temps si personne ne les attrape. Par ailleurs, plus le Pokémon est rare, plus son temps d’apparition est faible. Enfin, le type de l’espèce influe sur son apparition : un Pokémon de type eau aura tendance à apparaître près des côtes et lacs plutôt qu’en pleine terre.

En France, le lancement du jeu Pokemon GO était prévu initialement pour le 15 juillet 2016, mais suite à l’attentat de Nice, la sortie de l’application est repoussée « en signe de respect pour le peuple français en cette période de deuil national ».

 
Dans le contexte tendu des attaques terroristes et de l’État d’urgence, les forces de Police redoutent les attroupements qui naîtraient de l’apparition d’un Pokémon rare. C’est pourquoi l’une des premières chasses Pokémon Go prévue dans les jardins du Luxembourg a été interdite par le Sénat,  mais beaucoup de personnes étaient malgré tout présentes pour l’événement.

Là où, en tant que tante aimante et un peu trop protectrice, je m’interroge, c’est sur tous les incidents déjà recensés en moins de 10 jours de jeu :

Un poste de police de Darwin, en Australie, attirait de nombreux joueurs car il contenait dans le jeu des objets nécessaires pour la capture des Pokémon, si bien que les policiers ont publié un message sur Facebook incitant les joueurs à rester en périphérie du bâtiment.

 

D’autres incidents ont été relevés par la presse, comme par exemple un homme qui jouait alors que sa femme était sur le point d’accoucher, un Néo-zélandais qui a démissionné de son poste pour devenir un “chasseur de Pokémon à temps complet”, ou une église considérée par l’application comme étant une arène de combat comme celle de Cerfontaine et de Hoves en Belgique.

 
En Turquie, Mehmet Bayraktutar, le chef de l’association officielle des imams Diyanet-Sen « condamne » le jeu car il « mine la valeur des lieux où les gens prient ». En effet, des Pokémon ont été trouvés dans une mosquée.
 
Les autorités s’inquiètent également de la fonction de géolocalisation permettant aux personnes mal intentionnées de repérer les personnes et enfants seuls.

Depuis la sortie du jeu, des accidents très graves ont eu lieu.

 

A Baltimore, un homme a percuté une voiture de Police car trop absorbé par le jeu. Interrogé par la presse, le policier victime de l’accident a expliqué que c’était le troisième incident de ce genre depuis la sortie du jeu.
Une jeune fille s’est fait percuter par une voiture alors qu’elle jouait : elle a traversé une autoroute à l’heure de pointe pour attraper un Pokémon.
Deux jeunes garçons sont quant à eux tombés d’une falaise pendant leur chasse !

 

Il y a quelque jour,  au Guatemala, alors qu’il cherchait à capturer un Pokémon, un jeune homme de 18 ans et son cousin ont pénétré par effraction dans la maison d’un couple qui, pensant à des cambrioleurs, leur ont tiré dessus. Le jeune homme est mort sur le coup, son cousin a été grièvement blessé…

Ce jeu, qui ce veut convivial, rassembleur et ludique s’avère dangereux.

 
Certain diront que les joueurs n’ont qu’à être plus prudents, d’autre que le jeu est addictif et fait perdre la notion du danger.
 
Moi, j’enfermerai bien mes neveux à double-tour dans leur chambre pour les protéger de tout ça, mais, il parait que la séquestration est illégale… Je n’ai plus qu’à espérer qu’ils sauront distinguer la réalité du virtuel et que leur bon sens prendra le pas sur l’envie de jouer.

 

 

 
 
 
pok 2407162
 
 
pok 2407163
 
pok 2407164
 
 
 
 
 
 
 
 


Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer




Un commentaire sur “Portraits de chasseurs de Pokémon Go”

  1. jesse dit :

    Rentrant de 2 jours passés dans la Nièvre chez ma fille, j’ai effectivement croisé des jeunes, seuls ou par groupes, qui avançaient, smartphone en main.
    Au moins, il y a du bon dans cette affaire, car tous marchaient d’un bon pas!