Autres journaux :


vendredi 2 septembre 2016 à 18:22

Marisol Touraine et Christophe Sirugue…

sur le chantier du centre de santé Carmi à Montceau



 

 

C’est en fin de matinée ce vendredi, que Marisol Touraine, Ministre des Affaires sociales et de la Santé, à l’invitation de Christophe Sirugue, député et Secrétaire d’État à l’industrie fraîchement nommé, s’est rendue sur le chantier du futur centre de santé CARMI (Caisse Régionale Minière) des Équipages à Montceau-les-Mines.

 

 

Reçue par Madame le Maire Marie-Claude Jarrot et par les élus de la ville et du département présents, Marisol Touraine a visité le chantier qui finalisé proposera une surface utile de 1500 m² sur deux niveaux.

 

 

Puis à l’issue de la présentation du projet, elle expliquait au micro de nos confrères de France télévision, la cohérence de sa politique : « Ma politique est cohérente. Il faut soutenir les professionnels de santé partout, soutenir les hôpitaux du territoire en lien avec les maisons de santé. En 2012, il y avait 12 maisons de santé dans le département. Aujourd’hui il y en a 25. Nous sommes au 21e siècle. La révolution numérique touche évidemment la santé. Nous construisons une cohérence de la politique de soins. »

 

 

 

Marie-Claude Jarrot met en avant le territoire de santé

 

 

C’est ensuite aux Ateliers du jour que les échanges se sont poursuivis.

 

 

Et Marie-Claude Jarrot, Maire de la ville, de souhaiter la bienvenue aux deux ministres présents.

 

Avant de poursuivre : « Montceau est une commune jeune née au 19e siècle, construite autour des mines et autour des quartiers. Un tiers de la population en 2015 n’avait pas de généraliste. Les chiffres, vous les connaissez Madame la Ministre. Nous devions réagir. La CARMI l’a fait. La Ville l’a fait. L’offre de soins sera améliorée. Nous restons vigilants. C’est notre responsabilité. J’aurais aimé que vous puissiez passer par le chantier de la maison pluridisciplinaire. Nous avons mis en place un contrat local de santé et nous sommes territoire de santé. La nouvelle coopération dans le cadre de la CHT devenue GHT va nous permettre d’espérer.

 

 

 

Nous avons besoin de vous dans nos démarches de structuration de la filière, pour nous accompagner dans cette structuration. Il faut donner envie aux médecins, avez-vous déclaré dans la presse ce matin. Et c’est ce à quoi nous nous attelons. Je vous invite tous à l’inauguration en décembre de la maison pluridisciplinaire. »

 

 

 

Pour sa part, le Directeur général de la CARMI a expliqué : « Ce projet est né d’une volonté d’agir. Le régime minier de protection a une implantation ancienne à Montceau-les-Mines. L’offre de filieris connaît une évolution constante. Le projet des Équipages est un regroupement des offres pour la pérenniser et la mettre au service de tous. Le centre des Équipages est un projet de grande envergure : 5 millions d’euros, 40 professionnels (médecins généralistes, ORL, rhumatologues, infirmiers, pharmacie). C’est une offre sociale aussi avec le tiers payant et sans dépassement d’honoraires. Il s’agira d’un centre ouvert à toute collaboration. Dans ce sens, il a vocation à recevoir des professionnels libéraux dans ses locaux. Ce projet est exceptionnel par sa grandeur. »

 

 

 

Pour sa part, Marie-Thérèse Frizot, représentant André Accary, Président du Conseil départemental déclarait : « Nos campagnes et certaines zones urbaines souffrent d’un manque de professionnels de santé. Le Conseil départemental tente d’y répondre. Il en est de sa responsabilité. Le bassin de vie de Montceau-les-Mines compte 19 communes et près de 50000 habitants. Il est reconnu en zone rouge par l’ARS. En 2015, ce sont 10 médecins qui ont cessé leur activité. Cela nous a mis en conditions d’urgence. C’est la réalité du terrain aujourd’hui. Nous ne pouvons nous en satisfaire. Le département, le premier échelon dans le dialogue social reste présent. Mais nous avons besoin de l’État, de vous. Le service de public, de santé, se doit d’être à la hauteur. Ce projet y participe. Nous nous en félicitons. »

 

 

 

Christophe Sirugue pour sa part a débuté par remercier l’implication de Marisol Touraine dans ce projet. « Je tenais à ce que ce projet soit visité par votre ministère. C’est votre décision en 2012 qui a permis au régime minier de se concrétiser. Passé ces remerciements, il ne peut y avoir un projet contre un autre. L’histoire, ce sont des problématiques démographiques ici comme ailleurs. Le projet que nous avons à cet instant a été porté par les collectivités.

 

 

Il y a dans le régime minier des prémisses à la loi que vous venez de faire voter, comme le tiers payant par exemple. Quand nous avons regardé ce projet, il y avait tout pour que ce projet soit concrétisé.

 

 

Cette solution est ouverte à tous et pas seulement aux bénéficiaires du régime minier. C’est une très belle inauguration pour notre territoire, notre ville et les ressortissants du bassin minier. Je vous remercie. »

 

 

Marisol Touraine a ensuite conclu les prises de parole comme suit :

 

 

 

« Je me réjouis de pouvoir poursuivre mon travail avec Christophe Sirugue [faisant référence à sa nomination de la veille]. J’étais heureuse de répondre à cette invitation qu’il m’avait lancée, il y a plusieurs mois. Oui les Français sont soucieux de leur santé, de ne pas avoir de dépassements d’honoraires, d’avoir une meilleure prévention par exemple. Nous devions y répondre en tenant compte des évolutions de la médecine. Je suis heureuse de pouvoir constater l’état d’avancement du nouveau bâtiment de la CARMI. Vous avez raison. Elle a été les prémisses de notre loi. La transformation de notre système de santé permet de répondre à ces besoins. C’est en prenant de front et avec volonté ces projets que nous répondons aux attentes des patients.

 

 

Je suis contente qu’il y ait un projet de maison de santé. Centre de santé et maison de santé, centre hospitalier : rien ne s’oppose. L’État s’engage. La volonté qui est la mienne est de soutenir les structures en particulier ceux qui s’engagent. Ces enjeux doivent être portés sur le territoire.

 

 

La création de stages obligatoires pour les étudiants : toutes les maisons pluridisciplinaires doivent pouvoir accueillir des étudiants. Certaines seront labellisées universitaires. Le soutien financier de l’État va de 50000 € à 100000 €, pour par exemple recruter des secrétaires, assistants pour gérer l’administration de la maison de santé. C’est financé par la sécurité sociale.

 

 

Il y a eu aussi création de contrats pour les jeunes professionnels de santé qui viennent s’installer. 10 jeunes sont venus depuis 2013 dans le département.

 

 

Sur l’engagement à la prévention, je me réjouis que dans ce centre de santé des actions volontaristes soient menées.

 

 

Si nous nous engageons sur de telles structures de soins, c’est que nous devons nous attacher à ce que nos citoyens soient pris en charge.

 

 

Je me suis engagée pour l’hôpital. De forts engagements ont été pris : 24 millions d’euros depuis 2012 et 5 millions d’euros en 2015 pour les hôpitaux. Je crois que nous avons sauvé les hôpitaux. ».

 

 

Un budget santé qui revient à l’équilibre

 

A l’issue de ces prises de paroles par les élus, Marisol Touraine a assuré une conférence de presse au cours de laquelle elle a indiqué que le budget santé était en train de revenir à l’équilibre. « Je suis heureuse que ce qui est à la charge des patients soit réduit » exprimait-elle.

 

Interrogée sur le rôle des maisons de santé comme solution à la désertification médicale, elle a expliqué : « Cela résout une partie des problèmes. Il faudra quelques années encore pour stabiliser cela. Une partie importante des médecins part à la retraite. Aujourd’hui le défi est d’avoir les médecins au bon endroit. Les jeunes médecins ne veulent plus être seuls. C’est en acceptant de donner les moyens qu’on permettra aux médecins de venir s’installer sur le territoire. Je suis confiante. L’avenir de la médecine est soutenu par les finances. Nous sommes à 1000 maisons de santé sur le territoire national et 660 jeunes médecins installés depuis 2013. »

 

Interrogée sur le budget santé et le tiers payant, elle explique : « Chaque année, le budget santé augmente. Et le budget de la sécurité sociale atteindra prochainement son équilibre. J’ai amélioré les soins. Sur le tiers payant, je sais que les médecins ont exprimé leur inquiétude à travers le tiers payant. Aujourd’hui celui-ci est de plus en plus pratiqué ».

 

Et de conclure au sujet de l’implantation des médecins sur le territoire national : « Il faut qu’il y ait un maillage cohérent. Nous y travaillons. Je ne suis pas favorable aux contraintes. »

 

Marisol Touraine a ainsi conclu sa visite montcellienne visite suivie, entre autre par M. Didier Mathus, ancien député de la circonscription.

 

 

Elle a ensuite repris la route en direction du Creusot pour une réunion de travail à la mairie en début d’après-midi.

 

 

 

carmi 02091619

 

 

carmi 02091615

 

 

carmi 02091616

 

 

carmi 02091620

 

carmi 0209162

 

 

carmi 0209163

 

carmi 0209164

 

 

carmi 0209166

 

 

carmi 0209167

 

 

carmi 0209168

 

 

carmi 0209169

 

 

carmi 02091610

 

 

carmi 02091611

 

 

carmi 02091612

 

carmi 02091613

 

 

carmi 02091614

 

 

carmi 02091617

 

carmi 02091618

 

 

 

carmi 02091621

 

 

carmi 02091622

 

 

carmi 02091623

 

 

car 0209162

 

 

car 0209163

 

 

car 0209164

 

 

car 0209165

 

 

car 0209166

 

 

car 0209167

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer




3 commentaires sur “Marisol Touraine et Christophe Sirugue…”

  1. Chiron17 dit :

    Les fossoyeurs de la médecine se congratulent!

    Ils dépensent (ou plus exactement d’une façon ou d’une autre, les contribuables) maintenant des millions d’euros pour construire les sarcophages de la médecine libérale française, ces coquilles souvent vides que l’on appelle des maisons médicales…

    Non contents d’avoir martyrisé et assassiné le corps de santé de ce pays, ils se font photographier en souriant et en organisant son enterrement en grande pompe !

    Derrière tous ces mots « modernes » qui s’échappent de leurs lèvres technocratiques (efficience, qualité, optimisation, certification, validation…) se cache une baisse entretenue des compétences avec déshumanisation complète des rapports entre les soignés et les soignants. Mais ils préfèrent l’élégance du verbe à la triste réalité du terrain…

    Mme Marisol Touraine, me fait penser aujourd’hui, à Montceau les Mines et à Montchanin, à la Grande Catherine de Russie admirant ses décors de théâtres lorsqu’elle traversait des villages appauvris, démunis où régnait la famine et le désespoir…

    Que n’êtes vous allée, Mme Le Ministre, à l’hôpital Jean Bouveri: la moitié de ses bâtiments sont en ruine ou insalubres, à l’image de sa chaussée d’accès. Des trous, des trous, mais pas que des petits trous, des cratères que les ambulanciers et les usagers tentent d’éviter en slalomant autour d’eux depuis déjà quelques années… Mais tout ira mieux demain!

    N’oubliez pas qu’aucune construction ne remplacera l’âme perdue et les désillusions accumulées, après des gouvernements de droite et de gauche d’ailleurs, d’une profession sans défense puisqu’ affaiblie jusqu’alors par son dévouement quotidien. Mais l’exaspération est là: le ver est dans votre belle pomme!

  2. lavoisier dit :

    c’est malheureux de ne pas voir de jeunes parmit toute cette classe politicienne, ou alors un ou deux grand Max, on prend les mêmes et on recommence, Par contre on revoit Mr Mathus en pleine forme, est ce un retour, pour 2020 peut être… A suivre

  3. roussillon dit :

    Ah ben donc,chiron17..! vaut mieux vous avoir comme ami(e) !

    Ceci dit, je ne vois pas sur ces belles photos, la foule des patients auxquels ces bâtiments tout neufs sont dédiés !

    Sans doute un cordon sanitaire érigé à leur encontre…Des fois qu’il y aurait des méchants parmi eux…