Autres journaux :



samedi 10 mars 2018 à 10:25

Montceau et Service Pénitentiaire d’Insertion et de Probation de Saône et Loire

9 jeunes gens suivis par la Mission locale au tribunal correctionnel !



 

 

 

 

 

« A la barre, moi je serais trop stressée, c’est impressionnant ! », « j’ai pas le sentiment que la justice n’est pas juste, mais je ne ferais pas un bon juge, parce que je me dirais que des gens arrivent au délit parce que leur vie les a conduits à emprunter des raccourcis et à faire des choses pas très morales. Moi je me dirais que si ça se trouve il a eu une vie de m…, qu’il a été pris dans un engrenage, qu’il ne pouvait qu’en arriver là ».

 

 

Un groupe de 9 jeunes gens suivis par la Mission locale de Montceau-les-Mines ont passé ce vendredi 9 mars au TGI de Chalon-sur-Saône, en audience correctionnelle, et ça ne les laisse pas indifférents, ça les fait s’interroger et réagir au point qu’on regrette d’avoir si peu de temps avec eux, car les échanges promettaient d’être très intéressants.

 

 

Christophe Galleron, conseiller pénitentiaire d’insertion et de probation (CPIP), Vita Chevalier, éducatrice spécialisée qui travaille à la prévention spécialisée pour la Sauvegarde 71, et Baptiste Dalla-Giacoma, conseiller à la mission locale de Montceau chez AGIRE, accompagnaient ces jeunes gens : « Nous nous sommes rencontrés dans des groupes de partenaires et nous avons sympathisé, explique Christophe Galleron. Nous avons eu l’idée de construire un projet transversal sur un thème qui pouvait tous nous concerner : la justice. L’idée c’est de faire découvrir aux jeunes gens intéressés la justice en situation concrète, qu’ils se forgent une image réaliste de la façon dont la justice est rendue en France. C’est aussi une démarche citoyenne. Les faits divers, les condamnations, ça intéresse tout le monde. Ils apprennent aussi des choses pour leurs vies, et découvrent des métiers. »

 

 

Eric (prénom modifié), 20 ans, s’est inscrit dans ce projet parce qu’il veut devenir gendarme, « je voulais voir tout le parcours, du délit au jugement, à la condamnation ». D’autres confrontent ce qu’ils ont vu et entendu à leurs représentations initiales, et ce qui émerge spontanément c’est l’aspect théâtral d’un jugement. Les costumes (les robes), la disposition des protagonistes, et leurs rôles. Damien Savarzeix, chef du parquet du TGI de Chalon, prenait les réquisitions ce vendredi : « Il est théâtral, et il est influent, convaincant, on irait dans son sens à l’écouter. » On s’étonne que sa robe ne soit pas rouge.

 

 

Le premier prévenu du matin n’avait pas d’avocat : une erreur, selon les jeunes gens qui estiment que tous les rôles dévolus à un jugement doivent être tenus, dans un souci de justice, justement. Ils sont tous d’accord pour dire qu’il est normal d’être jugé « si on fait des trucs graves », semblent regretter qu’il n’y ait pas de mesures « dissuasives », jusqu’à ce que l’une des filles leur parle du « rappel à la loi », avertissement solennel sans incidence sur un casier judiciaire.

 

 

C’est la 3ème édition de cette démarche conjointe mission locale de Montceau – SPIP 71 – Sauvegarde 71, elle offre à ces jeunes gens une initiation citoyenne incomparable, et un brainstorming efficace sur les questions immédiates de morale et loi, responsabilité et culpabilité. « Ben oui, on est responsable de ses faits et gestes, mais l’intention, ça compte ». Ça compte aussi pour le code pénal.

 

 

FSA

 

 

 

sauv 1003182

 

 

 

 

  Sur la photo de gauche à droite au fond :

 

Vita Chevalier -Sauvegarde 71, Baptiste Dalla-Giacoma

 

 

– mission locale Montceau, Christophe Galleron,-SPIP 71

 

 

 

 




Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer