Autres journaux :



lundi 27 juillet 2015 à 07:25

Vaux en pré : Un comité des fêtes, 20 bénévoles pour 94 habitants

Ce qui prévaut à Vaux en pré c’est que ce qui vaut pour l’un vaut pour tous



 

Avant de commencer quoique ce soit, je livre une pensée profonde : je ne peux absolument pas envisager que quelqu’un puisse se lever ce dimanche en se disant « Non, je n’irai pas à la brocante de Vaux en pré ». Là, non, je ne comprends qu’on puisse se réveiller et se dire ça.

Enfin bref, Nous à Montceau News on se lève en ayant pour but de vous informer, donc nous sommes allés à la brocante de Vaux en pré. Et bien nous en a pris.

 

 

 

La brocante de Vaux en pré est surprenante, d’abord ce n’est pas dans un pré comme beaucoup de vides greniers et autres puces. Ensuite elle déborde des maisons et des jardins dans la rue. Elle serpente au gré des venelles et ruelles du bourg.

 

 

 

94 habitants et surement 4 ou 5 fois ce nombre de visiteurs et chineurs sur la brocante en même temps. A regarder les plaques minéralogiques des véhicules on se sent en vacances à Amsterdam. Mais en même temps il faut se souvenir qu’à la fin de la période médiévale le duché de Bourgogne comprenait dans ses possessions ce qui recouvre actuellement le territoire belge et néerlandais. Donc ils sont chez eux chez nous. Il y a aussi des immatriculations d’outre manche. Mais eux depuis le traité de Troyes en 1420 ils sont un peu nos alliés et donc un peu chez nous comme chez eux.

 

 

94 habitants et 9O exposants ? Bien sur tous ne sont pas des Vauliers. Ils sont venus, ils sont tous là, plus un bon paquet d’exposants d’ailleurs.

 

 

Et cette alchimie on la retrouve au niveau de la vingtaine de bénévoles avec ceux du cru, ceux qui viennent de Saint Clément juste à côté et ceux qui appartiennent à cette dernière catégorie mais sont de Montceau. Comme Raymond et Renée. Le Raymond il a des faux airs de Bebel, si je vous assure.

Et les rues à Vaux en pré ça ne peut absolument pas être plat, et que je te descends et du coup qu’il faut que je te remonte tout ça ensuite. En même temps ça vaut quand même le coup, il y a de tout sur les éventaires, des objets de classe aussi. La disposition des lieux, l’intrication des étals et des bancs dans l’habitat, le sourire et la gentillesse des exposants font oublier les grimpettes et préparent à fond l’appétit.

 

 

 

Alors là c’est le top. D’abord la cabane à gaufres, que dis-je, le palais de Gaufres avec Mme la Présidente du comité des fêtes qui officie aux côtés d’une copine. Il y a une telle queue qu’en plus d’une demi-heure nous n’avons pas pu goûter les gaufres que tout le monde déclaraient succulentes, délicieuses, fondantes et autres.

 

 

 

Ensuite le barbecue où s’escrime une demi-douzaine de bénévoles à tablier. Avec Raymond préposé au pain et à la moutarde. La ruée sur le buffet est telle qu’il a fallu retrouver du pain semble-t-il et surtout, crac, plus de frites. C’est la cata, une file se forme, des frites ! des frites ! Des frites !… Mais attention ici on est champions en tout et voila cinq kilos de frites qui arrivent… Ouf !

 

 

A côté, derrière les tables de restauration où l’on n’arrive à 13H30 à loger que la moitié des convives, c’est la foule des grands jours, même à cette heure là, se trouve la buvette où l’on peut s’offrir un chien chaud en sirotant une bonne pression bien fraîche.

 

 

Côté statistique on en est, à presque 14H00 alors que la demande ne faiblit pas, à 15 kilos de pâte à gaufres (et ce n’est pas fini), 30 kilos de frites (n’en faudra-t-il point quérir derechef ?), plus de 15 kilos de saucisses et de merguez. On vous passe les futs de bière qui se vident comment ? Sous pression, celle des clients.

 

 

 

La recette devrait être bonne et le trésorier sait ce que cela revêt une réelle importance. Car le comité des fêtes finance le banquet annuel des anciens, et ça c’est essentiel dans la vie d’un village. En plus il y a le repas annuel offert aux bénévoles, et ça c’est essentiel dans la vie d’une association.

 

C’est un must cette brocante serpentant dans le village, et en plus les maisons sont belles. Pour l’an prochain vous ne vous lèverez pas en disant « Non, je n’irai pas à la brocante de Vaux en pré », parce que vous irez.

 

Mais attention vous avez droit à la séance de rattrapage le 2 Août prochain.

 

Et après vous en être mis plein les yeux et la panse vous pouvez visiter l’église Saint-Roch, de style roman des XI et XIIe siècles et qui est inscrite aux monuments historiques.

 

 

N’oublions pas que cette charmante petite commune, très attachante, est la ville natale de Roger Lagrange. Ce fut un de nos grands hommes politiques bourguignons, né le 4 mai 1913 à Vaux-en-Pré, membre de la SFIO, puis du PS, Sénateur, Député. Il est mort le 29 septembre 2000.

Et puis même sans brocante allez à Vaux en pré pour respirer le bon air et faire de belles ballades.

 

 

 

Gilles Desnoix

 

 

 

 

broc vaux 2707159

 

 

broc vaux 2707152

 

 

broc vaux 2707153

 

 

broc vaux 2707154

 

 

broc vaux 2707155

 

 

broc vaux 2707156

 

 

broc vaux 2707157

 

 

broc vaux 2707158

 

 

broc vaux 27071510

 

 

broc vaux 27071511

 

 

broc vaux 27071512

 

 

broc vaux 27071513

 

 

broc vaux 27071514

 

 

broc vaux 27071515

 

 

broc vaux 27071516

 

 

broc vaux 27071517

 

 

broc vaux 27071518

 

 

broc vaux 27071519

 

 

broc vaux 27071520

 

 

broc vaux 27071521

 

 

broc vaux 27071522

 

broc vaux 27071523

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer