Autres journaux :


jeudi 18 juin 2015 à 09:32

Jazz et Franc-Maçonnerie (Le Creusot)

Par Richard Rousselet et Jean-Didier Tourneur au petit théâtre du Château de la Verrerie !



C’était mardi soir ! Fantastique ! Il ne pouvait en être autrement avec ces deux Jazzmen Belges de réputation internationale qui jouent depuis des lustres avec les plus grands.

 

 

Pour le musicien de Jazz, comme pour le Franc-Maçon la perfection est inaccessible.

 

Le jazz est un moyen d’expression individuelle dans le cadre d’une création collective. Tous les musiciens y sont égaux. ÉGALITÉ. Pour le Franc-Maçon, la perfection inaccessible , lui donne la volonté de s’en approcher en s’enrichissant des DIFFÉRENCES.

 

Les deux ne pouvant qu’évoluer dans un cadre de TOLÉRANCE et de FRATERNITÉ.

 

 

Le Jazz a apporté à la civilisation occidentale quelque chose qui lui manquait. La civilisation chrétienne se méfiait du corps et de la sexualité. Le Jazz introduit le rythme extatique (extase, jouissance). Jusqu’alors l’église veillait au grain et n’avait eu de cesse d’interdire ce qu’elle considérait comme scandaleux, la Polka, la Mazurka, la Tarentine.

 

 

À l’instar de tous les régimes totalitaires du XXème qui ont tous interdit le Jazz.

 

Après Richard Rousselet et Jean-Didier Tourneur expliquent par verbe et surtout musique ce qu’est le Swing, (le pair a RDV avec l’impair), puis l’improvisation :

 

 

improvisus, quelque chose qui n’est pas prévu.

 

L’improvisation n’est jamais au programme des conservatoires.

 

 

Le Jazz et la Franc-Maçonnerie ont en commun l’Oralité. La Franc-Maçonnerie est la seule institution occidentale « à mettre l’oral par dessus l’écrit ».

 

 

Une partition de Jazz « oralisée » révèle toujours un texte différent. Même texte, mais on reconnaît tout de suite si c’est Quincy Jones ou Miles Davis qui souffle dans le cornet. Dans la musique classique, le texte est très écrit, et il est interdit de le « bricoler », sinon le chef d’orchestre donne un coup de baguette sur les doigts.

 

 

Ainsi Jazz et F-M partagent un même monde initiatique et témoignent ensemble d’une même capacité à vivre et à se développer à l’abri de l’oppression.

 

 

Ils partagent le même idéal de LIBERTÉ et une volonté égale à faire progresser, même clandestinement, la Société.

 

Le Maçon est un Homme Libre dans une Loge Libre comme le musicien de Jazz est un Homme Libre dans une formation librement réunie.

 

 

VVD

 

 

 

zele 1806153

 

 

 

zele 1806152
zele 1806154

 

 

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer