Autres journaux :


mercredi 6 mai 2015 à 05:52

Du champ à l’assiette (Agriculture)

"Quelles ambitions de distribution pour nos produits alimentaires ?" s'interrogent les JA !



La publication du 4ème rapport de l’Observatoire des Prix et des Marges le 22 avril dernier, a montré la grande précarité des agriculteurs face à la variation des prix, qui ont des difficultés à couvrir l’intégralité de leurs coûts de production. La guerre des prix entre distributeurs ou les récents rapprochements des centrales d’achats fin 2014 n’arrangent pas la situation. Jeunes Agriculteurs est convaincu que la production doit prendre davantage de place dans la distribution pour capter plus de valeur ajoutée.

 

 

La grande distribution : un circuit qui permet d’écouler les stocks, mais qui met les producteurs dans un rapport de force de perdants

 

Aujourd’hui, la grande distribution représente environ 70% du marché alimentaire(1). Les producteurs ont donc majoritairement recours à ce circuit de distribution dont les moyens logistiques et financiers permettent de distribuer des volumes colossaux de marchandises tout en assumant une réduction de leurs marges.

 

Cette relation de dépendance des producteurs vis-à-vis des enseignes de la grande distribution crée un rapport de force en défaveur des producteurs dont les marges sont faibles aujourd’hui.

 

Par exemple, sur 100 euros de consommation alimentaire en 2010, la valeur ajoutée se répartit de manière très inégale : 8€ pour l’agriculture, 10€ pour l’industrie agroalimentaire et 39€ pour le commerce et les services [2].

 

 

Jeunes Agriculteurs en réflexion depuis plusieurs années pour impulser des circuits de distribution gérés par la profession.

 

 

Depuis 2012, et grâce au soutien du Ministère de l’Agriculture notamment, Jeunes Agriculture travaille sur la construction d’un modèle de distribution géré par la production.

 

Cette étude, dont les résultats sont prévus pour début 2016, associe les différents acteurs de la profession (coopératives agricoles et Chambres d’Agriculture) afin de définir un modèle économique viable à l’échelle d’un grand bassin de consommation, mais aussi dans le but de fédérer les initiatives de distribution déjà existantes sur le territoire et gérées par les producteurs.

 

La profession détient déjà des outils logistiques et industriels (notamment grâce au développement des coopératives agricoles) mais la capacité de distribution reste le maillon manquant pour que la profession puisse être maîtresse, de l’amont à l’aval, de la chaine de production.

 

Pour l’aboutissement de ce projet, Jeunes Agriculteurs a pour ambition de réunir et d’échanger avec l’ensemble des acteurs qui gravitent autour des questions de l’alimentation, qu’ils soient agricoles ou non (collectivités locales, associations de consommateurs, etc.)

 

 

La distribution, un thème de réflexion récurrent pour Jeune Agriculteurs puisqu’il est à la croisée de deux acteurs : le producteur et le consommateur

 

 

Si les consommateurs semblent favorables à une reprise en main de la distribution par les producteurs, ils souhaitent néanmoins un retour aux produits locaux pour retrouver une certaine confiance dans leur alimentation.

 

Les réflexions sur la distribution à Jeunes Agriculteurs portent à la fois sur les consommateurs pour :

 

 

Leur permettre de bénéficier de prix juste

 

Répondre à une demande de produits de proximité et à réduire le nombre d’intermédiaires afin d’avoir une connaissance de la provenance de ce qu’il se trouve dans leurs assiettes.

 

Valoriser des produits issus d’une agriculture responsable et respectueuse de l’environnement.

Il s’agit pour monde agricole de :

 

Fédérer l’ensemble des acteurs du monde agricole autour d’un projet collectif

 

Redonner de la valeur ajoutée aux agriculteurs

 

Créer de nouvelles perspectives de commercialisation et assurer une visibilité économique notamment pour les jeunes qui s’installent

 

Obtenir des références de prix « justes » et rémunérateurs

 

Mutualiser les moyens et les compétences des partenaires pour un objectif commun : la maîtrise des filières agricoles

 

Inciter le collectif dans les circuits de commercialisation souvent assimilés à des pratiques individuelles : la coopération entre les différents acteurs agricoles permettra de rester compétitif et de relever les défis économiques.

Portraits de Jeunes Agriculteurs qui ont fait le choix de circuit gérés par les producteurs

 

 

[1] Chiffres INSEE 2013
[2] Observatoire de la formation des Prix et des Marges des produits alimentaires (2015), chiffres 2010

 

 

Emilien Piroux 05 05 15

 

Emilien Piroux

Éleveur en Auvergne

 

Emilien Piroux est installé en 2008 sur une exploitation individuelle en Haute-Loire. Ce hors cadre familial élève une quarantaine de vaches allaitantes (de race aubrac et limousine) et une cinquantaine de porcs en plein air sur 75 hectares, le tout en agriculture biologique. Il transforme lui-même sa production dans un atelier qu’il partage avec 4 autres producteurs où il réalise de la charcuterie ainsi que des plats préparés. Il écoule 80 % de sa production en vente directe et le reste pour la restauration collective.

 

Damien Devienne 05 05 15

 

 

Damien Devienne
Éleveur en Picardie

 

 

Damien s’est installé en 2011 avec son frère en bovin viande sur une ferme qu’il souhaitait convertir en bio. Financièrement, la conversion est une étape qui est difficile pendant la phase d’installation. « C’est la vente en direct qui nous a permis d’apporter de la valeur ajoutée et nous a aidée à passer ce cap ». En effet, les deux tiers du chiffre d’affaires, environ 100 000 euros, proviennent de la commercialisation des produits de l’exploitation directement auprès des clients.
Une quinzaine de vaches, une dizaine de veaux et une cinquantaine de porcs sont engraissés sur la ferme et passent par ce circuit. Une partie est également transformée en plats cuisinés tels que la carbonade de bœuf ou le pâté de campagne.

 

Sébastien Richard 05 05 15

 

 

Sébastien Richard
Éleveur en Alsace

 

Installé depuis 2009 sur une exploitation familiale d’une centaine d’hectares de prairie, en zone de montagne, Sébastien élève 25 vaches laitières de race vosgienne et 35 vaches allaitantes. « On a fait le choix de valoriser toute la production laitière en fromage (Munster fermier AOP, Tomme) et en crèmes glacées que nous fabriquons et vendons directement à la ferme. » L’accueil des consommateurs se fait jusqu’à l’hébergement, grâce à leur ferme auberge.

 

Cette volonté de sortir des circuits de distribution traditionnels date des années 90, car ce n’était plus rentable de produire du lait en zone de montagne. « Il fallait compenser les déficits de production et c’est ce que nous avons fait en intégrant la transformation du lait ». Le panel de clientèle est large : des restaurateurs aux familles, ce sont aussi les épiciers des alentours qui viennent s’y approvisionner.

 

Fabien Moins 05 05 15

 

 

Fabien Moins
Producteur polycultures/élevage en Ardèche

 

 

Fabien Moins est installé depuis 2007 sur une exploitation familiale d’une centaine d’hectares en zone en terrasse. Il a choisi de valoriser ses multiples productions via des circuits courts : « Les circuits courts me permettent de valoriser mes produits et me donne un contact avec le consommateur. Je peux ainsi saisir d’une part leurs attentes, mais également leur vendre un produit gustatif et non standardisé comme c’est le cas en grande distribution. »

 

Pommes de terre, oignons, agneaux et veaux, œufs sont commercialisés dans un magasin de producteurs où Fabien et 9 autres producteurs se sont regroupés. Les châtaignes (labélisées bio, AOP châtaignes d’Ardèche) sont également une production que Fabien commercialise dans son magasin, mais une partie part à l’export et 1,5 tonne transformée et vendue.

 

 

A propos de Jeunes Agriculteurs :

 

Fondé en 1957, Jeunes Agriculteurs est le seul syndicat professionnel composé exclusivement de jeunes âgés de moins de 35 ans (50 000 adhérents répartis en structures de réflexion et de décision décentralisées). Animé par un esprit de solidarité et de convivialité, JA a pour objectifs de défendre les intérêts des jeunes agriculteurs et de favoriser l’accès au métier d’agriculteur pour assurer le renouvellement des générations en agriculture.

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer




3 commentaires sur “Du champ à l’assiette (Agriculture)”

  1. Daniel Z dit :

    Bravo les jeunes !
    Il en faut, du courage et des compétences pour faire face à ce genre de défi !

    Amitiés

  2. Nonmerci dit :

    C’est trop cher pour de la marchandise sans intermédiaire(s) !

    • Daniel Z dit :

      Cher ? C’est possible mais n’est ce pas le juste prix ?
      Nous oublions un peu vite ce que provoque notre mode d’achat.
      Des groupes puissants pressurent nos entrepreneurs et engrangent les profits.
      Nos entreprises ferment ou sont asphyxiées.

      Dans le prix de nos marchandises il faudrait rajouter tout le coté social que nous sommes obligés de de régler, via nos impôts.
      Aides (sinon ce sont des sociétés étrangères qui vont prendre le contrôle…
      Voudriez vous vivre sous la coupe de Monsanto
      Intéressez vous aux pratiques des semenciers ….
      Nous sommes nombreux à nous poser des questions quant au rôle des politiciens ?
      Indemnités et assistance au sans emploi….. qui nécessitent une pléthore de personnels pour une gestion plutôt discutable non ?
      Perte de compétences qui entrainent notre dépendance…..

      Notre comportement est simple : tous, nous aspirons à acheter des produits élaborés par des gens, voire des enfants exploités, et nous sommes prêts à admettre cette démarche pour tous, y compris « les autres » français

      Mais nous avons perdu de vue que ce qu’un jour, c’est notre tour de passer à la casserole….

      Alors, ne faut il pas souhaiter qu’un maximum de travailleurs et entrepreneurs prennent leur destin en main, et essayent de sortir du carcan des systèmes obligatoires et monopolistiques institués par des profiteurs avec la bienveillance du monde politique ?

      Amitiés