Autres journaux :



samedi 2 avril 2016 Ă  06:53

Semaine du compostage du 1er au 11 avril 2016

La mise en Ĺ“uvre du compostage



 

Depuis plusieurs annĂ©es, on parle de plus en plus de compostage. Il y a les pour et les contre, ceux qui le pratiquent chez eux et chez qui vont dĂ©poser leurs dĂ©chets organiques dans un lieu bien prĂ©cis. Il existe aussi des collectivitĂ©s qui se chargent pour l’ensemble des administrĂ©s de cette tâche, comme la CUCM via son usine Creusot Montceau Recyclage.

 

 

 

Mais comment se pratique le compostage ? Les pratiques sont-elles les mĂŞmes selon qu’on pratique chez soi ou Ă  un niveau industriel ?

 

 

 

Nous tenterons ici de vous apporter quelques éléments de réponse.

 

 

DĂ©finition

 

 

 

L’Agence de l’Environnement et de la MaĂ®trise de l’Énergie (ADEME) dĂ©finit le compostage comme suit : « Le compostage est un procĂ©dĂ© de transformation de matières fermentescibles, très utilisĂ© en particulier en milieu agricole. En effet, le rĂ©sultat du compostage (compost) permet d’amender les sols en amĂ©liorant leur structure et leur fertilitĂ©. »

 

 

 

Le produit du compostage, c’est-Ă -dire le compost est donc utilisĂ© pour enrichir les sols. De nombreux scientifiques s’accordent en effet Ă  reconnaĂ®tre que ceux-ci s’appauvrissent annĂ©e après annĂ©e, notamment du fait de l’utilisation massive de produits issus de la pĂ©trochimie.

 

 

 

Or le compost est un produit tout Ă  fait naturel. C’est lĂ  sa première vertu. Sa deuxième vertu est de permettre de faire rentrer des dĂ©chets dans un nouveau cycle, au lieu qu’ils soient purement et simplement enfouis et ainsi perdus.

 

 

On dit aussi du compostage qu’il s’agit d’un procĂ©dĂ© de transformation aĂ©robie (contrairement Ă  la mĂ©thanisation qui est une rĂ©action anaĂ©robie) de matières fermentescibles dans des conditions contrĂ´lĂ©es. Il permet donc l’obtention d’une matière fertilisante stabilisĂ©e riche en composĂ©s humiques, le compost. Il s’accompagne d’un dĂ©gagement de chaleur et de gaz carbonique.

 

 

 

C’est pour cette raison que lorsque vous regardez parfois votre compost une vapeur peut se dĂ©gager de celui-ci. C’est tout Ă  fait normal.

 

 

 

composte 0104164

 

 

 

La mise en Ĺ“uvre du compostage

 

 

Le compostage est facilement mis en œuvre, ce qui permet une gestion locale limitant les transports de déchets. Différentes formes de compostage sont utilisées de manière complémentaire :

 

 

 

  • le compostage domestique ;

  • le compostage de proximité ;

  • le compostage centralisĂ©.

 

 

2,1 millions de tonnes de compost ont Ă©tĂ© produites en 2010 (selon l’enquĂŞte ITOM 2010). Selon l’audit rĂ©alisĂ© en 2006 par l’ADEME, 820 plates-formes de compostage traitaient 6 Mt/an (dont 4 Mt de dĂ©chets verts et 1 Mt de boues brutes). La fraction fermentescible des ordures mĂ©nagères rĂ©siduelles n’est pas comptabilisĂ©e ici.

 

 

 

En 2011, les biodĂ©chets des mĂ©nages collectĂ©s sĂ©lectivement reprĂ©sentaient 1,3 Mt dont moins de 52 000 t contenant des dĂ©chets de cuisine (selon l’enquĂŞte collecte 2011).

 

 

Le compostage connaît depuis quelques années une forte croissance, tirée notamment par le développement du compostage des déchets verts.

 

 

 

Quelles matières dans le compost ?

 

 

 

Le principe aérobie du compostage nécessite que les déchets traités permettent une circulation suffisante de l’air.

 

 

La granulométrie des matières traitées ne doit donc pas être trop fine. Si elles sont trop fines ou trop riches en eau, il faut les mélanger avec des structurants à base de bois, laissant circuler l’air et se dégradant lentement.

 

 

 

On peut ainsi intĂ©grer des dĂ©chets verts dans le compost : ce sont les feuilles mortes, tontes, tailles, rĂ©sidus d’Ă©lagage, dĂ©chets d’entretien de massifs, de jardin des particuliers. Les boues de station d’Ă©puration peuvent ĂŞtre aussi intĂ©grĂ©es. Celles-ci sont produites dans les stations d’épuration des eaux urbaines avant que celles-ci ne soient rejetĂ©es en rivière. Elles sont riches en matières organiques, en phosphore et en azote. Elles peuvent aussi contenir des Ă©lĂ©ments traces mĂ©talliques ou des composĂ©s traces organiques. Les teneurs en ces Ă©lĂ©ments indĂ©sirables ont fortement diminuĂ© ces dernières annĂ©es d’après l’ADEME.

 

 

 

Les biodéchets des ménages peuvent aussi être intégrés : on parle ici des déchets de cuisine des particuliers, essentiellement des épluchures ou des restes de repas, ainsi que les déchets de jardin.

 

 

 

Depuis le 1/1/2012, les producteurs et détenteurs de plus de 120 t/an de biodéchets doivent mettre en place le tri et la collecte sélective pour une valorisation par compostage ou méthanisation (loi 2010-788 du 12 juillet 2010, art. 204). Et depuis le 1/1/2016, tous les producteurs générant plus de 10 t/an sont concernés par l’obligation.

 

 

 

Concernant les effluents d’élevage, les fumiers sont compostés sur des plates-formes industrielles, pour la fabrication d’amendements organiques, ou chez les éleveurs. Le co-compostage à la ferme consiste le plus souvent en un traitement conjoint des effluents d’élevage et des déchets verts.

 

 

Une dernière catégorie de déchets compostables concerne les déchets organiques d’origine agricole ou industrielle. Ces autres déchets organiques peuvent être compostés (boues de papeterie, déchets agroalimentaires et pharmaceutiques, fruits et légumes de retraits etc.), le plus souvent avec un structurant carboné.

 

 

 

 

composte 0104162

 

 

 

Si on essayait ?

 

 

 

L’ADEME propose un guide du compostage pour nous guider dans les premiers pas du compostage (http://ademe.typepad.fr/files/guide_ademe_compostage_domestique.pdf).

L’agence rappelle d’ailleurs que le compostage est une phase naturelle existant dans la nature depuis toujours.

 

 

 

Deux techniques sont présentées, celle en tas et celle en bac.

 

 

 

Celle en tas a l’avantage de ne prĂ©senter aucune contrainte de volume. Vous jouez sur la hauteur, la longueur et vous pouvez faire autant de tas que vous le souhaitez.

Les déchets sont toujours accessibles et visibles. Vous les surveillez en toute facilité.

 

 

 

Le compostage en tas convient à ceux qui disposent de place et n’ont pas beaucoup de temps à consacrer au compostage.

 

 

 

Le manque d’arrosage est compensé par les pluies périodiques. L’aération naturelle est souvent importante et limite ainsi les risques d’asphyxie. L’évaporation relativement aisée peut aider à combattre l’excès d’eau. Mais le mieux est quand même de surveiller et de mélanger régulièrement votre compost.

 

 

Parmi les inconvénients de cette technique, la vision d’un tas n’est pas du goût de tout le monde. Le compostage est un peu plus long : il faut de six mois à un an pour obtenir un compost mûr prêt à l’emploi.

 

 

 

Et pour le compostage par bac ?

 

 

 

Vous pouvez le mettre à l’abri des aléas climatiques et assurer une décomposition homogène pour l’ensemble de la masse. Les composteurs fermés placent les déchets hors de portée des animaux.

Un composteur vous permet de fabriquer votre compost mĂŞme si vous ne disposez que de peu de place.Le compostage peut ĂŞtre rapide (quatre Ă  cinq mois).

 

 

Il convient uniquement pour les petits volumes (jusqu’à 1000 litres). Vous pourrez remédier à cette contrainte en utilisant plusieurs composteurs.

 

 

Pour que le compostage en bac fonctionne correctement, il faut y consacrer du temps.

 

 

Le fait que le composteur soit fermé ne signifie pas que le compostage se fasse seul. Il faut le surveiller fréquemment pour éviter des dérives (sécheresse, pourrissement nauséabond) qui sont irréversibles en l’absence d’intervention de l’opérateur.

 

 

 

Le brassage doit se faire sur une vingtaine de centimètres à chaque apport de déchets frais pour les mélanger aux matières présentes. Il faut ensuite recouvrir le tout de copeaux, broyat de branches ou autres matières grossières carbonées.

 

 

 

Il peut être utile de fonctionner avec deux bacs (ou plus), le premier recevant les déchets frais et le dernier servant à la maturation du compost. Veillez à respecter l’ordre d’arrivée des matières lors de leur transfert d’un composteur à l’autre (les plus anciennes doivent être au fond du bac).

 

 

 

Comment choisir son composteur ?

 

 

 

Il existe plusieurs modèles de composteur : en bois et en plastique. Le premier a l’avantage de pouvoir se recycler une fois arrivĂ© en fin de vie. Avec le second, le compostage se fait plus rapidement et sa durĂ©e de vie est plus longue.

On peut aussi le fabriquer soi-mĂŞme avec des parpaings par exemple.

 

 

 

Le compostage semi-collectif

 

 

 

Le compostage semi-collectif concerne des quartiers ou des groupements de plusieurs habitations. Certaines collectivités le font aussi (écoles, cantines etc.).

 

 

 

On retiendra les arguments suivants en faveur du compostage semi-collectif : la pratique du compostage semi-collectif permet d’étendre au milieu urbain les avantages du compostage domestique, Ă  savoir la rĂ©duction des dĂ©chets des habitants et de la collectivitĂ©. Les quantitĂ©s d’ordures mĂ©nagères Ă  traiter sont moins importantes et les coĂ»ts de leur gestion peuvent diminuer ; obtention d’un produit de qualitĂ© pour les plantations des particuliers, mais aussi des espaces communautaires ; crĂ©ation d’une activitĂ© collective profitable Ă  chacun au niveau d’une rĂ©sidence, d’un quartier… Les liens entre voisins se renforcent ou se crĂ©ent.

 

 

 

Sur la communautĂ© urbaine, les jardins partagĂ©s de Montceau ont dĂ©jĂ  mis en place de telles pratiques. Au Creusot, les jardins d’insertion de la RĂ©gie de quartier collectent les dĂ©chets des habitants volontaires et aussi de certaines grandes surfaces de distribution.

 

 

 

Chaque annĂ©e et Ă  plusieurs reprises des ateliers de compostage sont organisĂ©s Ă  destination des particuliers afin de leur permettre d’enrichir les sols de leur jardin. Et les adhĂ©rents Ă  cette pratique semblent de plus en plus nombreux que ce soit avec ou sans composteur.

 

 

 

La semaine du compostage débute ce vendredi 1er avril et se termine le 11 avril.

 

 

En parallèle, on peut aussi noter que la semaine du développement durable débute ce vendredi et se termine le 7 avril.

 

 

 

Bon compostage à tous !

 

 

 

EM

 

 

 

composte 0104163

 

 

 

 

 

composte 0104165

 

 

composte 0104166

 

 

composte 0104167

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer