Autres journaux :



samedi 25 juillet 2015 à 07:01

Du côté des entreprises

La Ferme des Grands Champs à la Chapelle-sous-Uchon



 

 

 

La Ferme des Grands Champs

 

à la Chapelle-sous-Uchon

 

 

 

Aujourd’hui nous vous emmenons à la ferme de Rudolph et Trudie Willemse. Situé dans le Morvan,  sur la commune de la Chapelle sous Uchon, le domaine des Grands champs dispose de plusieurs activités.

 

 

 

Portrait d’entrepreneurs

 

Rudolph et Trudie ne sont clairement pas originaires du Morvan. Pourtant aujourd’hui, ils ne quitteraient leur ferme pour rien au monde.

 

 

Tous les deux hollandais, ils ont assuré des postes à responsabilité : Trudie travaillait dans le secteur bancaire et Rudolph était photographe.

 

 

Rapidement ils n’ont plus supporté le rythme de vie stressant de la société hollandaise. Trudie raconte avoir vu des collègues tomber malades et d’autres partir.

 

Pour le couple, cette situation n’était plus tenable : il fallait changer de vie !

 

 

Ils souhaitaient revenir au plus près de la nature et vivre en autonomie. Cela passait par l’achat d’une ferme. Seulement, tout était trop cher en Hollande. Lors de leurs vacances, ils s’étaient rendus dans les Alpes, en Suisse ou en Autriche par exemple. Ils ne connaissaient donc pas le Morvan.

 

Pourtant seules la France et la Hongrie pouvaient leur permettre de réaliser leur projet, le prix de l’immobilier y étant plus raisonnable.

Ne parlant pas hongrois, Rudolph et Trudie ont alors porté leur choix sur la France. Aidé sur place dans les visites de plusieurs fermes, c’est celle des Grands Champs qui a retenu leur attention : « un véritable coup de cœur » raconte Trudie.

 

C’est donc dans ce contexte que le couple s’est installé en France, en 2000.

 

Développement des activités

 

Au début de leur installation, ils ont choisi de développer leur autonomie avec des arbres fruitiers, un potager… Mais Trudie, gourmande de fromage, en avait besoin. C’est ainsi qu’ils ont acheté leur première vache.

 

 

Parallèlement, le couple a transformé une grange en gîte, aujourd’hui labellisé « accueil paysan ». Ils ont aussi choisi de recevoir des campeurs. Leur camping est aussi labellisé « accueil paysan ».

 

 

C’est le couple, arrivé il y a donc 15 ans, qui a réalisé lui-même les travaux de transformation nécessaires à leur projet.

 

Mais revenons à nos fromages. Comme l’explique Trudie Willemse « il manquait du fromage fermier » à leur repas. En Hollande, comme le couple vivait à la campagne, il obtenait son lait d’un voisin. Avec l’achat de leur première vache, ils ont ainsi commencé à faire le fromage pour eux-mêmes. Puis les voisins et d’autres personnes ont commencé à leur en demander. C’est donc en 2003, qu’ils ont fait un laboratoire au sein de la ferme.

 

Aujourd’hui c’est l’une des activités qui occupe le plus le couple : ils réalisent des fromages fermiers (de jeune à vieux), de type gouda (au lait de vache, et surtout pas industriel, Trudie insiste!), la tomme de vache, la tomme de chèvre. Ils vendent aussi des produits laitiers et des œufs.

Les fromages sont réalisés et affinés sur place dans une superbe cave voûtée, réalisée dès la construction de la ferme. Elle est donc idéale pour ce type d’activité.

 

Dans leur petite exploitation de 5 hectares, Rudolph et Trudie Willemse ont ainsi trois vaches, une génisse, une trentaine de chèvres, mais aussi trente poules, deux cochons et des lapins.

 

On peut retrouver Trudie sur les marchés à partir de l’été, sur les marchés de producteurs de pays. On peut acheter leurs produits à la ferme. Le couple livre également ses fromages dans les restaurants locaux, aux « paniers du coin » de Montceau-les-Mines et débute un partenariat avec une enseigne de la grande distribution à Autun.

 

S’agissant du camping, le gros de l’activité se situe surtout l’été. Dès leur installation dans la ferme, cette activité a été mise en place pour leur apporter un revenu supplémentaire. Ils proposent ainsi six emplacements de camping, dans un lieu calme et éloigné de tout. Retour à la nature garanti !

Ils reçoivent essentiellement des touristes belges et français !

 

Avec le développement de l’activité fromagère, le couple a réduit son activité d’élevage canin. Trudie explique qu’elle voulait faire les choses correctement. « C’est un travail intensif de s’occuper de chiots et de les socialiser » explique-t-elle.

L’élevage canin a même un affixe « Sous la chapelle ». Pour l’instant, cette activité est au ralenti au profit des fromages !

 

Une éthique au service de la nature

 

Soucieux de réduire leur impact sur la nature et de travailler au mieux avec elle, le couple utilise très peu de produits. Trudie, qui possède une excellente connaissance des huiles essentielles et des fleurs de Bach, les utilise pour soigner les animaux.

« On essaie d’être au plus près de la nature » dit-elle humblement.

 

Et d’ajouter : « Par contre, on ne veut pas de label bio, même si nous nous en approchons. Il y a des choses que je n’aime pas dans la réglementation. Et je ne souhaite pas faire payer les produits plus chers ».

 

Le couple a aussi développé une véritable éthique dans le traitement des chèvres et de leurs petits. S’il n’y a plus qu’une traite le matin, c’est pour permettre aux petits de téter leur mère la journée. Trudie convient qu’ils produisent moins de lait, mais il y a aussi un avantage : les mères comme les petits sont moins stressés. Et elle se sent ainsi plus sereine dans cet équilibre que son époux et elle recherchent avec la nature.

 

En résumé

 

« Les Grands Champs » c’est le nom de leur fermette qui date de 1863. Les Grands Champs sont entourés de 5 ha de prés et de bois et se situent à une altitude de 400 m, au bout d’une vallée, bordée de collines montant à 600 m.

 

 

Les Grands Champs font partie de la commune de La Chapelle-sous-Uchon, un petit village d’environ 200 habitants dans le sud-Morvan. Le bourg de La Chapelle est à 3 km.

 

 

Les Grands Champs sont composés de quatre bâtiments, deux « prés en haut », le « pré en bas », le pré « de l’autre coté du ruisseau » et le « bois ».

 

Les bâtiments comprennent un bâtiment d’habitation, une petite étable, le gîte, la fromagerie et les sanitaires du camping ; un bâtiment où se trouve à gauche le garage / grange  et à droite l’étable pour les vaches et les chèvres ; le four à pain et en dessous la cave d’affinage pour les fromages, puis le poulailler et enfin le « studio » où on trouve la salle d’aromathérapie.

 

Rudolph et Trudie pratiquent ce qu’ils appellent l’agriculture raisonnée, les animaux mangent un mélange de céréales broyées avec de la luzerne, de la pulpe de betteraves déshydratées et du foin. Pour soigner les animaux et se soigner, si nécessaires, ils utilisent des huiles essentielles, des plantes, des élixirs floraux et des remèdes homéopathiques. Si nécessaire, ils consultent le vétérinaire.

 

 

En plus, ils mettent à disposition un gîte, une caravane à louer et un camping à la ferme avec six emplacements.

 

Des idées de séjour cet été ? Vous souhaitez en savoir plus sur les Grands Champs ?

 

 

 

 

 

Voici leur site internet : www.les-grands-champs.com

 

 

Et pour les contacter par mail, c’est ici : les-grands-champs@wanadoo.fr

 

Prochaine visite d’entreprise dans 15 jours ! D’ici là, portez-vous bien !

 

Émilie Mondoloni

 

 

 

 

chevres 2207153

 

 

chevres 2207152

 

 


chevres 2207154

 

 

chevres 2207155

 

 

chevres 2207156

 

 

chevres 2207157

 

 

chevres 2207158

 

 

chevres 2207159

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer




Un commentaire sur “Du côté des entreprises”

  1. Daniel Z dit :

    En cette période de crise aigüe, cet article vient peu ou prou confirmer un fait que j’avais déjà remarqué plusieurs fois.

    Pour nous, Français, il existe nombre d’espaces que nous sommes incapables de rentabiliser.
    « Débarquent des étrangers » …..Non seulement ils les valorisent mais en plus expriment leur bonheur d’être dans ce qu’ils estiment être un beau pays !!!

    Et les Hollandais ont déjà « récupéré » bien des bâtisses, quand ce n’est des villages abandonnés.
    Je crois que nous pouvons les remercier de sauver une partie de notre patrimoine.

    Pourraient ils nous servir de modèle ?
    http://www.holland.com/fr/tourisme/article/faits-chiffres-1.htm

    Qui peut mettre en évidence les différences qui font que chez nous, ça ne marche pas ?

    Amitiés