Autres journaux :


mercredi 17 mai 2017 à 06:35

Agire Montceau

Garantie jeunes, rencontres avec des professionnels




 

 

 

 

Ce mardi matin, Agire avait organisé un événement autour de la « garantie jeunes » dans ses locaux de Montceau-les-Mines.

 

 

La garantie jeunes est un dispositif destiné aux jeunes de 16 à 25 ans et proposant un suivi sur un an sous la forme d’un accompagnement renforcé. Ce suivi implique une immersion en entreprises de 80 jours minimum. Ces immersions sont l’occasion pour un certain nombre de jeunes d’avoir ensuite accès à leur premier CDD !

 

 

 

Un dispositif pour des jeunes en difficulté

 

 

 

Comme nous a expliqué Agnès Clair, animatrice équipe conseiller mission locale, la garantie jeunes est ouverte aux jeunes de 16 à 25 ans, avec une ouverture aux mineurs depuis le 1er janvier 2017. La garantie jeune propose une rémunération mensuelle de 470 € pour les majeurs. Et l’accompagnement des mineurs privilégie le développement des contrats de professionnalisation.

 

 

 

Mais attention, il faut remplir un certain nombre de critères pour avoir accès à ce dispositif : être sans emploi, sans formation, en grande difficulté sociale et remplir des critères d’employabilité et montrer sa motivation.

Agire a intégré le dispositif « garantie jeunes » sur le Creusot-Montceau dès le mois de mai 2015 avec 77 jeunes pour l’année 2015, 100 jeunes pour 2016 et actuellement 120 jeunes pour 2017.

 

 

Au-delà du dispositif renforcé « garantie jeunes », Agire suit environ 2200 jeunes dans le cadre de ses différents services : mission locale, PLIE (Plan Local pour l’Insertion et l’Emploi), MIFE (Maison de l’Information sur la Formation et l’Emploi), CEP (Conseil en Evolution Professionnelle) et VAE (Validation des Acquis de l’Expérience).

 

 

 

Rencontre avec des professionnels

 

 

 

Ce mardi était dédié à des entretiens avec des professionnels partenaires d’Agire. Ces professionnels issus d’entreprises privées, publiques, d’associations ou encore d’agence d’intérim ont fait passé des entretiens aux jeunes présents ce jour. Au total, c’est une dizaine d’employeurs qui a joué le jeu pour accompagner ces jeunes, avec comme objectif également de leur faire un retour sur leur prestation dans le cadre de l’entretien et leur donner ainsi des conseils pour s’améliorer et se donner les meilleurs chances d’accès à des missions d’immersion voire à l’emploi !

 

 

 

Cette journée a été organisée à l’initiative des deux conseillères dédiées à la « garantie jeunes », Karin Ackermann et Fatima Lahmar.

 

 

 

Et ce n’est pas la première fois qu’elles font appel à des professionnels pour conseiller ces jeunes. Toutefois sous cette forme, il s’agissait bien d’une première.

En effet, le dispositif comprend un accompagnement collectif sur 5 semaines. Deux semaines sont destinées à la constitution du collectif et trois semaines sont destinées aux interventions de partenaires qui vont donner des informations aux jeunes. Ces partenaires sont issus de la CPAM, du CCAS, du planning familial, d’entreprises d’intérim, de la CAF, de la Marine etc.

 

 

Un acteur vient faire travailler les jeunes sur le développement personnel.

 

 

Au cours de l’année, les jeunes doivent impérativement obtenir 80 jours d’immersion en entreprise qu’ils réalisent sur de courtes périodes au sein de plusieurs entreprises : en moyenne entre 7 et 15 jours et maximum un mois.

 

 

 

Agire pour les jeunes et les moins jeunes

 

 

 

Comme nous l’a expliqué sa directrice générale Marie-Lise Calabria, Agire suit 2200 jeunes par an dans le cadre de la mission locale et au total 3500 personnes par an, parmi lesquelles des salariés, des personnes en situation d’illettrisme ou encore des personnes âgées de plus de 25 ans en difficulté.

 

 

Si nous indiquions qu’Agire accueille cette année 120 jeunes dans le cadre de la garantie jeunes, ils n’arrivent néanmoins pas tous en même temps. L’association assure un cadencement toutes les 5 à 6 semaines avec l’arrivée d’une nouvelle cohorte de 10 à 15 jeunes.

 

 

Marie-Lise Calabria, qui a rappelé qu’Agire a été la première à déployer le dispositif en mai 2015 assure bien que l’objectif est le retour à l’emploi et de permettre aux jeunes de gagner en autonomie. En plus du suivi collectif, un suivi individuel hebdomadaire est réalisé. A l’issue du dispositif, soit le jeune valide un projet professionnel, soit il se rend compte qu’il n’est pas fait pour la filière envisagée. Le projet professionnel est alors retravaillé dans ce cas précis et notamment à travers l’immersion.

 

 

 

Témoignages

 

 

 

Ce mardi matin, nous avons rencontré deux jeunes gens intégrés dans ce dispositif depuis le mois de septembre dernier.

 

 

 

Alexis Gueye, 23 ans, jeune montcellien est danseur et souhaitait poursuivre son projet dans cette filière. Depuis sont intégration du dispositif, il a réussi à trouver des petits contrats en tant que formateur de danse et danseur professionnel (danse contemporaine). Son objectif du jour ? S’améliorer au niveau des entretiens. Optimiste, il reconnaît pour l’instant que son projet est en phase de lancement et qu’il doit travailler son réseau pour mieux se faire connaître et avoir accès à un emploi.

Océane Ketterle, creusotine, a 20 ans. Après avoir obtenu un bac pro conduite et gestion d’entreprise hippique, elle a connu des difficultés à trouver un emploi du fait de difficultés du secteur d’activité.

 

 

 

Elle a alors décidé de changer de secteur d’activité et s’est intéressé au prêt-à-poter. Depuis son entrée dans le dispositif, elle a déjà réalisé presque 60 jours d’immersion dans des entreprises de prêt-à-porter, de créateurs et même auprès d’un toiletteur pour chien !

 

 

Elle témoigne aussi : « Grâce à la garantie jeunes, j’ai pu avoir mon permis de conduire. Cela me rend nettement plus mobile à présent ».

 

 

 

De ses immersions, elle a de bons retours des employeurs qui aimeraient la reprendre en stage. Mais pour elle à présent, l’objectif est d’obtenir un emploi. Et si jamais tel n’était pas le cas à l’issue du suivi, elle envisage d’intégrer un BTS professionnel.

 

 

De l’avis de ces deux jeunes gens, ce suivi renforcé leur donne un cadre rassurant et les oblige aussi à honorer leurs engagements.

 

 

Avec plus d’une trentaine de participants ce mardi parmi les jeunes suivis par Agire, Hélène Sanna, responsable d’insertion du PLIE et de la mission locale pouvait se féliciter du travail de toute son équipe.

 

 

L’opération sera sans nul doute renouvelée par l’association Agire.

 

 

EM

 

 

 

agir 1705173

 agir 1705172

 

 

agir 1705174

 

 

agir 1705175

 

agir 1705176

 

 

agir 1705177

 

 

agir 1705178

 

 

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer