Autres journaux :



jeudi 8 juin 2017 à 05:28

Nouvel atelier starter au Creusot

Les bienfaits du bonheur au travail



 

 

 

 

 

 

Pour cette nouvelle édition des ateliers starter à destination des entrepreneurs de tout horizon, Laurence Gauthier et Véronique Kieny ont choisi d’aborder le thème de la qualité de vie au travail, ce mercredi matin.

 

 

Durant une partie de la matinée, l’IUT du Creusot a accueilli l’atelier starter dans la salle spécialement dédiée aux porteurs de projets inscrits au DU ICI.

 

 

Et ce sont aussi bien des entrepreneurs expérimentés que des plus jeunes qui étaient présents à cette matinée de réflexion : une quinzaine de personnes au total.

 

 

 

Responsable du bonheur

 

 

Parmi les personnes présentes, il y avait des étudiants, plusieurs managers, des enseignants de l’IUT, un expert-comptable, le responsable d’une entreprise d’insertion, un responsable au sein d’Alstom, l’école de la seconde chance de Saône-et-Loire et Olivier Laligant, Directeur de l’IUT du Creusot.

 

 

 

Le début de matinée s’est articulé autour des 3 parties de l’atelier starter : une première partie plus théorique, puis une deuxième s’appuyant sur le témoignage d’un entrepreneur en l’occurrence Sylvie Boudot de Pas à pas communication et Onze plus. Enfin l’atelier s’est conclu sur des retours d’expérience et des échanges sur des problématiques précises.

 

 

 

A l’animation Laurence Gauthier a d’abord expliqué le concept du « responsable du bonheur » ou cheif happiness officer, venant des Etats-Unis.

 

 

 

Elle a aussi expliqué l’évolution sociétale ponctuée par le désir de réalisation de soi de plus en plus important chez les jeunes, l’évolution de la psychologie en direction de la psychologie positive, l’attention portée à la ressource humaine ou encore une loi de 2008 portant sur le bien-être au travail de lutte contre le stress et le harcèlement.

 

 

 

Et de citer Laurence Vanhée, fondatrice du cabinet Happyformance : « Les salariés heureux sont deux fois moins malades, six fois moins absents, neuf fois plus loyaux, 55 % plus créatifs.

 

 

 

Poursuivant son portrait du bonheur dans l’entreprise, on se rend compte ainsi que ce seraient les plus jeunes (26-34 ans) et les travailleurs plus mûrs qui donneraient plus d’importance au bonheur.

 

 

 

Ainsi on apprend notamment que ce qui serait primordial pour les jeunes serait : que le travail ait un sens, que ce soit une passion et qu’il soit utile à la société.

 

 

 

Une innovation managériale

 

 

 

Pour Laurence Gauthier, nous serions en train de vivre un changement des pratiques managériales en direction d’une innovation managériale.

 

 

 

Toutefois, elle reconnaît l’exercice difficile pour quatre raisons principales : l’ancrage des certitudes d’abord et la difficulté de remettre en cause ce que l’on considère comme une vérité absolue ; la peur, ensuite ; la pression sociale (pessimisme, critiques, conformisme) ; les limites du raisonnement et la difficulté de penser autrement.

L’innovation managériale induit aussi une confiance entre manager et le reste de son équipe, l’engagement et la responsabilisation.

 

 

 

Dans cette idée de responsabilisation, il y a plus exactement celle de co-responsabilité : le plaisir et le bien-être au travail ne peuvent être à la seule initiative de l’employeur.

 

 

 

« Le management, cela s’apprend »

 

 

 

C’est ainsi que Sylvie Boudot a débuté son intervention sur le sujet, rappelant succinctement son parcours auparavant.

Et de poursuivre : « Je continue à apprendre et je m’inspire beaucoup d’autres entreprises. J’ai toujours calibré mon management comme si nous étions 10 à 20 personnes. Aujourd’hui je cadre davantage. Plus l’équipe grandit, plus on a besoin de repères, de rendez-vous avec les employés. Cela ne marche pas toujours pour les salariés. Il faut avoir conscience que la peur et les freins sont inhérents à l’être humain. »

 

 

 

A la suite, Anne-Laure, employée de Pas à pas Communication témoigne : « Quand les entreprises grossissent, elles changent. Au bout d’un moment, il faut que les personnes évoluent. Elles peuvent changer de postes. » Ce qui la rend heureuse aujourd’hui dans son travail ? L’ambiance ! Les échanges sont très importants également.

 

 

 

Sylvie Boudot explique également qu’au sein de l’entreprise, ils ont réalisé un travail avec un coach. Après un travail de 6 mois avec les salariés, une charte du bien-vivre ensemble est ainsi née. Tout le monde la lit en arrivant et la signe. Il ne s’agit pas d’un règlement intérieur.

 

 

 

Montrant l’organigramme de l’entreprise, Sylvie Boudot explique qu’elle travaille selon le système de relations de l’entreprise étendue : on regarde l’entreprise depuis ses partenaires jusqu’à ses salariés.

 

 

 

Soucieux du bien-être de leurs salariés, Sylvie et Marc Boudot ont aussi créé un comité des œuvres sociales (leur entreprise étant trop petite pour avoir un comité d’entreprise). Ce comité a un budget à l’année pour créer des événements. Le budget est dédié aux salariés. Comme elle l’explique « Tout le monde n’est pas partant à chaque fois, mais il est important d’observer ceux qui ne participent jamais ».

 

 

 

Pour Sylvie Boudot, toutes ces actions et initiatives participent d’un investissement. Mais elle ne regarde pas à la dépense. Elle reconnaît aussi que ce n’est pas toujours compatible avec la question de la rentabilité de l’entreprise.

 

 

 

Et de conclure : « Cela demande beaucoup de communication sur le fond. Quand on revient au sens même de ce que l’on fait, on est dans le vrai ».

 

 

 

L’atelier s’est poursuivi sur des échanges d’expériences vécues en entreprise : « On fait avec ce que l’on est », tel a aussi été le conseil en terme de management.

 

 

 

Des cas concrets ont été abordés, chacun y contribuant suivant sa propre expérience.

 

 

 

Les deux organisatrices de l’atelier starter étaient ravies à l’issue de celui-ci. Son succès était indéniable.

 

 

Quelle sera la prochaine thématique abordée ?

 

 

A suivre dans les prochains mois.

 

 

 

EM

 

 

starter 07061775

 

starter 0706172

 

 

starter 0706173

 

 

starter 07061774

 

 

starter 07061776

 

 

starter 07061777

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer