Autres journaux :



samedi 18 avril 2015 à 07:06

Ahoj Montceau (bonjour Montceau)

Ils étaient là, ils étaient partout et en laissaient le témoignage sur la chaussée



 

 

 

Ils étaient là, ils étaient partout

 

 

et en laissaient le témoignage sur la chaussée

 

 

Prague est la capitale et la plus grande ville de la République tchèque. Elle présente la particularité d’être l’une des quatorze régions de la République tchèque et la capitale de la région administrative de Bohême-Centrale et de la région historique de Bohême.

 

 

 

 

prague mont 1804152

 

 

 

Et par rapport aux 100 000 habitants de la communauté urbaine ses 1,257 million habitants font disproportionnés, mais nous les aimons bien quand même. Cette ville située dans le sillon est/ouest de l’histoire de l’Europe comporte des lieux remarquables comme la cathédrale Saint Guy, l’horloge astronomique, le pont Charles et le château (la citadelle) servant de cadre à la vie des jeunes gens fréquentant le lycée Jan Neruda (enfin le Gymnasium Jan Neruda).

 

 

Qui est la célébrité qui a donné son nom à cet établissement ? De son patronyme complet Jan Nepomuk Neruda, ce personnage célèbre du 19ème siècle, est un écrivain et poète tchèque. Mort à seulement 57 ans il fut l’un des membres prépondérant de l’École de Mai et a publié un recueil de nouvelles intitulé « Les Contes de Mala Strana ».
Malá Strana se situe au centre de Prague, et est l’un de ses quartiers les plus chargés en histoire. Jan Neruda en raconte la vie du petit peuple.

 

 

Cet établissement a été créé en 1865 et la section bilingue franco-tchèque a fêté sa 22ème année. En 2012 deux classes bilingues ont été ouvertes après l’examen d’entrée. Le cursus est sévère. Apprentissage intensif du français pendant les deux premières années. Les maths, la physique, la chimie, l’histoire et la géographie sont enseignés en français par des professeurs tchèques et français selon la méthodologie française. Le diplôme terminal est l’équivalent du diplôme approfondi de langue française du niveau C1 du Cadre européen commun de référence pour les langues.
Le Gymnasium Jan Neruda se classe 2ème des lycées tchèques et fabrique les futures élites de la science, de la culture, de la linguistique et des arts.

 

 

Ces jeunes ont 15/16 ans et ils le montrent avec l’imagination et les facéties de leur âge. Ils écrivent sur la chaussée qu’ils ont été là, ici, maintenant et partout. Ils ont une fantaisie que nous avons oubliée avec l’âge.

 

prague mont 1804156

Chaque année depuis de très nombreuses années des échanges ont lieu avec des villes françaises. Nîmes fut la plus ancienne, mais il y a eu aussi en Bretagne il y a deux ans, à Blois l’an passé. Pour Montceau c’est la quatrième fois depuis 2012, Nîmes reviendra à nouveau l’an prochain.

 

 

Des élèves Français se rendent tous les ans à Prague et en rapportent des souvenirs inoubliables. Les 22 lycéens pragois ont fait entre 12 et 14 heures de bus pour venir dans le bassin minier. Ils sont arrivés samedi soir. Comme ils disposent de leur propre bus ils se sont arrêtés en route à Vichy, Besançon par exemple. Les profs qui les accompagnent MM Laurent Proia et Philippe Bedert pour le lycée Pariat, Stépan Elias et Jaroslaw Tomés (le prof principal) côté Gymnasium Jan Neruda paraissent aussi enthousiastes que les jeunes.

 

 

 

Dans la région ils sont allés à l’écomusée du Creusot, au musée de la mine à Blanzy, dans les familles ils ont visité le coin, certain visité des celliers, etc. Tous disent que le programme a été riche, très, diversifié, très, qu’ils sont heureux mais fatigués, très.

 

 

Ce matin ils visitent la maison de l’école, s’installent sur les bancs d’un autre siècle, écrivent une dictée à la plume sergent major. Ils jouent le jeu à fond, c’est un choc des cultures quand même pour des jeunes nés entre 1999 et 2000 qu’ils soient Pragois ou Montcelliens.

 

 

prague mont 1804158

 

 

 

 

Et ils sont accueillis avec enthousiasme et peuvent apprécier ce lieu du passé aussi interactif.

 

 

 

prague mont 1804159

 

 

Cet après-midi, avant de prendre le bus pour le retour vers la Tchéquie, ils doivent encore participer à un jeu de piste au Crapa avec des énigmes sur les mines.

 

Bien sûr ils ont fait le plein de souvenirs et vont pouvoir se remémorer et apprécier les différences entre la bourgogne et Prague, la Bohème.

 

Madame Buchalik, l’adjointe au Maire de Montceau accueille les lycéens et les enseignants aux ateliers du jour pour leur faire visiter la médiathèque, l’auditorium, la grande halle. Ensuite tout le monde se rend à pied à l’embarcadère où l’adjointe à la culture leur offre un rafraichissement après avoir rappelé que la ville croit en la jeunesse, l’éducation et l’Europe, qu’elle soutient ces échanges qui lui paraissent porteurs d’avenir.

 

 

L’avenir, l’Europe les visiteurs y croient ferme, beaucoup pense ensuite que leurs études et leur vie ne pourront se faire sans cette dimension essentielle.

 

 

 

Berthe aux grands pieds s’introduit dans cet échange au travers des cadeaux que la ville de Montceau et ses édiles offrent à nos amis tchèques. Des collants pour les filles et des chaussettes pour les garçons. Mme Buchalik rappelle que Montceau n’est pas qu’une ville minière mais qu’elle a développé une importante industrie textile de haut niveau.

 

 

Mais est-il besoin de rappeler que Bertrade de Laon, dites Berthe aux grands pieds fut la femme de Pépin le Bref (on s’en moque un peu en fait) mais surtout, et c’est essentiel, la mère de Charlemagne. Et qui c’est celui-là ? Rien que l’empereur du saint empire romain germanique qui comprenait le royaume de bohème. En fait les jeunes Pragois repartent avec un élément vestimentaire qui les rattache à leur histoire. C’est finement joué de la part de la municipalité.

 

 

 

Ces 22 jeunes sont tous sympathiques et sérieux, avec des sourires radieux (Sympatičtí a pozorní mladí lidé, vždy usměvavý) et leurs enseignants parlent un français parfait et sont très concernés par leur mission (učitel mluví dobře francouzsky a jsou nadšeni pro sve povolání), (que nos amis tchèques excusent les fautes que je peux commettre mais comme ils font l’effort de parler Français, pourquoi pas moi…).

 

Leur conclusion est quand même « merci beaucoup pour ce séjour à Montceau » (děkujeme za krásný pobyt v Montceau) et sans doute ajouteraient-ils « vive les vacances » (Ať žije svátky).

 

Gilles Desnoix

 

 

 

 

 

 

prague mont 1804153

 

 

prague mont 1804154

 

 

prague mont 1804155

 

 

 

 

 

prague mont 1804157

 

 

 

 

prague mont 18041510

 

 

prague mont 18041511

 

 

prague mont 18041512

 

 

prague mont 18041513

 

 

prague mont 18041514

 

 

 

prague mont 18041515

 

 

 

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer