Autres journaux :



vendredi 25 mars 2016 à 10:07

Echanges – lycée Parriat et lycée Poljane (Montceau-les-Mines)

Conférence : "La France terre d’accueil, terre des droits de l’homme" par Christophe Sirugue, député



Levendredi 18 mars, M. Sirugue député de Saône et Loire, dans le cadre de l’échange entre le lycée Henri Parriat et le Lycée Poljane est venu donner une conférence sur le thème de :

 

La France terre d’accueil, terre des droits de l’homme

 

Un compte-rendu qui nous a été envoyé (avec les photos) par : Philippe B.

 

Précisions apportée par Philippe : Cette discution a eu lieu en Francais, avec un questionnement en anglais de la part des élèves.

 

*La France est la terre des droits de l’Homme par son histoire : la Révolution de 1789 qui a mis fin à la monarchie absolue a permis à la France de mettre en avant la liberté qui est un élément fort de la construction du pays.

 

*La France a construit son histoire par l’accueil de migrants des le XIXème siècle qui venaient pour chercher un emploi le plus souvent dans le cadre de la révolution industrielle comme se fut le cas à Montceau avec des migrants venus d’Europe de l’Est à l’image des polonais pour travailler dans les mines.

 

*Ces migrations se sont poursuivies tout au long du XXème siècle avec différentes motivations des migrants :

 

-économique : pour chercher du travail et un meilleur niveau de vie

 

-politique : les réfugiés de guerre

 

-familiale : la politique de regroupement familiale avec la venue de la famille une fois les migrants installés souvent de jeunes hommes viennent en 1er puis font venir leurs familles.

 

*Cependant en France jusqu’à la 2nde guerre mondiale il n’y a pas vraiment de politique d’accueil des migrants de la part de l’état donc ces dernières se font par l’intermédiaire des communautés déjà installées qui aident les nouveaux arrivants à l’image des diasporas.

 

*Mais la décolonisation des années 1950-1960 qui voit l’arrivée de nombreux migrants qui regagnent la métropole oblige l’état à mettre en place des structures politiques afin de pouvoir les accueillir dans de bonnes conditions.

 

En effet, de nombreuses personnes ont voulu revenir en France soit parce que c’était des français installés dans les colonies ou bien des personnes des colonies qui voulaient revenir en France et quitter leur pays d’origine.

 

 

*Ainsi 3 aspects politiques apparaissent pour permettre aux migrants de prendre place dans la société:

 

– l’assimilation : c’est lorsqu’un individu ou un groupe abandonne totalement sa culture d’origine pour adopter les valeurs d’un nouveau groupe. On parle alors d’acculturation.

 

– l’intégration : Ce modèle est fondé sur l’idée que les immigrés font partie, de manière provisoire ou définitive, de la communauté nationale, et possèdent donc les mêmes droits (accès au système de protection sociale, d’éducation et de santé, parfois même au droit de vote aux élections locales) et sont assujettis aux mêmes devoirs (excepté ceux étroitement liés à la nationalité, pour ceux qui n’ont pas la nationalité du pays d’accueil).

 

Chacun accepte alors de se constituer partie d’un tout où « l’adhésion aux règles de fonctionnement et aux valeurs de la société d’accueil, et le respect de ce qui fait l’unité et l’intégrité de la communauté n’interdisent pas le maintien des différences ». L’intégration est ainsi comprise comme la recherche d’un consensus entre les différentes cultures dans le cadre public.

 

-l’insertion : c’est lorsque les migrants gardent leurs cultures et ne se mélangent pas mais on a la nécessité de l’appropriation des valeurs, des règles et des normes du système au sein duquel a lieu l’insertion. Elle revêt plusieurs dimensions : familiale, scolaire, professionnelle, économique, culturelle, habitat…

 

*L’obtention de la nationalité est l’objectif des migrants le plus souvent, elle est possible par plusieurs moyens :

 

-le droit du sang si on est né de parents citoyens

 

-le droit du sol si on est né sur le territoire français : si les parents ne sont pas citoyens mais qu’on est né en France à 18 ans on peut demander la citoyenneté

 

-la naturalisation : il faut résider en France depuis au moins 5 ans, avoir un travail et maitriser la langue (problème aucun niveau de base n’est requis par la loi donc dépend de la personne qui fait l’entretien)

 

-le mariage : se marier avec un ou une citoyenne pendant au moins 4 ans.

 

 

II) la crise migratoire actuelle

 

*On voit aujourd’hui 1 million de personnes qui veulent rentrer en Europe.

 

 

* Les portes d’entrées de Schengen sont en souffrance car certains traversent sans vouloir s’arrêter et ont un projet de vie qui est de passer en grande Bretagne, Suède , Allemagne pour s’y installer mais ils sont obligés de stationner dans des camps pour pouvoir passer comme à Calais en France pour gagner la Grande Bretagne.

 

 

*les politiques d’accueil européennes doivent être mieux définies :

 

-la Grèce en raison de sa situation économique et géographique pose un problème car c’est une porte d’entrée de migrants donc il faut l’aider par la solidarité européenne

 

-dialogue obligatoire avec la Turquie qui accueille 2,5 millions de migrants

 

-répartition équitable des migrants entre les pays : problème de déterminer la part de chaque pays dans l’immigration

 

-« hot spot » : La création de « hot spots » vise à aider les pays concernés à remplir leurs obligations de contrôle, d’identification, d’enregistrement des témoignages et de prise d’empreintes des arrivants. Des organismes aident à distinguer les personnes ayant clairement besoin d’une protection internationale des migrants dits « économiques », qui ne peuvent y prétendre. L’implication d’Europol et d’Eurojust vise notamment à tenter de lutter contre les filières et à exercer un contrôle en matière de terrorisme : les menaces de l’Etat islamique et les propos de divers courants populistes et extrémistes européens ont répandu l’idée que des djihadistes pourraient se faire passer pour des demandeurs d’asile.

 

 

*En Europe les pays ont des raisons différentes de vouloir ou non accueillir des migrants :

 

-Allemagne : problème du vieillissement de la population donc favorable à l’arrivée de migrants car cela est un réservoir de main d’œuvre.

 

-France : croissance démographique donc pas besoin de main d’œuvre

 

– Grande Bretagne : on a un gros flux de migrants qui veulent entrer mais le pays ne peut pas tous les accueillir donc ils stationnent à Calais dans des conditions de vie inhumaine.

 

 

III) les politiques en France et en Europe

 

*2 lois ont été votées en France :

 

-droit d’asile : visant à réduire les délais de demandes de droit d’asile notamment pour les réfugiés politiques.

 

-loi sur les étrangers : prendre en compte les primo arrivants comme les réfugiés économiques qui relèvent des procédures d’accueil habituelles.

 

 

*De l’argent est donné à des structures d’aides comme des associations qui viennent en aide aux migrants et cet argent est bien géré mais les migrants sont trop nombreux par rapport aux moyens disponibles.

 

 

*Des tensions croissantes montent à l’image de l’Europe avec le populisme qui se développe ce qui pose différents problèmes :

 

-le repli sur soi mais on oubli qu’en France en 1940 quand le pays a été envahi par l’Allemagne nazie on a été bien content d’être accueilli par les pays voisins pour fuir le danger.

 

-faire attention aux manipulations de l’opinion comme en France avec la montée réelle de l’extrême droite qui s’appuie sur la peur, la crainte, le rejet, les problèmes économiques pour progresser.

 

 

Il faut donc développer les coopérations entre les pays pour lutter contre le nationalisme.

 

 

*Il faut aussi prendre en compte que certains veulent rentrer chez eux une fois la paix revenu dans leur pays.

 

Mais le processus de la transition démocratique se fait sur du long terme comme on le voit pour l’Afghanistan, la Lybie, l’Irak où les dictatures ont écrasé les différences politiques, religieuses et lorsque la dictature disparait on voit un éclatement des pays.

 

Il ne faut pas oublier que nos démocraties ont été longues à se créer avec des guerres, des conflits donc il faut laisser le temps aux pays pour se construire et mettre en place une démocratie et des conditions idéales.

 

Il ne faut pas non plus oublier que notre modèle n’est pas forcement le meilleur et que d’autres modèles sont tout aussi adaptés.

 

L’Europe doit donc participer au débat international pour favoriser le retour à la paix et favoriser le retour des réfugiés chez eux s’ils le souhaitent mais aussi aider ceux qui veulent rester en Europe en favorisant l’intégration et l’assimilation. »

 

 

sir 25 03 165

 

 

sir 25 03 16

 

 

sir 25 03 161

 

 

sir 25 03 162

 

 

 

sir 25 03 163

 

 

sir 25 03 164

 

 


sir 25 03 166

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer