Autres journaux :


mercredi 5 avril 2017 à 07:07

Collège Roger Vailland (Sanvignes)

Les policiers montcelliens à la rencontre des collégiens




Ce mardi, les policiers du commissariat de Montceau, à l’initiative du commissaire Jérôme Besse et de Mme Montchaud, principale de l’établissement, sont venus à la rencontre des collégiens des classes de 3e.

 

Dans un premier temps, le major Thomas a présenté à ces derniers l’organigramme de la police, en leur expliquant ce qu’est le travail d’un policier, quels sont les différents métiers à exercer dans la police, comment se passent les interventions et les différents grades.

 

Pour sa part, Arnaud Loctin, technicien de la police scientifique, a confié aux élèves tous les secrets des empreintes digitales ou autres empreintes. On y apprend que ces dernières peuvent être plus ou moins nettes et qu’on ne peut pas essayer de les faire disparaitre.

 

Il y a aussi expliqué comment on arrive à la police scientifique, ce qu’on y fait et le rôle à jouer dans les enquêtes. M. Loctin relate avec gravité que souvent, ils sont confrontés à une véritable détresse humaine et souvent même, à la mort. Et que dire de la découverte de cadavres, des autopsies… Un travail humainement difficile, mais nécessaire à l’enquête.

 

« Sur Montceau et Le Creusot, nous sommes trois techniciens » précise M. Loctin. Ajoutant : « Et nous venons pour dire aux jeunes, que notre travail ne se passe pas tout à fait comme dans les séries télévisées. Car cela ne correspond pas à la réalité de notre métier ».

 

Le technicien a mis en place des ateliers de démonstration de prises d’empreintes, de recherches de traces etc. Puis, face aux oreilles attentives des collégiens, il a abordé le thème des enquêtes et des investigations qui vont de pair.
Dans une autre classe, le brigadier-chef Laurent Bao, en sa qualité d’OPJ (Officier de Police Judiciaire) a parlé enquêtes avec les jeunes. « Nous ne venons pas faire de la propagande sur notre métier, mais pour rétablir la vérité et faire la chasse aux idées-reçues concernant la profession.
M. Bao livre la réalité du terrain : « Il y a beaucoup de travail de procédures, de points de droit. Bref, un boulot intellectuel et littéraire, que les collégiens fâchés avec le français et la rédaction ne pourraient pas assumer ».

 

A son tour, le brigadier-chef Hervé Vallet échange avec les élèves sur les bons réflexes à avoir lors du travail d’investigation, utile à l’enquête. M.M Bao et Vallet posent une question aux jeunes : « Savez-vous pourquoi nous sommes toujours en vêtements civils et que nous circulons dans des voitures banalisées ? ». Oui ! Les jeunes savaient parfaitement : « C’est dans un souci de discrétion » ont-ils répondu.

 

Et enchainant aussitôt : « On sait que vous avez tel modèle voiture, mais que souvent, vous changez pour ne pas vous faire repérer » disent quelques-uns.
Pour « désacraliser » la profession et faire la chasse aux idées reçues donc, les policiers parlent du travail de la police en général et des enquêtes en particulier. Insistant sur le fait que c’était un long travail d’écriture (250 pages par semaine). « Un vrai petit polar » sourient les professionnels, qui passent 80% de leur temps devant leur ordinateur.

 

A noter qu’une action aussi insignifiante qu’un vol de pot de fleurs, fera l’objet d’un rapport plus ou moins étoffé, selon la gravité du sujet.

 

Et dans une enquête, il y a aussi les auditions, sous la houlette d’une double hiérarchie, administrative et judiciaire : le commissaire et le procureur de la République.
Le déclenchement d’une enquête tient en trois points : après un dépôt de plainte par la victime (toute plainte donne lieu à une enquête), quand un juge en donne l’ordre et aussi lorsque les policiers font preuve de …curiosité. Lorsqu’ils repèrent un fait anormal, ils prennent la voiture et « vont prendre l’air » comme ils disent. Sauf que ces sorties sont tout, sauf des balades de santé, puisqu’il s’agit d’assurer la sécurité publique.

 

L’année dernière, les policiers ont traité 359 affaires et 60 enquêtes sont en cours. A la question des jeunes qui voulaient savoir si les affaires de stupéfiants étaient courantes, la réponse a été « Oui, nous en traitons tous les jours ! ». Ajoutant : « Il y a un an et demi, une affaire nous a menés un peu partout en France : Nîmes, Marseille, mais aussi en Alsace etc. ».

 

Un élève a souhaité savoir si des gens pouvaient être mis sur écoute. Réponse de M. Bao : « Oui, nous avons trois écoutes en cours ». Précisant aussi que tous les SMS des personnes surveillées étaient également retranscris.

 

On apprend également que dans un service enquêteur, il y a trois activités : la protection des biens (cambriolages, stupéfiants qui sont souvent liés), la protection des personnes (viols, attouchements, agressions physiques et/ou psychologiques, chantage, harcèlement…). Et enfin, les affaires financières (escroquerie, délinquance).
Quatre commissariats sont présents en Saône-et-Loire. « Le métier de policier est un métier d’équipe, dans un souci de sécurité des fonctionnaires de police » confieront-ils aux jeunes.

 

Et espérant susciter quelques vocations (les jeunes sont intéressés et posent de nombreuses questions) les intervenants précisent qu’un policier au chômage, cela n’existe pas ! Que les possibilités de promotion sont nombreuses et les salaires très corrects.

 

Les policiers évoquent aussi le besoin d’interprètes dans leur métier, y compris en langue des signes. Bref, la police, ce n’est pas seulement des gens qui nous embêtent sur les routes. C’est aussi et surtout des gens qui nous protègent. Qu’on se le dise !

 

Et finalement, aucun des collégiens ne s’est senti attiré par le métier. Trop dur, trop risqué, voleur de vie de famille etc.

 

 

N.D

 

 

police 0504174

 

police 0504172

 

 

police 0504173

 

police 0504175

 

police 0504176

 

police 0504177

 

police 0504178

 

police 0504179

 

police 05041710

 

police 05041711

 

 

police 05041712

 

police 05041713

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer