Autres journaux :



lundi 19 juin 2017 à 17:25

Opération collège mort à Montchanin

à l’initiative des parents d’élèves



 

 

 

Ce lundi dès 8h et pour toute la journée, le collège Anne Frank de Montchanin avait fermé ses portes aux élèves, à l’initiative de la FCPE suivie par l’ensemble des parents d’élèves.

En cause, une décision jugée inacceptable de l’inspection académique.

 

 

Nous vous en parlions dans un précédent article au mois de mars dernier : http://montceau-news.com/enseignement/370049-college-anne-frank-montchanin-3.html

 

Les parents d’élèves et les enseignants avaient alors déjà organisé une telle opération pour se faire entendre par le Rectorat afin d’éviter la fermeture de 2 classes.

 

 

Et depuis ?

 

 

« On a eu un contact conjoint – parents d’élèves et enseignants – avec l’inspection académique au mois de mars à Mâcon. On est ressorti avec de l’espoir. On avait été bien écouté. On nous avait dit que si on avait une augmentation d’effectif, on pourrait avoir quelque chose. » nous explique madame Piejak, Présidente de la FCPE.

 

 

Et de poursuivre : « Madame Cottard, la Principale, a eu une réponse la semaine dernière : quelques heures pour pallier la sécurité des enfants. »

 

 

Des heures pour la sécurité des enfants

 

 

Le Rectorat a donc concédé quelques heures supplémentaires pour assurer la sécurité des enfants. Mais que cela signifie-t-il concrètement ? On a du mal à comprendre une telle formule. En réalité, les classes sont prévues pour accueillir un certain nombre d’élèves. Surchargées, certains sont bouchés par des tables mettant en péril la sécurité des élèves. Aussi l’inspection académique a concédé des heures supplémentaires à certains enseignants afin de dédoubler les classes et réduire ainsi le nombre d’élèves dans les locaux lors des enseignements visés.

Toutefois, la FCPE indique que si ce pas a déjà été réalisé par le Rectorat, il ne ferait que pallier un fonctionnement déjà mis en place par les enseignants.

 

 

Et surtout, « cela ne vient pas régler le problème de fond. Les effectifs augmentent encore par rapport à ce qui était prévu. Cela nous fait peur. On aura 30 élèves par classe à la rentrée à ce rythme-là. Pour les enfants et les professeurs, cela n’est pas possible. Cela n’est pas souhaitable. Et ce n’est pas gérable. » nous indique Madame Piejak.

 

 

Et d’ajouter : « Les travaux en petits groupes ne sont pas possibles. Il y a aussi le problème des classes ULIS. Actuellement nous avons 8 élèves. A la rentrée, on en aura 14 avec le même effectif d’encadrants. Cela pose le problème de l’inclusion ».

 

 

Une attente intolérable jusqu’au 22 juin

 

 

L’inspection académique aurait indiqué qu’elle réservait sa décision définitive pour le 22 juin. Pendant ce temps-là, les parents d’élèves s’inquiètent, surtout lorsque leurs enfants dont certains déjà présents dans des classes de 30 élèves se plaignent des conditions de travail.

 

 

« Il faut qu’on sache clairement. Ce n’est pas tolérable. » nous indiquent-ils.

 

 

Dans ce bras de fer avec l’éducation nationale, les parents d’élèves ne sont pas seuls, puisqu’ils sont soutenus par les enseignants et aussi les élus des communes concernées : Mr Vernochet, Maire de Montchanin, Mr Ballot, Maire de Saint Eusèbe, Mme Calderon, Maire d’Ecuisses, Mr Moreno, Maire de Saint Laurent d’Andenay et de nombreux conseillers municipaux actuellement en fonction ou d’anciens tel Mr Barrellon.

 

 

Toute la journée, les gendarmes ont assuré la sécurité devant le collège.

 

 

Et demain, une nouvelle journée « collège mort » aura lieu, cette fois-ci à l’initiative des enseignants. La FCPE a appelé les parents d’élèves à laisser leurs enfants à la maison.

 

 

A suivre.

 

 

EM

 

 

 

 

 

col 19 06 17

 

 

 

col 19 06 171

 

 

 

col 19 06 172

 

 

 

 

col 19 06 173

 

 

 

col 19 06 174

 

 

 

col 19 06 175

 

 

 

col 19 06 177

 

 

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer