Autres journaux :



samedi 11 avril 2015 à 05:28

Communauté Urbaine Creusot-Montceau

Attention !!! Opération de contrôle de la qualité de la collecte sélective.



 

 

 

Attention !!!

 

Opération de contrôle

 

de la qualité de la collecte sélective.

 

 

 

Pour des raisons de coûts, de conditions de travail et de préservation de l’environnement, la communauté urbaine va mener une opération de contrôle de la qualité de la collecte sélective, à titre de test, sur une partie de son territoire.

 

 

Le Président Marti répète à chaque occasion son leitmotiv, sa préoccupation foncière : l’évaluation des politiques publiques de la Communauté Urbaine. Dans tous les domaines de compétence sont mis en place des contrôles de qualité.

 

 

 

 

ccm trie 1004152

 

 

 

 

En ce qui concerne le tri sélectif les services ne sont pas seuls concernés, il existe dans intervenants. En aval nous trouvons Creusot Montceau recyclage, les financeurs institutionnels, ADEME, Ecoemballage. En amont se trouve le producteur, c’est-à-dire le citoyen, l’habitant. La base de tout le système reste l’implication de ce dernier dans son respect des consignes de tri. Il apparaît que la CCM constate un taux de rejet de tri de 50%. Au niveau national ce taux n’est en moyenne que de 20%. Cette constatation ne fait pas de la communauté une mauvaise élève seule dans son coin. Elle le serait si elle se contentait de cela et ne cherchais pas à améliorer le système.

 

 

 

Le 10ème Vice-Président Jean-François Jaunet chargé du Développement durable, du plan climat territorial, de la politique des déchets, Maire de Génelard, entend bien amener la CCM à cette moyenne basse de refus de tri et donc de plus grande valorisation.

 

 

 

Mais de quoi s’agit-il ? Lorsque les consignes de tri ne sont respectées, que des éléments non prévus se retrouvent dans le bac jaune, au final, lorsque le camion déverse son chargement à CRM au tri manuel cela occasionne du travail en plus donc des surcoûts. Mais en plus cela dégrade les conditions de travail des salariés.

 

 

 

C’est ce que précise le Vice-Président « les agents de tri doivent prélever les déchets recyclables au milieu de déchets qui ne devraient pas être déposés dans le bac jaune : restes de repas, poussières, tontes de pelouse, épluchures de légumes… Ces conditions de travail très pénibles deviennent même dangereuses lorsque des déchets dangereux, piquants ou tranchants sont mélangés avec des déchets recyclables. De nombreux cas de piqûre avec des seringues usagées présentes dans les déchets sont recensés et nécessitent un suivi médical lourd auprès des agents victimes, sans compter le stress que cela génère. »

 

 

 

Pour les déchets verts Monsieur Jaunet élu « Vert » préconise le mulching qui évite ensuite l’emploi d’engrais et le compostage en rappelant d’ailleurs que la CCM continue son opération de mise à disposition de composteurs ou de bio seau.

 

http://www.creusot-montceau.tv/wp-content/ftp/pdf/GuideCompostage.pdf

 

 

Mais qu’est-ce qu’une erreur de tri ? Le Vice-Président est très clair « les sacs d’ordures ménagères, destinées au bac noir (qui représentent 80% des erreurs de tri), les déchets verts, qui doivent être compostés chez soi ou apportés en déchetterie, le verre, qui doit être déposé dans les colonnes à verre réparties sur le territoire, les déchets dangereux (insecticides, peinture, solvants…), qui doivent être apportés en déchetterie, les déchets de soins à risque infectieux (type seringues pour l’automédication), qui doivent être apportés en déchetterie, les encombrants (appareils électriques), qui doivent être apportés en déchetterie. »

 

 

 

Qu’est-ce que cela coûte réellement ? Monsieur Samuel Dugaste, Directeur du service de gestion des déchets, et Monsieur le Vice-Président sont très précis sur ce plan. « Il s’agit d’une perte de 160 000€ qui pèse financièrement sur les budgets de la CCM. Il faut rappeler que le coût global de la collecte et du traitement des déchets est de 13 millions d’€, que la Taxe d’enlèvement des ordures ménagères rapporte 8 millions d’€. Le solde est financé en partie par l’ADEME et Ecoemballage. Le budget général couvre le reste. Il va de soi que plus le service fonctionnera mieux, plus nous réduirons les coûts et moins nous pèserons sur les impositions. »

 

 

 

En dehors du coût et des gènes de service la réduction des erreurs de tri s’inscrit dans une démarche de développement durable et aussi de la réduction des enfouissements.

 

 

Quelles actions sont prévues ?

 

 

D’abord la communauté urbaine a décidé de se mobiliser en interne par la sensibilisation de ses agents au respect des différents types de collecte (déchets ménagers non recyclables et déchets ménagers recyclables), par le déploiement de conteneurs enterrés (centres villes) et semi-enterrés (habitat collectif), qui ne permettent plus le dépôt de sacs dans les conteneurs destinés aux ordures recyclables (taux de refus compris entre 20 et 30 %, ce qui est dans la moyenne nationale), par la mise en place de bacs operculés sur les points de regroupement ou en immeuble, qui ne permettent plus le dépôt de sacs dans les conteneurs jaunes.

 

 

Ensuite la communauté urbaine va déployer progressivement sur le territoire, vis-à-vis des habitants, une opération de contrôle de la qualité de la collecte sélective.

 

 

 

Il s’agit en premier d’une opération test géographiquement localisée. Toutes les communes et tous les habitants ne seront pas directement concernés. L’attention de nos lecteurs, internautes et commentateurs est attirées sur ce fait : Opération test localisée.

 

 

 

Cette opération de contrôle sera mise en œuvre sur deux territoires test totalisant près de 3.500 foyers :

 

– la commune de Montchanin, représentant 2.300 foyers,
– le quartier des Gautherets à Saint-Vallier, qui comprend également deux rues situées à Ciry-le-Noble et quelques rues de Sanvignes, soit près de 1.200 foyers, dont 80 en habitat collectif.

 

 

 

L’ensemble des foyers concernés recevra un courrier expliquant les modalités de l’opération le vendredi 10 ou le lundi 13 avril. Ce courrier sera accompagné d’un guide du tri et d’un magnet reprenant les principales consignes de tri.

 

 

Donc en dehors de ce secteur restrictif, et pour l’ensemble des usagers n’ayant pas été destinataires de ce courrier, il n’y a pas d’opération test. Donc pas la peine d’appeler le n° vert.

 

 

Plus précisément voilà le calendrier mis en place dans cette opération.

 

 

Logements individuels (80% de l’habitat sur la zone concernée)

 

 

A partir du lundi 20 avril, des ambassadeurs du tri contrôleront le contenu des bacs jaunes avant la collecte. En cas d’erreur de tri, une information sera laissée sur le bac pour indiquer la nature de l’erreur de tri (accroche-bac orange). Les ambassadeurs du tri rendront visite aux usagers dont le bac comporte l’une des erreurs de tri.

 

 

Du 27 avril au 22 mai, les bacs comportant une erreur de tri ne seront plus collectés. Un bandeau de scotch mentionnant que le bac comporte une erreur de tri sera posé sur le couvercle du bac et une information sera laissée sur le bac pour indiquer la nature de l’erreur de tri (accroche-bac rouge). Il sera demandé de retrier le contenu du bac avant de le présenter à la collecte la semaine suivante. Pendant un mois, soit entre le 27 avril et le 22 mai, les ambassadeurs du tri rendront visite aux usagers dont le bac comporte une erreur pour repréciser les consignes de tri.

 

 

A partir du 25 mai, ce sont les équipages de collecte qui procéderont eux-mêmes à la vérification des bacs et aux éventuels refus de collecte en cas d’erreur de tri. Un bandeau de scotch mentionnant que le bac comporte une erreur de tri sera posé sur le couvercle du bac et une information sera laissée sur le bac pour indiquer la nature de l’erreur de tri (accroche-bac rouge). Il sera demandé de retrier le contenu du bac avant de le présenter à la collecte la semaine suivante. Les visites des ambassadeurs du tri pour repréciser les consignes de tri ne seront plus systématiques.

 

 

 

Logements collectifs et sociaux (20% de l’habitat sur la zone concernée)

 

 

Des contacts ont été pris avec les bailleurs sociaux pour les informer de l’opération et faire poser des affichettes reprenant les consignes de tri dans les locaux dédiés aux poubelles. En cas de constat d’une erreur de tri, un accroche-bac indiquant l’erreur de tri sera posé sur le bac. Ce dernier ne sera pas collecté le jour même mais par une équipe de collecte dédiée quelques jours plus tard. Les ambassadeurs du tri prendront contact avec le bailleur.

 

 

 

Tout ceci sera évalué et donnera lieu à des préconisations qui iront dans le sens d’un meilleur service public.

 

Ensuite une campagne de sensibilisation pour tous les types d’habitat sera réalisée.

 

 

 

Gilles Desnoix 

 

 

 

 

ccm trie 1004153

 



ccm trie 1004154

 

 

 

ccm trie 1004155

 

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer




16 commentaires sur “Communauté Urbaine Creusot-Montceau”

  1. Nonmerci dit :

    Bjr,
    Je viens d’acheter 4 tranches de jambon préemballées. Sur le paquet il y a un petit logo « pensez au tri » et ensuite cela laisse entendre que,selon le bon vouloir de telle ou telle région,il faut le mettre dans tel ou tel bac !
    Et ill y a même une adresse internet à consulter.
    Voulant me montrer bon citoyen,j’ai un poele à granulés,ces granulés sont dans des sacs en plastique marqué recyclable ???
    Ou vont les emballages des denrées vendues ‘sous plastic’,des pots de yaourt,des bidons de lessive,des films en plastic ?
    C’est bien marqué ‘recyclable ».

  2. hello71 dit :

    Les erreurs des habitants c’est une choses mais celles des rippers qui devraient se comporter en professionnels est une autre.
    En effet, jusqu’à mi janvier et ce depuis de nombreux mois, ils ramassaient les 2 bacs dans le meme camion alors qu’ils ne s’agissait pas d’un camion double. Est ce normal? Cette campagne est intéressante certe pour les habitants mais si les professionnels de la collecte ne respecte pas ces règles cela ne servira a rien

  3. montcellienbis dit :

    Très beau discours sur le tri collectif, maintenant , imaginons une personne âgée, soixante dis ans par exemple, , qui grâce à une bonne tondeuse peut encore tondre sa pelouse sans trop de difficultés , MAIS QUI N’A PAS DE VOITURE , QUE FAIT ELLE DES DECHETS VERTS?,elle va composter combien de M3 de déchets en une saison ?.
    M.Jaunet a-t-il vu la taille des composteurs prêtés par la CCM , deux tontes et il est plein .Connait-il le prix d’une tondeuse mulching par rapport à une simple , sait-il qu’il faut tondre deux à trois fois par semaine pour éviter que l’herbe soit haute , combien de frais d’essence ne plus ?
    Des réponses à ces questions données me rassureraient certainement.
    J C REY

  4. bernard dit :

    sur le principe du tri je suis pour,mais la ou je ne suis pas d accord et ou personne d ailleur ne reagi quand est ce que l on va allerger nos feuille impots etant donne que quelque part nous faisons leur boulot.regarder bien vos feuille impots locaux et faites le calcul

  5. Daniel Z dit :

    Existe t’ il une solution viable ?
    Et certaines démarches sont curieuses !

    Exemple : « Pratiquement tous les papiers et cartons sont recyclables à conditions qu’ils soient propres et non souillés »

    Raison pour laquelle ils sont jetés en vrac dans un camion chargé de déchets divers ?

    Une évidence, la collecte sélective ne comprend pas tous les détritus, certains doivent être apportés à la déchèterie…ou ailleurs (pneus, médicaments, etc ….).

    Amusant : http://www.journaldunet.com/economie/magazine/le-salaire-des-politiques-et-des-elus/president-de-conseil-general.shtml

    Salaire mensuel d’un vice président de conseil départemental 3 193,23 € (il n’est pas précisé s’il est membre permanent de la Commission)……38 118 € charges non comprises par an.

    S’il y a une perte de 160 k€ annuelle, combien devrions nous supprimer de vice-présidents pour équilibrer les comptes, considérant qu’ils sont 12 !
    Je ramasse les copies dans 5 mn.

    Amitiés

    • catalogne dit :

      Et plus, si nécessaire vue leur utilité.

    • jipe71 dit :

      Vous dites : « Une évidence, la collecte sélective ne comprend pas tous les détritus, certains doivent être apportés à la déchèterie…ou ailleurs (pneus, médicaments, etc ….). »

      Pour ce qui est des pneus, que ce soit de voiture, de 2 roues, de brouette, ils ne sont pas acceptés à la déchetterie. La seule solution est de les faire disparaitre « discrètement », ce qui est totalement aberrant. Un point de collecte serait tout de même utile.

      • Daniel Z dit :

        Je suis totalement de cet avis, jipe71.

        Quand les solutions cogitées par nos « décideurs » sont lacuneuses, les administrés ne mettent pas longtemps pour trouver des méthodes expéditives !

        SI vous fréquentez les déchetteries de Lucy et du Creusot, vous aurez peut être remarqué comme une différence :

        Creusot, pelles et balais en libre service, zones d’accès relativement propres
        Lucy , il faut demander aux personnels, d’où souvent des « oublis » contre les quais de déchargement…

        Amitiés

  6. mck dit :

    Je rejoins en partie ce qui est proposé mais les ramasseurs de ces containers ont des progrès aussi à faire. Je prends le soin de placer mon bac afin de ne pas gêner sur le trottoir et je le retrouve au milieu quand en fin d’année ils passent proposer leurs calendriers pour des étrennes je leur ai proposé un accord qu’ils remettent le bac correctement sur le trottoir cà ne prend pas plus de temps et qu’on verrait en fin d’année prochaine, ils n’ont même pas écouté ce que j’ai dit. Et je croyais que pendant un temps ils ne devaient pas traverser la route il y a eu un changement ? Je sais ils sont pressés de terminer tôt et que font ils après dans le temps qu’il leur reste ?????

  7. Daniel Z dit :

    En France , nous n’avons pas de pétrole……mais avons nous des idées ?

    « Ça » fait rêver et avait fait l’ objet d’un reportage T.V. !

    « http://ecologie.blog.lemonde.fr/2012/09/22/a-force-de-trop-recycler-la-suede-doit-importer-des-dechets/

    Vous lisez bien, chez nous les ordures coûtent.
    Chez les voisins, elles rapportent !!!

    A rattacher aux paroles d’un grand visionnaire français :

    Coluche disait des technocrates que si on leur offrait le Sahara, demain ils achèteraient du sable !

    Amitiés

  8. jasmin dit :

    Suite à mon commentaire , je précise que je paie la taxe des ordures ménagères comme tout un chacun..
    O.C.

  9. CatCat dit :

    Bonjour à tous,
    Beaucoup de commentaires me laissent penser que nous sommes de plus en plus des consommateurs passifs et naïfs et non pas des acteurs d’une consommation respectueuse. Sur les produits, divers logos qui laissent penser que tout se trie. Sur l’emballage plastique lambda, en effet, un logo invite à trier; il nous rappelle juste qu’il faut jeter dans la bonne poubelle. Il n’est tout de même pas difficile de suivre le mode d’emploi de la communauté! Qu’y a-t-il de difficile là-dedans ? Sommes-nous devenus si paresseux qu’il faut laisser à d’autres le soin de trier notre m…. ? Qui n’aurait pas honte, aujourd’hui, de refuser cette démarche civique de respect, non seulement de la nature, mais aussi de l’homme ? Oui, nous payons pour ça, mais c’est tout de même nous qui générons le déchet! Si nous améliorons le tri, à l’avenir cela coûtera moins cher, à la condition que chacun y mette du sien. Petite remarque en passant à Daniel Z qui confond le vice-président du département et celui de la communauté urbaine, dont le salaire ne doit sûrement pas être le même : avez-vous déjà visité le centre de tri et vu dans quelles conditions travaillent les rippers ? Je crois qu’il est toujours facile de critiquer les autres quand on devrait plutôt essayer de s’améliorer soi-même. Oui, le tri requiert des efforts, de la place et du temps. Mais qui préfèrerait aujourd’hui voir, comme autrefois, s’élever au crassier des montagnes de déchets fumants, malodorants et polluants ? Plutôt que de critiquer ceux qui cherchent à faire avancer ce dossier sensible, montrons du doigt les mauvais élèves, par exemple les marques qui multiplient les emballages inutiles et mettons-les face à leurs responsabilités : pourquoi ne pas leur imposer une taxe ? Il y a des tas de solutions, mais toutes demandent un minimum de civisme individuel…

    • Daniel Z dit :

      Merci CatCat pour avoir rectifié ce qui pouvait passer pour une erreur, mais à aucun moment je n’ai écrit ce que vous avez compris.

      Simplement, en transférant les sommes versées aux multiples et redondants administrateurs de nos systèmes, nous pourrions équilibrer des comptes, point.

      Je ne critique pas les rippers, ni les personnels des centres de tri !
      Je souscris d’ailleurs très largement à vos avis sur les responsables.

      Je mentionne l’exemple suédois, mais ceux qui s’y sont intéressé ont dû voir à quel point, chez eux, le tri sélectif est contraignant.

      Y était présenté, par exemple; ce jeune homme qui, pour ne pas avoir d’amende, enlevait les feuilles transparentes (plastique, PVC ?) utilisées comme fenêtres sur les emballages en carton.

      Ce n’est qu’au prix d’un très gros effort et de nombre de remises en causes que nous pouvons espérer, un jour, ……

      Amitiés