Autres journaux :


mercredi 24 juin 2015 à 09:29

Ce mardi soir au bar le Coquillage (Blanzy)

Projection de "En quête de sens"à l'initiative de Tera et Colibris71



 

 

Projection de « En quête de sens »

 

à l’initiative de Tera et Colibris71

 

 

 

 

Ce mardi soir, Les associations Tera et Colibris71 à Montceau-les-Mines avaient organisés une soirée débat avec la projection du film En quête de sens, au Bar Le coquillage de Blanzy.

 

 

Pour l’occasion, des personnes sont venues de Roanne, de Dijon et bien sûr du bassin montcellien.

 

En quête de sens a jusqu’à présent été projeté quasi-exclusivement dans les grandes salles de cinéma. Pourtant à quelques semaines d’écart, c’est la deuxième fois sur le territoire communautaire.

 

 

Nous vous avions parlé de sa diffusion au C2 à Torcy, dans le cadre de la semaine du développement durable.

 

Cette fois-ci , c’est à l’occasion du Tera Tour que le film a été diffusé en comité réduit, mais intéressé. La projection a ensuite été suivie d’échanges avec les personnes présentes au sujet du film et surtout des projets des associations Tera et Colibris71.

 

Mais de quoi parle En quête de sens ?

 

Ce film retrace l’histoire de deux amis d’enfance. L’un est réalisateur de documentaires, tandis que l’autre est un courtier en eau minérale à New York. Après dix ans sans s’être vus, ils ont décidé de tout quitter pour aller questionner la marche du monde. Leur voyage initiatique sur plusieurs continents, ponctué de rencontres avec Pierre Rabhi, Frédéric Lenoir, Vandana Shiva ou Bruce Lipton, est une invitation à reconsidérer notre rapport à la nature, au bonheur et au sens de la vie.

 

Colibris71

 

Récemment créée, l’association montcellienne se définit comme une association humaniste et solidaire. Comme l’explique sa Présidente, Christelle Tissier, elle est issue du mouvement initié par Pierre Rabhi. Cette association invite à un changement de paradigme, à une société qui considère le vivant. Elle appelle à un véritable changement sociétal.

 

Au niveau national, l’association Colibris rassemble plus de 70 000 adhérents.

 

A ce jour, la première action réalisée par la jeune association s’intitule « les incroyables comestibles ». Son idée ? Partager de la nourriture comestible et gratuite. C’est un message de solidarité et de partage et aussi un message comme quoi on peut ensemencer nos terres.

 

« On encourage l’abondance, le partage et la gratuité. C’est une grosse remise en question de la société » a indiqué la Présidente de Colibris71.

 

L’association Tera

 

L’association Tera a été créée il y a environ deux ans. Elle a vocation à créer un écovillage. Suivant son objectif, le but est de réduire son empreinte écologique, distribuer une monnaie citoyenne locale à ses habitants, valoriser la production locale par exemple.

 

L’idée est aussi de vivre en autonomie.

 

« On va passer un accord avec une ville en train de mourir. En relocalisant l’économie, on peut vivre. Aujourd’hui c’est plus d’un tiers de nos villes qui se meurent sur 36000 » a indiqué Frédéric Bosquet.

 

 

Et d’ajouter : « Les seules villes qui s’en sortent sont les grosses communes. Dans les petits villages, on a supprimé les activités économiques. Aujourd’hui on est 180 adhérents » .

 

Depuis trois jours, avec un départ de Clermont-Ferrand, l’équipe de Tera a entamé le Tera Tour : un circuit de 4300 km réalisé en vélo. Leur but : aller à la rencontre des citoyens pour leur demander comment ils imaginent leur éco-village.

L’objectif de l’association est de construire l’éco-village d’ici 10 ans.

 

Mais ce n’est pas tout, l’association Tera organise aussi des tables rondes, notamment autour de six thématiques : redessiné la démocratie, bien-être et vivre ensemble, produire localement le nécessaire, habiter durablement, mutualiser nos ressources et choisir nos activités.

 

Autrement dit, son lien avec le film En quête de sens est clair : l’association cherche par son projet à donner du sens.

 

Pour Antoine, qui a suivi une formation de designer industriel, il a découvert l’approche de la permaculture lors d’un voyage en Australie. Il se sentait proche de la nature et intéressé par le mimétisme naturel. Son apport au projet : revisiter la yourte, une structure démontable en spirale.

Son coût est acceptable : 40000 € pour 40 m².

 

Une visite virtuelle en 3D du projet a permis d’apprécier le bâtiment et le projet dans son ensemble (gestion d’eau, d’électricité, des eaux usées etc.).

 

Pour lui « tout a été pensé pour que la pensée soit nourricière et non pas dépensière ».

 

Pour Jean-Baptiste, autre membre de l’équipe Tera, issu de l’univers du logiciel libre, sa contribution porte davantage sur la philosophie du projet. Ce qui est présenté n’est pas seulement un projet tout en un à prendre en un package unique, mais un projet où prendre des idées et à améliorer, à l’instar du fonctionnement des logiciels libres.

 

A l’état d’avancement du projet, il est prévu de partager les plans. C’est un projet creative commons.

 

Ce mardi soir, cette soirée débat a eu lieu dans une ambiance plus intime et conviviale laissant place à des échanges spontanés.

 

Pour plus de renseignements sur les deux associations :

 

 

www.tera.coop

 

 

www.colibris71montcellien.com

 

Émilie Mondoloni

 

 

 

colibry 2406154

 

colibry 2406152

 

 

 

colibry 2406153

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer