Autres journaux :



mardi 6 mars 2018 à 07:10

Vote pour la sortie du nucléaire

Du 11 au 18 mars prochain



 

 

 

A l’origine du projet la France Insoumise réunie en novembre dernier à Clermont Ferrand a décidé de faire de la sortie du nucléaire l’une de ses priorités.

 

 

Et c’en était une d’ailleurs portée par le candidat Mélenchon lors de la dernière présidentielle.

 

 

Comme l’ont rappelé ce lundi soir une partie des Insoumis du bassin montcellien réunis pour une conférence de presse, la campagne sur la sortie du nucléaire fait partie de la convention des Insoumis. Il s’agit donc d’une campagne nationale.

 

 

Et ils ont programmé d’ores et déjà un recours à 100 % d’énergies renouvelables en 2050.

 

 

Il faut donc faire vite mais progressivement. Dans la bouche des Insoumis, il est aussi clair qu’il est hors de question de suivre le modèle allemand qui a tourné la page du jour au lendemain. Ils souhaitent planifier cette sortie et s’appuyer sur une véritable volonté politique.

 

 

Volonté politique qu’ils disent ne pas trouver dans le gouvernement actuel, y compris Nicolas Hulot.

 

 

Au cours de la conférence de presse, ils rappellent le destin du nucléaire en France, développé à des fins militaires d’abord sous De Gaulle en 1945, avant qu’un travail sur le nucléaire civil ne débute dans les années 1955. Les Insoumis mettent en avant la puissance d’un lobby pro-nucléaire dans la lenteur du développement des énergies renouvelables sur le territoire français. Selon eux, la France a pris beaucoup de retard, un retard qui serait de plus en plus difficile à rattraper avec le temps.

 

 

Et un argument d’une indépendance énergétique qui ne tient plus aujourd’hui non plus, puisque la France ne détient pas sur son territoire les moyens de faire tourner ses centrales nucléaires : les minerais d’uranium viennent d’Afrique.

 

 

« La gabegie nucléaire, on va finir par la payer »

 

 

C’est aussi ce qu’annoncent les Insoumis en citant les déboires du projet Superphénix ou encore de l’EPR. Et aussi des ventes qui ont du mal à décoller pour les producteurs français : 15 réacteurs vendus en 45 ans.

 

 

Selon eux, « on est enferré dans un dogme dont on n’arrive pas à sortir ». Ce « dogme » du nucléaire est pour eux la filière du passé. Une filière sur laquelle ils comptent bien faire s’exprimer la population.

 

 

Les Insoumis indiquent ainsi qu’ils sont favorables à la sortie du nucléaire le plus rapidement possible. « On est d’accord pour 100 % d’énergies renouvelables en finançant notamment la recherche et le développement. On a pris beaucoup de retard. Si on continue de s’entêter sur le nucléaire, c’est prendre encore plus de retard » déclarent-ils.

 

 

Une campagne pour faire connaître le sujet

 

 

L’objectif de la campagne du 11 au 18 mars est d’abord d’échanger sur les enjeux du nucléaire et de l’énergie en France.

 

 

Ils souhaitent ainsi rappeler que la France est le pays le plus nucléarisé au monde avec 58 réacteurs, que contrairement à des idées reçues, le nucléaire est sale car personne ne sait traiter les déchets produits. 80 % des français vivent à moins de 75 km d’une structure nucléaire. Ou encore que la sécurité des centrales se dégrade. Et bien d’autres sujets encore uniquement sur la thématique du nucléaire.

 

 

Aussi la campagne de votation citoyenne est d’amener un maximum de citoyens à s’interroger et à réfléchir. Cette campagne va se décliner en deux temps : le premier temps aura lieu dès ce mercredi matin et samedi toute la journée, via la distribution de tracts sur le marché et en centre-ville.

 

 

Le deuxième temps se déroulera du 11 au 18 mars. La date du 11 mars correspond à la date anniversaire de l’accident de Fukushima.

 

 

Deux événements majeurs sont planifiés, même si d’autres pourraient venir s’ajouter : le 14 mars après-midi, votation sur la Place de la Mairie et rue Carnot de 16h à 18h ; le 17 mars de 10h à 12h, votation sur la passerelle côté Embarcadère, puis votation de 15h à 18h rue Carnot et rue de la République.

 

 

Il sera proposé à chacun que vous soyez ou non inscrits sur les listes électorales de participer à cette votation. Seront uniquement récolter les votes « oui ».

 

 

L’enjeu est donc de récupérer un maximum de votes « oui ».

 

 

 

Êtes-vous favorables à une sortie la plus rapide du nucléaire ?

 

 

Telle sera la question qui vous sera posée. Les résultats seront recensés au niveau national. Et à la suite, les députés Insoumis ont prévu d’intervenir en s’appuyant sur les résultats du vote devant l’assemblée nationale.

 

 

Les députés souhaitent ainsi pour mettre la pression sur le gouvernement grâce aux votes.

 

 

Il est aussi possible de voter en ligne sur www.nucleaire.vote

 

 

Les votes en ligne seront ouverts dès le 11 mars.

 

 

La France Insoumise rappelle qu’elle est un mouvement dont le but est de mettre les citoyens en mouvement et de les amener à réfléchir des problématiques.

 

 

La réflexion est lancée cette fois-ci sur la place du nucléaire dans notre société.

 

 

EM

 

 

coq 0603182

 

 

coq 0603184

 

coq 0603185

 

coq 0603186

 

coq 0603187

 

 

 

 


 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer




3 commentaires sur “Vote pour la sortie du nucléaire”

  1. mon regard dit :

    Je ne participerai pas à ce vote, d’abord parce que le vote non y est interdit.
    Ensuite parce que l’argumentaire est à sens unique, ignorant tous les arguments favorables au nucléaire, et tous les inconvénients, ou les insuffisances des
    autres modes de production d’énergie.
    Autrement dit, une argumentation simpliste et irresponsable.

  2. sillabruno dit :

    De quel nucléaire parle-t-on ? Visiblement il s ‘agit de l’énergie électrique produite à partir de l’énergie de fission nucléaire. Mais le « nucléaire » comporte aussi le nucléaire militaire et en France les deux composantes maritime et aérienne ont une capacité de 300 têtes nucléaires selon l’Institut de recherche sur la paix de Stockholm . Ensuite il y a aussi le nucléaire médical (l’ensemble des applications médicales de la radioactivité en médecine).
    Dans un contexte d’expansion des besoins énergétiques et d’épuisement des énergies d’origine fossile, les énergies dites renouvelables seront-elles suffisantes pour couvrir nos besoins ? L’urgence est de créer un pôle énergétique public à 100% et engager une action de réduction multilatérale des armes nucléaires.

  3. MICHMARE dit :

    Quand verra t on les voitures, électriques, bien sûr avec une éolienne ou des panneaux solaires sur le dos ?
    La Californie commence à abandonner ses parcs éoliens pour non rentabilité.