Autres journaux :



mardi 6 novembre 2018 à 05:26

Syndicat de la Bourbince (Blanzy)

Les riverains pourront être informés par SMS du niveau de la Bourbince



 

 




 

 

 

 

Ce lundi, en mairie de Blanzy, Jean-Marc Frizot, président du Syndicat de la Bourbince, accompagné de Romane Oudin, technicienne rivière agricole et Benjamin Gauthier, responsable du Syndicat de la Bourbince, a souhaité faire le point sur les inondations.

 

 

En préambule, Jean-Marc Frizot a précisé que cette réunion était prévue de longue date, suite aux inondations de l’Aude. « Elle n’est en aucun cas une réaction à la récente polémique provoquée à Montceau. Elle peut néanmoins permettre d’apporter des précisions sur le rôle important du Syndicat de la Bourbince, rôle qui a pu échapper à certains » ajouta le président.

 

 

Les membres du syndicat de la Bourbince le disent en chœur : « les inondations récentes dans l’Aude nous font voir que l’humain ne maitrisera jamais la nature, et qu’une catastrophe comme la crue de 1965 peut arriver encore sur notre territoire, avec des conséquences sans doute plus graves. Et ce, du fait du développement de l’urbanisme et de l’imperméabilisation des sols en milieu urbain… ».

 

 

Explications simples concernant les inondations…

 

 

 

Comment se forment les inondations ?

 

 

L’inondation de l’Aude est survenue à la suite de pluies dites cévenoles, qu’on peut assimiler à des pluies tropicales. C’est-à-dire qu’il peut pleuvoir une quantité très grande en très peu de temps.

Le cas de l’Aude avec plus de 200 mm en à peine 6 heures, n’est pas un cas à part. Avec le changement climatique, les scientifiques prévoient qu’il tombera toujours la même quantité d’eau sur le territoire, mais par des épisodes plus courts et plus violents.

Le risque d’inondation en sera d’autant plus important.

 

 

 

Qui est responsable en cas de crue ? Quel est le rôle du Syndicat ?

 

 

 

Il est bon de savoir que l’Etat et les collectivités ont un devoir d’information quand un évènement de ce type se produit. Par exemple, si vous achetez une maison dans une zone inondable, la collectivité vous informe que vous vous situez en zone inondable et que vous pouvez subir des dommages.

 

D’autre part, il faut savoir que les collectivités n’ont pas obligation à protéger ou à construire des ouvrages de protection contre les inondations.

 

  1. M.Frizot informe ensuite que depuis le 1er janvier 2018, la compétence obligatoire GEMAPI (Gestion de l’Eau et des Milieux Aquatiques et Prévention des Inondations) est devenue une compétence des EPCI (Etablissements publics de coopération intercommunale) et non plus des communes.

 

 

Le Syndicat de la Bourbince devient un syndicat mixte

 

 

 

Le syndicat de la Bourbince va de ce fait devenir un syndicat mixte (qui sera composé pour l’instant de la CUCM et de la CC Grand Charolais). Il regroupera donc les 42 communes du bassin versant et va obligatoirement changer de nom pour s’appeler le Smi2B (Syndicat mixte du Bassin Versant de la Bourbince).

 

 

 

Entretien de l’environnement par le propriétaire riverain

 

 

 

Le code de l’environnement stipule que l’entretien d’un cours d’eau non domanial appartient au propriétaire riverain. Il est dans l’obligation légale de réaliser un entretien régulier afin de maintenir le cours d’eau dans son lit.

 

  1. Gauthier rappelle « qu’en outre, un propriétaire riverain ne peut pas jouir d’une parcelle au bord d’un cours d’eau, sans avoir des droits et des devoirs. A défaut des propriétaires riverains, les collectivités et l’Etat peuvent intervenir si cela est nécessaire et faire payer les travaux effectués par le riverain concerné… ».

 

Depuis la naissance du Syndicat en 1996, les responsables s’efforcent d’apporter de l’aide aux collectivités, face à un désintérêt des propriétaires riverains dans un cadre bien précis.

 

En aucun cas le Syndicat ne remplace un propriétaire dans son droit et son devoir. « Notre intervention est justifiée et déclarée d’intérêt général. Il s’agit notamment de retirer les plus importants embâcles (voir photos) qui peuvent notamment provoquer des inondations ou impacter la qualité de l’eau » poursuit Benjamin Gauthier.

 

Ajoutant : « Nous n’avons pas vocation à régler des problèmes de voisinage ou à couper l’ensemble de la végétation au bord des cours d’eau. Toute intervention sur le milieu naturel peut se révéler efficace comme néfaste, d’où la nécessité de bien étudier et connaitre le fonctionnement du cours d’eau. Ceci est valable également pour les inondations ».

 

Un système d’alerte en cas de crue de la Bourbince

 

Au début des années 2000, après plusieurs crues importantes, les élus du syndicat ont souhaité se doter d’un outil de mesure des débits du cours d’eau, avec un système d’alerte afin de pouvoir informer sa population et les services nécessaire à la sécurité civile (station de Blanzy).

Depuis le 1er janvier 2018, malgré le retrait de la compétence prévention inondation du syndicat au profit des EPCI, le Syndicat maintient ce service d’alerte.

« Pour être très concret ce système alerte en urgence les services et les élus des villes riveraines (dont Montceau). Ces villes mettent alors en place les plans communaux de sauvegardes dans le cadre des pouvoirs de police du maire » explique Jean-Marc Frizot.

 

Ajoutant avec conviction : « On voit bien que ce service du Syndicat est indispensable, notamment à la population du Bassin Minier. Un endroit sensible où la Bourbince monte très rapidement, en quelques heures ».

 

 

 

Chaque riverain informé par SMS de la hauteur de la Bourbince

 

 

 

Le syndicat vient de décider d’amplifier ce service d’alerte en permettant à chaque riverain de s’informer et, s’il le désire, d’être automatiquement informé par SMS, de la hauteur d’eau de la Bourbince (via une inscription sur le site internet « Bourbince.fr »).

 

 

 

Ces informations proviennent de la station de Blanzy, mais aussi de deux autres stations situées en aval : Ciry-le-Noble et Vitry-en-Charolais.

 

 

 

Ce service, adapté maintenant aux technologies modernes, ne permet pas de protéger les personnes, mais permet de les informer plus rapidement. En aucun cas, cela n’enlève la responsabilité des propriétaires face aux inondations.

 

 

 

Ce service ne se substitue pas non plus aux pouvoirs de police du maire et ne remplace pas les informations à donner sur le terrain en cas de crise.

 

 

 

 Par contre, il peut s’avérer précieux pour les riverains, pour les agriculteurs, ainsi que pour l’ensemble des élus des communes concernées.

 

 

 

En conclusion, le Syndicat de la Bourbince mène aussi beaucoup d’autres actions en dehors de la prévention des inondations.

 

 

 

Et le président du Syndicat de conclure : « Ce n’est pas l’objet du sujet de ce jour, mais nous pouvons prendre juste une action emblématique : sans l’action incessante du Syndicat, les travaux de la RCEA ne pourraient pas se dérouler comme prévu… ».

 

 

 

En effet, le Syndicat se porte régulièrement acquéreur de parcelles de zones humides pour compenser la nouvelle emprise de la route à 4 voies. À l’avenir, ces terrains seront ainsi préservés en zones humides et continueront leur rôle de régulateur en cas de crue…

 

 

 

Des précisions qui permettent de dire haut et fort que « Le Syndicat de la Bourbince ne sert pas à rien. Bien au contraire, preuves à l’appui, il est indispensable à la population ».

 

 

 

 

bourbince 0611187

 

bourbince 0611188

 

 

 

 

bourbince 0611182

 

bourbince 0611186

 

 

bourbince 0611185

 

 

bourbince 0611184

 

bourbince 0611183

 

 

 

 

 


 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer




4 commentaires sur “Syndicat de la Bourbince (Blanzy)”

  1. fanfan dit :

    Bonjour,
    Au lieu de graviter 5 cm autours de votre nombril, prenez-vous la tête 5mn entre vos mains et réfléchissez.
    Le plus important sur une rivière c’est son lit, plus il est propre plus l’eau s’écoule librement.
    Je ne parle pas des employés mais des dirigeants.
    Car la Bourbince depuis Blanzy jusqu’à Saint-Vallier en passant par Montceau-les-Mines, quand nous voyons l’état de cette rivière je n’ai qu’une envie, c’est de pleurer.
    Je sais très bien que cela à un coût, mais quand on prend une responsabilité il faut assumer.

  2. caramel66 dit :

    Bonjour,
    D’accord avec Fanfan , il y a pas longtemps à Blanzy, de la prise d’eau au centre de Blanzy, il ni avait pas d’eau dans la Bourbince, je fus surprise de voir l’épaisseur de sable , les branches et que personnes n’a eu l’intelligence et l’esprit d’en profiter pour nettoyer. N’accablez pas les propriétaires car de la prise d’eau au pont de la SNCF route de Montchanin il ni a pas d’habitations . Peut être que c’est aux vaches de nettoyer ? Sachez que certains propriétaires nettoient la mélasse qui n’est pas faite, la ou il ni a pas d’habitations car l’eau transporte toute la mer…. . Maintenant je ferais des photos et je l’ai stockeraient, et je n’hésiterai plus à les publier.Comme dit Fanfan quand on a une responsabilité faut assumer.

  3. clovis dit :

    tout a fait d’accord avec les commentaires precedent , on assume ses responsabilités , les riverains doivent donc entretenir la bourbince ? mais uniquement les abords , comment vont faire les personnes d’un certain age ? payer une entreprise ? et autre question a qui revient le droit d’entretenir la partie située entre le pont du boulevard maugrand et le pont qui donne accès a la centrale de Lucy ou de nombreux arbres menacent de tomber dans la rivière

  4. Motard71420 dit :

    Je suis d’accord avec tous les commentaires précédents.
    Pour ma part j’habite Ciry le noble et ma berge est plus que propre, ce qui n’est absolument pas le cas de la berge opposée ! Une vrai jungle!
    Et l’heureux propriétaire est …….. La SNCF ben oui, et quand on les appels ils ne savent pas où nous orienter pour qu’ils nettoient tous ça !
    Le pire c’est que cela attire également un tas de nuisible !
    Je sais plus quoi faire, si quelqu’un avait une info, merci.