Autres journaux :



lundi 24 septembre 2018 à 17:55

Comparution Immédiate – 1.4 kg héroïne saisie à Montceau

... l'affaire renvoyée fin octobre mais maintien en détention du prévenu !






 

Arrêté à Montceau le 19 septembre dernier et placé en détention, Brahim (prénom modifié) X, né à Saint-Vallier, a comparu ce jour en CI pour y être jugé. Conduite sans permis et sous stupéfiants, usage de stups et détention d’1.380 kg d’héroïne et de 51.2 grammes de cannabis : en état de récidive légale, il encourt jusqu’à 20 ans de prison.

 

La chambre des comparutions immédiates se réunit dans la salle dite « playmobil » du TGI ce lundi 24 septembre, cette petite salle immaculée, vierge de tout symbole, de toute trace de vie, au mobilier anguleux et cubique. Dans un tel cadre, les sourires du prévenu sont les bienvenus. Il est en effet souriant, Brahim, il en a déjà des pattes aux coins des yeux, à 38 ans. Il est souriant et pourtant il connaît la musique, il a déjà fait au moins 8 ans de prison et semble avoir un casier sympa. Il se doute bien qu’avec autant de drogue à la clé il restera au centre pénitentiaire. Pourtant il demande, sur le conseil de son avocat, un délai pour préparer sa défense.

 

 

Maître Vermorel est aussi urbain qu’il est clair : « Je conseille rarement le délai aux gens dont on me confie la défense, mais c’est un cas particulier. J’ai pu parler avec sa famille, il souffre de graves troubles psychiatriques. Il a fait plusieurs séjours en soins. Il souffre de schizophrénie : de tels individus sont souvent addicts et influençables, il est la nourrice dans cette affaire (une « nourrice » est une personne qui garde la drogue d’un autre, moyennant en principe rétribution, ndla). » L’avocat demande une expertise psychiatrique, le parquet n’y voit pas d’objection, si ce n’est qu’il faut « le garder à la disposition de la justice » soit le maintenir en détention. On suppose que Brahim n’en attendait pas moins, de toute façon.

 

 

« Vous avez compris de quoi on a parlé ? » s’enquiert la présidente Grosjean. Le prévenu acquiesce mais elle lui explique tout de même rapidement. Pendant le délibéré, il a des échanges empreints de tendresse avec une femme assise au fond de la salle. C’est sans doute la seule vertu de cette salle : elle rapproche les prévenus et leurs familles, quand elles viennent, et ils peuvent se dire quelques mots. La femme insiste et répète : « Prends ton traitement, c’est la seule façon de t’en sortir. Tu dois le prendre tous les jours, tous les jours. » Lui, il fait « oui, oui ». Il prend du Risperdal, un neuroleptique couramment prescrit pour les cas de schizophrénie avérée. Il a des comprimés, mais il a reçu des injections pendant des années, pendant ses 8 ans de prison.

 

 

Le tribunal ordonne une expertise psychiatrique, renvoie le jugement à fin octobre, et dans l’intervalle maintient Brahim en détention.

 

 

Florence Saint-Arroman

 

 

Pour mémoire : http://montceau-news.com/faits_divers/489081-faits-divers-sans-permis-dans-les-rues-de-montceau-mais.html

 

 

 

tribunal 2208172

 

 

 




Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer