Autres journaux :


jeudi 17 décembre 2015 à 19:58

Conseil de communauté urbaine Creusot-Montceau…

Débat politique




 

Préliminaire du Conseil communautaire de ce jeudi 17 décembre à l’Alto au Creusot :

 


Monsieur le Président, à la suite de vos propos, je veux féliciter les 3 élus communautaires . En Bourgogne, vous n’étiez pas en tête ? Il s’agit d’une victoire sur le fil et qui appelle le respect des adversaires qui ont obtenu le suffrage des électeurs. Un nouvel exécutif devra tenir compte des électeurs.

 

Cette partition à part égale, trop souvent par défaut plutôt que par véritable conviction, doit nous poser des questions.

 

A force de jouer avec le désarroi des populations, nous en arrivons à une situation à où la haine et l’aveuglement, la suffisance se banalisent. cela ne peut pas être une ligne de conduite suffisante. Je veux croire que nous pourrons bouger les lignes et faire évoluer les choses.

Notre rôle d’élu, c’est de s’occuper des autres en priorité. Cela implique respect, empathie et travail d’équipe. A cette condition nous pourrons regagner confiance de notre population.

 

 

Marie-Thérèse Frizot

 

*************************

 

Je veux saluer la victoire de la gauche réunie, seule véritable rempart contre le FN. Il fallait que toute la gauche se retrouve au second tour sinon cette région se retrouvait aux mains de l’extrême droite avec toutes les conséquences négatives pour notre région et ses habitants. Le territoire communautaire doit jouer un rôle essentiel dans la région. La fusion avec Gueugnon jouera un rôle essentiel dans l’industrialisation du bassin. Je souhaite que nos collègues soient amener à jouer un rôle essentiel dans la région.

 

Jean-Yves Vernochet

 

*************************

 

 

 

Monsieur le Président, chers collègues,

 

« Le 13 novembre, notre pays a dû faire face à la violence terroriste qui menace notre République et ses valeurs de solidarité, de fraternité et de tolérance.

 

Quelques semaines après ces évènements douloureux, nos concitoyens, appelés aux urnes pour élire leurs nouveaux conseillers régionaux, ont placé en tête un parti qui fait de l’intolérance et du populisme sa marque de fabrique.
Seul le sursaut républicain et la forte mobilisation des abstentionnistes du premier tour ont permis d’éviter le pire en privant le FN de majorité dans les régions dans lesquelles il était en position de l’emporter. En Bourgogne – Franche-Comté, la mobilisation de toutes les forces de gauche a permis d’emporter la victoire.

 

Mais nous ne pouvons nous satisfaire des scores du FN à l’échelle de notre pays, de notre région ou, plus près de nous, de nos communes.

 

Ainsi, après un mois consacré aux violences terroristes, les Français nous ont rappelé que la violence est quotidienne pour un grand nombre d’entre eux et qu’elle peut prendre des formes pernicieuses et invisibles à un grand nombre de décideurs : chômage, précarité, exclusion sociale ou territoriale, sentiment d’abandon, d’injustice… et surtout éloignement de plus en plus patent avec ce que certains aiment à appeler les élites, ensemble flou dans lequel les responsables politiques sont volontiers classés. Nous avons tous oublié que « l’état d’urgence sociale » est déjà une réalité pour un grand nombre de nos concitoyens.

 

Le temps de l’analyse des résultats de ces élections est presque déjà terminé. Ce qu’attendent nos concitoyens, c’est de l’action et de la clarté dans les choix politiques opérés. C’est par notre action, nos idées, nos convictions et le respect du débat démocratique que nous lutterons contre le FN ou tout autre mouvement politique qui s’appuierait uniquement sur la dénonciation, les attaques personnelles et sans jamais formuler le début d’une proposition concrète. Nous pouvons perdre une bataille électorale mais nous ne pouvons pas nous permettre une défaite idéologique.

 

Nous devons plus que jamais prendre tout le sens des responsabilités qui sont les nôtres dès que les électeurs nous confient un mandat, quel qu’il soit. Cela passe par de l’humilité et par un comportement exemplaire qui commence déjà par stopper les accusations mutuelles de faire monter le FN car nous savons tous et toutes autour de cette table que les racines du problème sont profondément ancrées dans notre société et que l’explosion d’aujourd’hui est le résultat de plusieurs décennies de bouleversements économiques, sociaux et sociétaux. Les élus locaux, de par leur proximité quotidienne avec la population, ont un rôle essentiel à jouer dans la redéfinition des relations entre le peuple et ses représentants. Nous devons donc sans plus tarder nous remettre au travail et réinterroger nos pratiques mais ces efforts seront vains s’ils ne sont pas suivis d’une démarche similaire au niveau national et sans une inflexion de la politique gouvernementale sur le plan économique et social.

 

 

Sébastien Gane
Au nom du groupe des élus communistes et républicains

 

 

************************************

 

 

 

« Merci Monsieur le Président,

Ce week-end marquera les esprits, et sans doute notre avenir collectif, quelques soient les attentes de chacun, quelque soit ce que nous sommes prêts à partager ensemble.

 

La signature des accords mondiaux de la COP21, les élections pour nos régions, marquent notre rapport à notre environnement, à nos relations avec nos enfants, avec nos amis, avec notre entourage, avec la société que l’on souhaite, que l’on subit pour nombre d’entre nous.

 

Les résultats de ce dimanche doivent nous inspirer l’humilité. Bien sûr, le fait qu’une majorité de personne acceptant de participer à ce devoir démocratique, se soit prononcée pour une représentation régionale n’acceptant pas le rejet de l’autre, la démagogie qui tente à faire croire que les solutions simplistes résoudront tous les problèmes de nos sociétés modernes, est non seulement réconfortant sur la capacité réactive de nos concitoyens mais également une bonne nouvelle pour notre région Bourgogne Franche Comté.

 

C’est également une bonne nouvelle pour notre territoire et ses habitants avec une continuité dans les projets et les engagements de la CUCM.

 

D’autres échéances électorales proches nous imposent de réagir. C’est de notre responsabilité d’apporter des solutions, des perspectives nouvelles, de l’innovation, une visibilité dans les trajectoires prises quelque soit le niveau d’intervention publique afin de redonner l’envie de voter.

 

Mais aussi, redonnons l’envie d’évaluer les politiques proposées et mis en oeuvre par chacun des partis. Ce n’est certainement pas par la caricature, les contre vérités, les raccourcis ou le simplisme de certains programmes que nous répondrons de façon satisfaisante aux attentes légitimes des électeurs.

 

Je le répète, ce fut un week-end éprouvant pour tous ceux qui partagent les valeurs républicaines.

 

Mais ce fut également un week-end enthousiasmant avec à Paris, un accord mondial qui transforme la prise de conscience unanime de 195 pays en actions.

 

Actions pour limiter, éviter des souffrances, des déplacements forcés de populations.

 

Actions pour nous dispenser des dépenses sur les conséquences environnementales que nous n’aurons pas à corriger.

 

Actions pour faire émerger des leviers économiques pour une croissance nécessairement différente mais profitable à tous.

 

Nous avons à prendre part à cet engagement. Inscrivons nous dans cette opportunité non pas dans la contrainte mais dans une démarche de progrès, d’innovations. Actuellement sur notre communauté urbaine la réflexion est menée sur le prochain PLUI. Nous avons cette possibilité concrète de mettre en pratique la responsabilité qui est la nôtre, celle de donner du sens, de l’ambition pour notre territoire. Alors, j’ai envie de dire, allons-y !

 

Nous devons reconquérir des espaces délaissés, combattre le chômage de masse, faire de la place à notre jeunesse, maintenir l’effort de solidarité, nous appuyer sur l’intelligence collective afin d’apporter des solutions visibles, efficaces, d’avenir mais toujours dans l’intérêt général. »

 

Pierre-Etienne GRAFFARD 

 

************************

 

 

Monsieur le Président,

« Je veux me réjouir du sursaut électoral. Les électeurs ont montré qu’ils n’étaient pas prêt à laisser l’exécutif régional au FN. Le soir du 13 décembre, nous avons pu garder la tête haute. Je veux aussi me réjouir du score de la liste sur le bassin minier, Montceau et le communauté. La gauche rassemblée arrive en tête là où certains voulaient l’attendre et là où d’uatres ne l’attendaient pas.

On peut remercier Jean-Claude Lagrange de son implication sur la RCEA, Mecateam etc. C’est sans doute le signe que certaines méthodes contestables, ces promesses depuis 18 mois, ne suffisent pas à contenter l’électeur. S’il faut nous réjouir du sursaut républicain. Nous ne pouvons pas oublier les léecteurs yant voter pour le FN ni les absentionnistes. Nous avons le devoir de répondre à leurs inquiétudes. Il faut aller plus loin, faire plus encore, être à l’écoute de ceux qui ne sont pas venus voter. Nous allons voter le budget tout à l’heure. je suis certain que cde budget rpéondra aux attentes de nos citoyens. Il faudra aller expliquer nos politiques, ce qui se fait sur ce territoire, que cela est fait par rapport à des choix politiques précis.

Il faut maintenant que nous amplifions notre démarche.

 

Laurent Selvez

**********************

 

« Je crois que l’assemblée communaitaire n’est pas le lieu de commentaires des élections. Je ne commenterais pas les élections. J’ai noté l’accroissement de l’absenttion. Il y a certainement une fracture entre un certain nombre d’élus et d’électeurs. Le résultat de ces lections, nous obligent à rndre les politiques publiques plus intelligibles, et à mettre des réalisations en face des mots et à utiliser un vocabulaire vide de choses. Nous devons arrêter d’utiliser un vocabulaire d’autosatisfaction et qui perd de sens.

 

La population n’en voit pas tojours concrètement la réalisation. Nous devons apprendre collectivement ce qu’est la république, le vote, le rôle de l’Etat. Sans cela défiance s’accroîtra. Et la participation continuera à aller dans le sens que nous ne voulons pas. Les partis doivent porter de nouveau un projet. J’ai entendu beaucoup de cris d’effrois, d’appel au sursaut républicain dont je comprends le sens mais qui arrive un peu tard. Les mêmes signes se répètent et s’amplifient élection après élection. »

 

 

Charles Landres

 

 

 

 

 

*****************************

« Je crois d’abord qu’il y a deux lignes : une satisfaction que la région reste à gauche. Une victoire qui est nette. L’avantage à la gauche est particulièrement forte sur la communauté urbaine.

 

J’aimerais  sur un point, le vote des jeunes. C’est un sujet important sur lequel on doit se pencher. Il est nourri d’une forme de peur de déclassement, d’une forme de défiance vis-à-vis de la politique. Ces considérations doivent être entendues.
78% d’entre eux se sont mobilisés pour voter; On peut en être satisfait. la crise d’engagement existe pour partie. Elle sait se mobiliser quand nécessaire.

 

On doit leur envoyer des messages de confiance, de créativité.

 

Quand la cucm fait de l’enseignement supérieur une priorité pour nos jeunes et l’attractivité du territoire Emploi, enseignement sup et attractivité résidentiel sont liés aussi à la région.

 

Ces prirités doivent être suivies dans la région. »

Je vous remercie.

 

Jérémy Pinto

 

 

*****************************

 

« En tant que parlementaire, je tiens à m’exprimer sur les élections devant la CUCM. Nous avons ici la capacité à rpéondre à un certain nombre d’enjeux. Nous pouvons échanger ici sur des solutions.

 

Nous avons vécu cette élection avec effroi et responsabilité. Je pense qu’il est important d’en parler ici. nous savons au combien le soutien de la région est important sur les projets sur lesquels nous avons pu travailler, comme l’aménageent du territorie par exemple.

 

Les uns et les autres l’ont dit, nous avons connu des moments graves pour notre pays. Nous avons craint que nos régions tombent entre les mains de ceux les moins aptes à les mener.

 

Des observateurs nus avait parlé de la vague bleue.

 

la gauche conserve 5 régions et la droite 7. Je comprends que pour certains d’entre nous, le coup soit rude. a pilule difficile à avaler après tant d’espérances.

 

Ici même au Creusot, la liste socialiste a fait le double des chiffres qui se sont retrouvés sur la liste de Sauvadet.

 

A Montceau, force est de constater le désaveu de Madame Jarrot.

 

Ces résultats devraient nous appeler à davantage d’humilité. Nous élus de gauche ne fanfarronons pas. Nous sommes soulagés que le Fn ne soit pas à la tête de la région. Nous sommes heureux de la ivctoire de la gauche en région Bourgogne Franche-Comté. L’équipe garantit la pursuite des efforts menés sur ns territoires ruraux garantissant l’accès à des services publics de qualité La droite a tenté de surfer sur les thèses du FN et elle s’est prise à son propre enjeu. Les électeusx préféreront toujours les originaux aux pâles doublures.

 

 

Je voudrais souligner le message envoyé par les électeurs au premier tour et la nécessité d’agir vite et fort. Le taux d’absenttion qui représente la moittié des électeurs exprime un profond malaise, d’un système à bout de souffle. Il faut réénchanter la politique, retrouver la confiance avec les électeurs.

 

Il faut réfléchir à une réforme institutionnelle nécessaire. Il faudra aller plus loin que la loi Notre.

 

la limitation du cumul des mandats est un ékément supplémentaire. Il faudra penserr à une plus grande ouverture à la société civile.

 

le vote extrême est le témoignage d’une société qui souffre. Nous devons être très clairs car si personne ne sort victorieux du suffrage de dimanche dernier, la gauche doit sa victoire aux citoyens attachés à la république. Nous devons renforcer nos identifiants. L’éloignement de certains services publics dans les zones rurales ne sont pas des peurs, mais une réalité pour bon nombre de nos citoyens.

 

La baisse des impôts qui va toucher 12 millions de français sera un vrai gain de pouvoir d’achat. La création de la sécurité sociale professionnelle sera aussi un élément de réponse. Mais il ne doit pas s’agir uniquement de politique nationale. Nous avons des leviers localement. Elargir le champ des interventions communautaires est une piste à étudier. Il nous faut renouer avec ce qu’a été cette CUCM, je pense à l’innovation, la mise en place de structures dans l’agriculture.

 

Imaginer aussi que sur la solidarité, nous puissions faire davantage. je livre ces pistes à votre intention.

 

Nous devrons aussi nous intéresser à l’environnement. Je pense justement de de qui va découler de la COP21. Je me permets de livrer cette analyse rapide. Il faudra faire ensemble avec bcp de responsabilité , faire preuve de bcp d’imagination.
Pour que ce sentiment d’abandon ne génère plus ce qu’il semble le pire. »

 

Philippe Baumel

 

 

***********************

 

 

J’ai écouté avec intérêt le pros de Madame Frizot qui nous invitait avec modestie, constance, à travailler ensemble. J’y souscrit totalement. je crois même que c’est ce que le Président nous invite à pratiquer au quotidien. mais pourquoi fallait-il parler du résultat du deuxième tour. Vous avez parlé d’un mouchoir de poche. Ce n’est pas exact. il y a 23000 voix de différences.
Entre la liste Sauvadet et FN, il n’y a que 5000 voix. Si je m’autorise ce commentaire, c’est pour dire : travailler ensemble oui. Mais de grâce n’allons pas chercher des chiffres mal utilisés.

 

vous avez tenus un propos qui m’a fait sursauté, en renvoyant dos à dos la haine d’un côté et les autres. Vous parliez de suffisance. Non, le FN n’est pas un parti comme les autres. On ne peut pas établir un parallèle. Le Président parlait d’un tract malencontreux.

 

Le FN n’est pas la peste parce qu’il est contre Center Parcs. Il y a dans notre système un parti qui propose un voyage sans retour. Il faut se garder de parallèles qui seraient hors du temps, de la réalité et de la morale. Je suis toutefois convaincu que nous pouvons travailler ensemble.

 

Nous risquons de sombrer ensemble dans un combat gagné par le FN.

 

mais il faut tenir ses engagements lorsqu’on est élu. Il faut combattre cette thématique que le discours possible est celui de la parole oubliée une fois élue. Je crois à la vertus du programme.

 

Pour les élections à venir, il conviendra pour l’avenir de proposer aux électeurs et électrices un véritable programme. quand on s’engage, on tient parole.

 

Il convient à chacun d’entre nous, d’être particulièrement clair sur nos positions et engagements qui peuvent être différents. Vous entendez comme moi l’un des refrains du FN, tous pareils. Le « tous pareil » arrive quand on n’ose pas dire ce qu’on est.

Plutôt que de se cacher pour élargir sa base électorale, cela me semble vain. Il convient aujourd’hui d’en sortir. C’est ce qu’attendent de nous les gens. les candidats FN ne s’y trompent pas et affichent leur étiquette.

 

Taire l’essentiel, c’est créer le risque d’une certaine proximité.

 

Puisque j’ai évoqué l’exigence du programme, je termine en ajoutant la perspective suivante, il faut donner du sens politique à l’action.

 

Je suis convaincu que la moindre action si elle ne met pas en avant le pourquoi, les valeurs qui la motive, cela peut être la meilleure des choses, elle n’aura pas d’effet sur la population.

 

C’est parce qu’on sera différent, qu’on agira au nom de nos propres valeurs, qu’on pourra travailler ensemble qu’il n’y aura plus ce slogan détestable UMPS.

 

 

Si par conséquent, on dit ce qu’on est , on peut travailler ensemble. Il nous faut dans l’urgence tirer tous les enseignements de cette séquence détestable. Je félicite les élus, Laetitia Martinez et Jean-Claude Lagrange. »

 

 

André Billardon

 

 

 

Dans un EPCI telle que la nôtre, ne sommes-nous qu’un guichet? N’attendons-nous que ça d’une structure telle que la CUCM? Non je ne crois pas. Ce que j’ai entendu autour de la table, ce sont des différences, mais aussi une réflexion collective.
D’un côté, on se dit qu’il faut réagir et d’un autre qu’il ne faudrait pas en parler. C’est en faisant cela qu’on laisse justement la place au FN.

 

Y compris sur des listes municipales, lorsqu’on n’affiche pas ses couleurs, on donne du grain à moudre au FN.

 

On doit faire de la politique en affichant nos marqueurs, nos étiquettes.

 

Certains d’entre vous, JY Vernochet a évoqué un sujet très fort sur le territoire, l’industrie. Notre identité forte nous prémunit d’une avancée du FN.

 

JY Vernochet l’a évoqué. Nier cela est nier l’évidence. PE Graffard a évoqué la COP21. Il a raison. Pourquoi s’interdire d’en parler? L’événement est passé sans doute inaperçu. Mais c’est un beau résultat qui a été obtenu. J’ai entendu les mots devoir et humilité.
C’est en posant le débat sur cette base-là que nous pouvons trouver des solutions. Je revendique, nous sommes là pour faire de la politique, quelque soit le secteur. Nous sommes là pour travailler pour un territoire, ce qui n’empêche pas que chacun garde son identité, qu’il la revendique. Plus on se cachera, plus on laissera la place aux autres.

Je vous remercie.

 

 

David Marti

 

conseil ccm 1710152

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer




Un commentaire sur “Conseil de communauté urbaine Creusot-Montceau…”

  1. Bernard_Gui dit :

    Allez-y, débattez, négociez, marchandez, bataillez, ergotez, disputez-vous, arguez, critiquez, contestez, chicanez, réfutez, rétorquez, niez, confirmez, etc.
    Mais n’oubliez pas ceux d’en bas, qui ont à peine de quoi vivre :
    Il semblerait que le coût d’un conseiller régional ne soit que (!) de 1 521 à 2 661 € bruts par mois (somme mensuelle que de nombreux Français aimeraient avoir chaque mois sur leur compte bancaire, source http://www.journaldunet.com/economie/magazine/le-salaire-des-politiques-et-des-elus/conseiller-regional.shtml), à comparer au coût d’un député : 12 870 € bruts par mois selon http://www.journaldunet.com/economie/magazine/le-salaire-des-politiques-et-des-elus/depute.shtml, et au coût d’un sénateur : 11 416 € nets par mois selon http://www.journaldunet.com/economie/magazine/le-salaire-des-politiques-et-des-elus/senateur.shtml.)
    La raison de ces salaires mirobolants (pour les députés et sénateurs) serait que que ces élus ne soient pas corruptibles, ce qui largement été, pour le moins, « non démontré » ces dernières années.
    Ces chiffres (bruts) sont peut-être contestables, et seront contestés, mais vous ne pourrez pas nier que vous, élus de tous bords, de tous niveaux (excepté les maires et adjoints de petites communes) percevez des rentes mensuelles largement au-dessus de ce que touchent beaucoup de personnes qui se lèvent tôt chaque matin pour justifier de leur faible salaire (et je reste poli, je ne dis pas salaire de merde !).
    En espérant que cela vous éclaire un peu sur le pourquoi du comment du fait que les citoyens en ont marre de vos déblatérations stériles et sans changement pour la majorité de ceux qui vivent avec beaucoup moins que vous !
    (Cela écrit, mes réflexions ne m’ont pas amené à voter FN, mais plutôt à Gauche, la vraie Gauche (aux deux tours !!), bien que je n’y crois plus vraiment ! )