Autres journaux :



vendredi 16 septembre 2016 à 07:45

La communauté urbaine continue de lutter contre les erreurs de tri

Lancement du refus de collecte



C’est au cours d’une conférence de presse ce jeudi après-midi que Jean-François Jaunet, Vice-président de la CUCM notamment en charge de la gestion des déchets nous a reçu aux Ateliers du Jour afin de faire le point sur les refus de collecte et les erreurs de tri des bacs jaunes.

 

 

Pour ce faire, il était accompagné de Monsieur Dugast, Directeur des services.

 

 

 

Lancement du refus de collecte depuis 2015

 

 

 

Comme nous l’a rappelé Jean-François Jaunet, c’est à la suite du constat de l’augmentation des erreurs de tris dans les bacs jaunes que la CUCM a décidé de mettre en place le refus de collecte.

 

 

En effet, il en résultait un taux croissant des refus de tri en centre de revalorisation des déchets. Ce taux atteignait près de 50%, très supérieur à la moyenne nationale.

 

 

 

Comme d’autres collectivités l’ont fait pour améliorer la qualité du tri, la communauté urbaine a donc décidé de déployer progressivement le refus de collecte du bac jaune en cas d’erreur de tri sur l’ensemble de son territoire. Le déploiement de ce dispositif se termine cet automne avec Montceau puis Le Creusot.

 

 

 

Rappelez-vous un an plus tôt. Le dispositif avait été déployé sur des communes « pilotes » dont Montchanin, avant d’être progressivement étendu dans le quartier des Gautherets à Saint-Vallier, qui comprend également deux rues situées à Ciry-le-Noble et quelques rues de Sanvignes ; aux Bizots ; à Ecuisses ; à Saint-Laurent-d’Andenay ; dans les points de regroupement de Saint-Eusèbe ; dans une partie des communes de Ciry-le-Noble, Génelard et Perrecy-les-Forges.

 

 

 

Pourquoi une année pour déployer un tel dispositif ? Pour communiquer, nous a expliqué Jean-François Jaunet. « Ce sont des opérations qui prennent du temps. Il y a des étapes intermédiaires de communication qui sont nécessaires avec les gens ».

 

 

 

Et d’ajouter : « 80% des refus sont dus aux sacs. Si on trouve des lavabos, des déchets verts, on ne collecte pas non plus. Les petites erreurs sont tolérées. Les gens confondent déchetterie et tri sélectif. »

 

 

 

Visiblement les premiers résultats sont très encourageants puisque dans les premiers secteurs cités plus haut, le taux de bacs jaunes présentant une erreur de tri est tombé de 50 % à 15 %.

 

 

 

Au printemps 2016, le dispositif a été étendu au reste du territoire communautaire, à l’exception de Montceau et du Creusot. Dans ces nouveaux secteurs, le taux de bacs jaunes présentant une erreur de tri est tombé de 50 % à 25 %. Progressivement, ce taux devrait poursuivre sa diminution pour tendre vers les 15 – 20 %, conformément à la moyenne nationale.

 

 

Une procédure mise en place sur trois semaines

 

 

C’est progressivement que le refus de tri va être mis en place à présent à Montceau-les-Mines.

 

 

Avant le début de chaque phase de déploiement de l’opération, l’ensemble des foyers sont informés par un courrier, qui rappelle les consignes de tri, détaille les modalités de l’opération et les moyens de s’informer sur le tri.

 

 

Ce courrier est accompagné d’un Guide du tri.

 

 

Puis au cours de la première semaine, des ambassadeurs du tri contrôlent le contenu des bacs jaunes avant la collecte. En cas d’erreur de tri, une information est laissée sur le bac pour indiquer la nature de l’erreur de tri (accroche-bac orange). Puis les ambassadeurs rendent visite aux personnes ayant commis des erreurs pour leur rappeler les consignes de tri.

 

 

Au cours des semaines 2 et 3, les bacs comportant une erreur de tri ne sont plus collectés. Un bandeau de scotch mentionnant que le bac comporte une erreur de tri est posé sur le couvercle du bac et une information est laissée sur le bac pour indiquer la nature de l’erreur de tri (accroche-bac rouge). Il est demandé de retrier le contenu du bac avant de le présenter à la collecte la semaine suivante.

 

 

Le refus de tri débute alors réellement.

 

 

Durant ces périodes, les ambassadeurs du tri continuent de rendre visite aux usagers dont le bac comporte une erreur pour repréciser les consignes de tri.

 

 

Enfin à partir de la semaine 4, ce sont les équipages de collecte qui procèdent eux-mêmes à la vérification des bacs et aux éventuels refus de collecte en cas d’erreur de tri. Un bandeau de scotch mentionnant que le bac comporte une erreur de tri est posé sur le couvercle du bac et une information est laissée sur le bac (accroche-bac rouge). Il est demandé de retrier le contenu du bac avant de le présenter à la collecte la semaine suivante.

 

 

 

En point de recoupement et pour les petites copropriétés, des bacs operculés ont été mis en place. Pour les plus grandes copropriétés, ce sont dans les bacs enterrés que les habitants doivent verser leurs déchets. Et d’autres bacs enterrés sont en projet sur la communauté urbaine.

 

 

 

Des améliorations qui se voient !

 

 

 

Chez Creusot Montceau Recyclage, l’usine de valorisation des déchets de Torcy, le bilan d’activité 2015 laisse apparaître une réduction des déchets à traiter de l’ordre de 1000 T et à contrario 800 Tonnes de déchets en plus valorisés grâce à un meilleur tri par une partie du territoire communautaire. Autant dire que les changements sont très encourageants !

 

 

D’autres améliorations devraient cette fois-ci être apportées au niveau dispositif d’entrée dans les déchetteries du territoire. Le double contrôle est en réflexion. Depuis la mise en place du nouveau dispositif, ce sont quelques 25000 QR code qui ont été distribués.

 

 

Valorisation des alternatives

 

 

 

Enfin, la CUCM a été retenue « Territoire Zéro déchets zéro gaspillage ». Cela lui a permis de recevoir des subventions pour recruter deux chargés de mission qui ont notamment comme objectif la mise en place de solutions alternatives à l’enfouissement et au recyclage.

 

 

Mais sur ce sujet, nous en saurons davantage dans les mois à venir ! Promis !

 

 

Dès à présent, le refus de collecte de tri est mis en place à Montceau-les-Mines.

 

 

Pour toute question, vous pouvez appeler le numéro vert (appel gratuit depuis un poste fixe) de la communauté urbaine : 0800 216 316.

 

 

 

EM

 

 

 

ccm-1609162

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer




8 commentaires sur “La communauté urbaine continue de lutter contre les erreurs de tri”

  1. mck dit :

    Les usagers vont devenir exigeants aussi notamment pour la mise en place des bacs sur les trottoirs après ramassage. Il est scandaleux de voir qu’on remette les bacs n’importe comment sur les trottoirs après ramassage alors que la plupart des usagers les placent afin de ne pas gêner les piétons notamment les parents qui ont des poussettes qui sont obligés de déplacer le bac. Alors faites passer le message à vos agents j’ai déjà appelé mais hélas rien n’a changé…….et pourtant les agents prennent le temps de sonner à la porte en fin d’année pour présenter leur calendrier pour obtenir des étrennes!!!!!

  2. josiane49 dit :

    on nous a amené des bacs jaunes à toutes petites ouvertures !!! il faudra donc déchirer les cartons, papiers et passer un temps infini à s’en débarasser ! certains ont trouvé une alternative ! ils vont déverser leurs saloperies dans les conteners semi-enterrés !

  3. 71230 dit :

    bonjour c est bien mais le risque de trouver des déchets en pleine nature est plus grand?? ET les charges de mission ce sont des personnes a la recherche d un emploi ou des copains au copains?

  4. lavoisier dit :

    je suis pour, a un moment il faut éduquer les gens et leurs donner des leçons de civisme, nous devons tous nous impliquer et prendre exemple sur certains pays qui rejettent 20 kilos de déchet par an et par personne ( recyclable), nous devons allez plus loin encore, résultats leurs pays est propre, donc je participe et je trie, car l’avenir de notre planète et de nos enfants passent par la…et je tiens à préciser qu’il n’y a nul besoin d’être école pour penser et faire ca, la preuve je ne le suis pas, mais au fond, on l’ai tous, ce n’est pas un parti, c’est un état d’esprit.

    • Daniel Z dit :

      Bonjour Lavoisier.

      « a un moment il faut éduquer les gens et leurs donner des leçons »

      Nous n’en sommes plus là ! Les directives et autres consignes ont été largement diffusées.
      Les citoyens de certains pays paraissent effectivement bien plus respectueux que nous, mais chez eux, c’est culturel depuis des décennies (siècles ?)

      Soyons réalistes ! Vous serez sanctionné pour vos déchets ? Et eux ?
      «  »Parc national des calanques…. Le tribunal estime qu’il n’y a pas d’urgence à mettre un terme à ces déversements…l’exploitant de l’usine a obtenu l’autorisation de rejeter chaque jour jusqu’à 270 m3 par heure d’effluents….
      ‘Et quoi dont qu’est répandu sur terre et dans la flotte ‘ ? C’est là :
      http://www.francetvinfo.fr/economie/video-les-boues-rouges-de-gardanne_770221.html

      Il est possible de multiplier les exemples à l’infini, ou presque.

      Alors l’état d’esprit a évolué et nombre de nos concitoyens refusent désormais de se « prendre la tête ». Le réalisme pousserait plutôt vers l’inverse !

      Mais; en cette période de chômage, si nous augmentions les effectifs de « récolteurs et trieurs ».
      Réalisée par des professionnels, nous pouvons espérer une sélection plus efficace et régler ce problème de contenants et contenus.

      Amitiés

  5. noelle57 dit :

    La cucm ferait mieux de ramasser les poubelles sauvages dont une qui traîne depuis 1 mois 1/2 le long du canal entre le rond point galuzot et l’hôpital. Après 2 appels à la mairie de St Vallier qui se décharge sur la Cucm, turn n’est fait une semaine après !
    Aujourd’hui il y a eu du nettoyage le long du canal mais pas côté St Vallier: j’ai donc interpellé un ouvrier qui a dû oublier de repasser par là puisque ce soir elle était toujours présente !
    Il pourrait y avoir des déchets toxiques et tout le monde s’en fout !
    Je suis attristée et dégoûtée que nos communes soient quasi laxistes à ce sujet et nous embêtent pour le tri que je pense faire de mon mieux soit dit en passant.
    Nettoyons nos trottoirs, nos berges, nos abords de lacs, nos forêts !
    Traquons les auteurs de ces dépôts sauvages qui polluent notre environnement !
    Voilà un combat bien plus passionnant !

  6. MAM dit :

    t à fait d’accord avec Josiane, on nous a mis des poubelles pour les cartons avec une petite ouverture environ 30/30! il faut tout découper par petit morceau ! il faut un temps infini ! il passe tout juste un pack de lait et encore en forçant car à l’intérieur des trous il y a des lamelles de plastic dures. Difficile pour les personnes agées remplies de douleurs !!! Moi j’ai trouvé la solution je mets tout dans les bacs gris et je ne suis pas la seul!!!

  7. frelon dit :

    Sanvignes Avenir opposition municipale
    LA CUCM communique sur les refus de collecte de bacs ayant des fautes de tri. Même si ce travail pour améliorer le système peut sembler nécessaire , Sanvignes avenir relèvent certaines anomalies et pose des questions. Les habitants sont excédés de ces pratiques d’une telle rigueur que ceux qui les décident ne peuvent même pas se les appliquer .

    Vide « juridique » du tri consécutivement au différentes revues et parutions de ces derniers mois :

    1). Bouchons fers des boîtes diverses on suppose que c’est le bac jaune de concerné puisqu’il est précisé  » les métaux ( …/…. …) reste à préciser ?

    2) Bouchons des bouteilles plastiques : pas de précisions : Bac jaune, donc on les laisse sur les bouteilles ?

    3 ) Une première documentation de 2014 ou 15 , diffusée dans le journal de la CUCM montre une photo d’une boîte de conserve, d’une bombe aérosol , d’une barquette métallique à côté d’un bac jaune. Mais on lit sur une photo du quotidien départemental de ce dimanche 18 septembre 2016  » aérosols = déchetterie  »
    Que faire ?
    Conserver ces documents contradictoire précieusement car en cas de refus de collecte.

    4) les boîtes de conserves vont dans les bacs jaunes mais cela n’est pas très agréable….pour ce qui concerne les sardines , maquereaux etc…
    Il faut donc les laver avant de les mettre dans le bac.
    Qui paie l’eau et les dégorgements des siphons des éviers des habitants ?
    C’est une chose de sanctionner les habitants pour refus de collecte , une autre est que les habitants utilisent leur eau et évier pour laver et un plombier si besoin.

    5) quid des bouchons plastiques ,type Nutella , fermant les verres : Bac jaune, ou noir car bouchons non propres, ou déchetterie ?

    6) déchets verts : une salade va dans le bac noir mais pas une rose fanée . Si on a 10 rosiers , ok pour la déchetterie mais une seule rose ou un bouquet de fleur. Ce n’est pas un déchet type salade, on les garde en stock pour aller en déchetterie …. Incompréhensible ?

    L’écologie va beaucoup trop loin. Il faut revenir à des solutions raisonnables et de bon sens.

    Quand aux passages payants en déchetterie au delà d’un nombre X , il s’agit d’un double impôt pour les habitants qui ne dis pas son nom, mais qui risquerait de faire jurisprudence.