Autres journaux :



jeudi 14 mai 2015 à 07:17

Montceau-les-Mines bouge et évolue…

... on regarde autour de nous avec un petit regard en arrière !



 

 

… si on regarde autour de nous

 

avec un petit regard en arrière !

 

 

Montceau change, évolue, on détruit des immeubles, on en construit d’autres. Bien sûr cela n’est pas nouveau depuis un siècle et demi, mais à notre époque où tout va vite il est parfois bon de s’arrêter et de fixer ses idées.

 

 

 

Alors qu’un gros chantier, semblant emmailloté par Cristo, se déroule au parc Salengro, nous nous sommes dit que nous pourrions retracer l’historique des constructions sociales sur notre ville. Bien sûr nous ne prétendons pas œuvrer en qualité d’historiens. Oui, mais par où commencer ? Par le début.

 

 

 

Les logements sociaux avant Viléo c’était uniquement l’OPAC. Mais cet organisme départemental est le fruit d’une histoire locale aussi. Avant 1976 il existait deux offices d’HLM. Le premier, d’abord communal, puis communautaire, a participé à la reconstruction après guerre. Il existe encore de rares traces comme les Programmes sociaux du relogement (PSR) de l’impasse du sentier, de la rue Voltaire, de la rue de Saint Gengoux. Il fut le premier à construire un immeuble sur Montceau avec ascenseur, le Bel Air. Le second office était départemental. Les premiers logements sociaux créés par cet office sur Montceau l’ont été au Bois Garnier en 1951.

 

 

Cinq immeubles, 4 collectifs de 16 logements chacun et un de 6, soit 70 appartements de type 2 et 3. Une réelle modernité pour l’époque. En 1957, 72 chalets jumelés et 56 logements en bande ont été construits. Tout cela pour le compte des houillères dont une partie avec le 1% logement HB (houillères de Blanzy). Ce dernier a aidé à construire bien des cités du bassin minier. Mais au fil du temps tous types de locataires, non-salariés des mines, ont pu louer ces appartements. A l’époque pourtant ce sont les houillères qui logeaient ainsi leur personnel, et payait les loyers lorsque par hasard les logements restaient vides quelques temps. En 1975 il y a eu une réhabilitation des immeubles, concernant les salles de bain dans les chalets par exemple.

 

 

Avant ces constructions il n’y avait que des prés dans le secteur avec des maisons des houillères construites dans les années 30. Mais pourquoi là ? En effet c’est un peu loin du centre-ville, du canal ! Il s’agissait de rapprocher la main d’œuvre des puits en exercice. En même temps les distances se parcouraient surtout à pied, à vélo, voire en mobylette, alors les distances n’avaient pas la même signification que maintenant.

 

 

Un ancien se rappelle l’épicerie, la collecte pour la souscription pour la chapelle (la seule payée par les mineurs sur Montceau me dit-on). Les évènements actuels mettent le quartier en première ligne et lorsque l’on en discute avec les Montcelliens des autres quartiers il apparaît que l’on ne sait pas trop, trop, de choses sur le bois Garnier et même sur le restant du territoire. Pourtant cet endroit est charmant, propice à la promenade, bien groupé sur lui-même comme un nœud pour se souvenir et pour être fort.

 

 

D’ailleurs il y a une réelle appartenance à son quartier : on est de la Saule, de La lande, du bois du verne, de la Sablière avant tout. Et maintenant que les petits commerces ont en partie déserté les quartiers bien des gens disent « aller en ville » lorsqu’ils se rendent rue Carnot où doivent aller aussi loin que la neuvième écluse.

 

Nous sommes tous très friands d’histoire locale, alors toutes précisions et documents seront les bienvenus.

 

 

 

 

 

quartier bois garnier 1504158

 

 

 

quartier bois garnier 1504152

 

 

 

quartier bois garnier 1504153

 

 

quartier bois garnier 1504154

 

 

quartier bois garnier 1504155

 

 

quartier bois garnier 1504156

 

 

quartier bois garnier 1504157

 

 

 

quartier bois garnier 1504159

 

 

quartier bois garnier 15041510

 

 

quartier bois garnier 15041511

 

 

 

 

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer




2 commentaires sur “Montceau-les-Mines bouge et évolue…”

  1. lemontcellien dit :

    Je remercie Mme Jarrot

    • LP dit :

      Pour obtenir des précisions sur l’histoire d’un quartier, le passage par les archives de la commune (normalement conservées à la mairie pour les plus récentes) est incontournable : les registres des délibérations du conseil municipal notamment sont une mine d’informations. Tout citoyen peut avoir accès aux archives de la commune, dans le respect des délais de communicabilité en vigueur (protection de la vie privée par exemple) et des règles destinées à assurer la protection et la bonne conservation des archives (par exemple, il n’est pas possible d’aller chercher les documents soi-même, de les emprunter, etc).
      Les fonds conservés aux Archives départementales (Mâcon) peuvent également apporter un éclairage sur l’histoire d’une ville, d’un quartier.