Autres journaux :



mardi 26 mai 2015 à 04:45

CPIE (Centre Permanent d’Initiative pour l’Environnement) Pays de Bourgogne

Visite guidée d'une prairie humide entre Montchanin, Blanzy et Saint-Eusèbe



 

 

Visite guidée d’une prairie humide

 

 

entre Montchanin, Blanzy et Saint-Eusèbe

 

 

Ce samedi matin, ils étaient une vingtaine de personnes ayant répondu présents à l’invitation du CPIE (Centre Permanent d’Initiative pour l’Environnement) Pays de Bourgogne.

 

 

 

Rendez-vous avait été donné sur le parking de la SAS Retif, à Montchanin.

 

 

Le CPIE Pays de Bourgogne a proposé cette manifestation à l’occasion de la consultation des habitants sur l’eau, pour mieux leur en parler et échanger autour de ces questions.

 

 

Dans ce cadre, et en partenariat avec le Syndicat du Bassin de la Bourbince, la visite guidée se tenait entre Montchanin, Blanzy et Saint-Eusèbe.

 

Une prairie humide y fait l’objet d’une valorisation pédagogique, d’une continuité écologique et d’un aménagement en zone agricole au bord de la rivière la Bourbince. Cette promenade entre terre et eaux était guidée par le gestionnaire du SIBVB, en la personne de Benjamin Gauthier. Elle a permis de découvrir les richesses de ces sites fragiles qui contribuent à la préservation de la ressource en eau.

 

 

L’eau, au cœur d’une gestion collective

 

 

Bérengère Duret, représentant la CPIE a tenu à rappeler le contexte de ces visites organisées et notamment celui de sensibiliser sur la thématique de l’eau.

 

Elle a ainsi rappelé que « l’eau fait partie d’une gestion collective ».

 

 

Elle a également présenté les missions du CPIE, en tant qu’organisme en charge d’informer et de sensibiliser sur les problématiques environnementales.

 

« Nous cherchons à vous informer et à vous montrer le travail qui se fait pour préserver les ressources et les milieux humides. Car tout est lié : rivières, nappes phréatiques etc. ».

 

 

Et d’ajouter : « La préservation de cette qualité fera qu’on aura une bonne qualité d’eau dans nos verres et de celle qu’on rejettera ».

 

 

Elle au aussi rappelé que les habitants du bassin versant, dont nous faisons partie sont invités à s’exprimer sur la gestion de l’eau, jusqu’au 18 juin.

 

 

Pour répondre au questionnaire, c’est ici :

 

http://www.prenons-soin-de-leau.fr/cms/accueil/le-bon-etat-des-eaux/votre-avis-sur-leau/donnez-votre-avis.html

 

 

15 hectares de marais achetés par le Syndicat de la Bourbince

 

 

En présence des élus de Saint-Eusèbe, Montchanin et Saint-Laurent, Benjamin Gauthier a expliqué la démarche du syndicat de la Bourbince dans le rachat de 15 hectares de marais.

 

 

Historiquement, les villes du Creusot et de Montceau-les-Mines se sont installées sur des sources, alors que la plupart des villes s’installe en aval d’un point d’eau.

 

Aussi la zone de 15 hectares de marais constituait la dernière du genre dans les périmètres de ces villes. Pour Benjamin Gauthier, il était nécessaire et important de les préserver de l’urbanisme.

 

 

Racheté en 2012, le terrain a nécessité des actions de restauration : abattage d’arbres pour permettre à la prairie de reprendre sa place. Une fauche triennale a été mise en place. Ainsi le représentant du syndicat de la Bourbince a expliqué que cette fauche se réalise en automne sur une partie seulement du terrain. Cette fauche tourne sur trois ans.

 

Après ces premières explications, la visite guidée a débuté. Bérengère Duret et Benjamin Gauthier ont indiqué que des panneaux pédagogiques devraient être installés pour présenter la faune et la flore présentes sur le site.

 

 

Passant sur un pont, juste au-dessus d’un cours d’eau, Benjamin Gauthier a expliqué que la confection du pont a nécessité que les poteaux soient installés sur les berges pour permettre la bonne circulation de l’eau et éviter que des branches ne se coincent sous le pont.

 

 

A la réflexion de la présence d’orties, il a expliqué que les orties se développent sur des terrains riches en nutriments. On pouvait ainsi observer la richesse du paysage et de la flore. Dans les zones de roseaux, on a pu voir des petites libellules.

 

Les papillons ne s’étaient pas montrés.

 

Des milans se sont montrés majestueux.

 

 

Suivant le parcours des passerelles, réalisé l’an dernier entre novembre et décembre 2014, le groupe a pu s’arrêter dans un espace élargi spécialement afin de permettre le croisement des fauteuils roulants.

 

La réalisation de ces passerelles sur pilotis (sur 362 mètres de longueur) a nécessité 20 jours de travail par 5 à 6 personnes, dans des conditions parfois difficiles et d’humidité forte (marais oblige!).

 

Pour les réaliser, ils n’ont eu recours à aucune machine ni tractopelle. Tout a été fait à la main pour éviter toute dégradation du site. D’ailleurs, le fauchage triennal est également réalisé entièrement à la main. Les déchets verts sont ensuite évacués.

 

 

Les marais, indispensables pour les cours d’eau

 

 

Comme l’a montré Benjamin Gauthier, cette zone se situe entre le canal et la RCEA, dans une cuvette. Ainsi le marais se remplit facilement et l’eau y stagne. Lorsque le cours d’eau déborde, le marais se remplit davantage.

 

Mais l’été, c’est le marais qui donne l’eau au cours d’eau attenant.

 

 

A la question sur l’intérêt d’entretenir les prairies, le guide a expliqué :

 

« On entretient les prairies pour maintenir la biodiversité, éviter que les milieux se ferment, c’est-à-dire qu’ils deviennent des forêts. Le marais joue un rôle de filtre, sur les métaux lourds par exemple. On connaît tous le rôle de la prêle. Le marais a aussi un intérêt faunistique et hydraulique. »

 

 

Et d’ajouter : « Les marais ne sont pas des lieux insalubres. Ils s’auto-régénèrent, s’auto-régulent. »

 

 

Parmi les visiteurs, l’un demandait s’il était envisageable d’introduire des castors.

 

Benjamin Gauthier a indiqué que de Paray à Digoin, on peut trouver des traces de castor. Mais ils ne s’éloignent pas à plus de 25 mètres du cours d’eau en moyenne. Par ailleurs, les castors ont besoin d’eau propre et en grande abondance, autant d’éléments qui conduisent à dire que la vie dans un marais n’est pas intéressante pour un castor.

 

 

De plus, « on n’introduit plus d’espèces, car on ne sait pas gérer » a-t-il ajouté.

 

 

Il a notamment parlé du cas de la renouée du Japon dont on ne sait pas se débarrasser aujourd’hui.

 

 

La fin de la visite de ce premier site s’est achevée par trois petites marches d’escalier. Le guide a indiqué qu’un parking serait prochainement aménagé, ainsi qu’une rampe pour les personnes en fauteuil roulant.

 

 

Visite aux abords de l’ancien moulin des Angliers à Blanzy

 

En décembre dernier, nous vous faisions part de travaux de nettoyage réalisés par le Syndicat de la Bourbince et de réaménagement du lit de la rivière.

 

 

Nous nous sommes de nouveau rendu sur place ce samedi, suivant le deuxième parcours de la visite, proposé par le CPIE et le Syndicat de la Bourbince.

 

Le but de ces travaux étaient notamment d’enlever l’empreinte humaine de ce cours d’eau et permettre à la Bourbince de retrouver son ancien lit.

 

 

Une meilleure gestion des cours est primordiale, notamment pour la ville de Montceau-les-Mines qui se trouve à la confluence de quatre affluents : le Plessis, la Sorme, la Bourbince et le faux-bras de la Bourbince et pour laquelle les crues de ces cours d’eau peut être soucieuse.

 

 

Pour la deuxième année consécutive, le CPIE et le Syndicat de la Bourbince proposait cette découverte des milieux humides.

 

 

A renouveler !

 

 

Vous pouvez donner votre opinion sur l’eau ici, jusqu’au 18 juin :

 

http://www.prenons-soin-de-leau.fr/cms/accueil/le-bon-etat-des-eaux/votre-avis-sur-leau/donnez-votre-avis.html

 

 

Émilie Mondoloni

 

 

 

zone humide emilie 25051510

 

 

zone humide emilie 2505152

 

 

 

zone humide emilie 2505153

 

 

zone humide emilie 2505154

 

 

zone humide emilie 2505155

 

 

zone humide emilie 2505156

 

 

zone humide emilie 2505157

 

 

zone humide emilie 2505158

 

 

zone humide emilie 2505159

 

 

zone humide emilie 25051511

 

 

 

zone humide emilie 25051512

 

 

zone humide emilie 25051513

 

 

zone humide emilie 25051514

 

 

zone humide emilie 25051515

 

 

 

zone humide emilie 25051516

 

 

zone humide emilie 25051517

 

 

zone humide emilie 25051518

 

 

zone humide emilie 25051519

 

 

zone humide emilie 25051520

 

 

zone humide emilie 25051521

 

 

zone humide emilie 25051522

 

 

zone humide emilie 25051523

 

 

zone humide emilie 25051524

 

 

zone humide emilie 25051525

 

 

zone humide emilie 25051526

 

 

zone humide emilie 25051527

 

 

zone humide emilie 25051528

 

 

zone humide emilie 25051529

 

 

 

zone humide emilie 25051530

 

 

zone humide emilie 25051531

 

 

zone humide emilie 25051532

 

 

 

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer