Autres journaux :


mercredi 27 mai 2015 à 07:18

Lycée Henri Parriat (Montceau-les-Mines)

Débriefing de l’échange Montceau/Prague



« On m’a piqué mon paquet de Pépitos dans le bus »

 

 

L’ambiance est à l’humour, au partage, mais aussi au sérieux et à la franchise.

 

 

L’assemblée a été invitée à débriefer l’échange Montceau/Prague entre les Lycées Parriat et Neruda. Ce sont donc uniquement des volontaires qui sont réunis là, volontaires mais impliqués, passionnés.

 

 

La salle polyvalente, (salle « poly » où aujourd’hui il y a eu journée job dating) est un peu vaste, un peu impersonnelle mais le décor compte peu dans le cadre des échanges passionnants qui y ont lieu.

 

 

Philippe Bedert officie et Laurent Priorat note les observations ou commentaires sur un PC (et ils intervertirons leurs rôles ensuite). Face à eux une dizaine d’élèves et autant de parents (ils arrivent au fur et à mesure).

 

 

Comme a chaque voyage l’équipe pédagogique met en place une évaluation et un questionnaire de satisfaction remis dans le bus du retour de Prague. Philippe Bedert est aussi à la recherche de photos prises par les élèves pour nourrir les archives et « dieu », le cartable où toute la vie des échanges se trouve concentrée.

 

 

On sent qu’au lycée Parriat le dialogue est développé et naturel, il n’y a pas de distance, pas de barrière. Les élèves présents parlent franchement, commentent, proposent et font part de leurs analyses personnelles sans arrière pensée.

 

 

Chacun s’étant exprimé il apparait que

 

– Tous sont prêts à repartir pour un échange, plutôt que pour un voyage,
– Tous ou presque sont prêts à échanger avec d’autres lycées d’autres pays, certains parlant même du Japon, mais tous hurlant à l’idée d’échanges imposant l’utilisation de l’Anglais sans alternative.
– Tous se déclarent satisfaits des activités et visites effectuées à Prague (certains regrettant que la visite du quartier juif ait été beaucoup trop succincte), même si la visite de Terezin aurait du être plus longue pour beaucoup.
– La visite de la cristallerie a été passionnante, il semble que les élèves ont pu ainsi trouver des cadeaux peu chers.
– L’intérêt d’un échange c’est la connaissance des autres, d’autres cultures, la création de liens sincères et d’amitié
– La découverte est plus profonde lorsque l’on vit chez l’habitant plutôt que lors d’un voyage. L’un des élèves regrettant qu’il n’y ait pas assez de cuisine traditionnelle tchèque dans les repas servis chez l’habitant. Un autre protestant avec humour contre le chou rouge au petit déjeuner.

 

 

A aucun moment les élèves ne mettent en avant la longueur et la fatigue du trajet, le plaisir de la découverte, de l’amitié a gommé ces aspects qui à un autre âge prendraient toute leur importance.

 

 

Il y a bien des choses qui n’allaient pas ?

 

 

Euh, oui, par exemple un jeune explique que les bus devraient être mieux surveillés car lors d’une visite on lui a volé son paquet de « Pépitos ». Si là il n’y a pas un incident diplomatique à régler d’urgence, c’est à ni rien comprendre.

 

 

Ah aussi, la pub pour les échanges est mal ciblée et mal affichée dans le lycée, et sur Liberscol c’est pas top.

 

 

Les temps libres sont des temps morts pour certains si les corress (correspondants) n’ont rien prévu. Il est proposé d’y remédier en proposant des visites par exemple.

 

 

Et pour finir, moins de discours, pour ces jeunes les envolées politiques des élus ne sont pas forcément compréhensibles ou même attendus. Même si cela ne retire rien à la valeur intrinsèque des discours. Le terme « camarade » a paru hors propos, mais bon c’est un détail. En même temps ils sont surtout dans leur monde et leurs priorités sont autres.

Philippe Bedert en profite pour replacer le débat dans la réalité du terrain. Les échanges doivent beaucoup au soutien de la ville, de la coopérative et de la région.

 

Pour cette dernière c’est 6€/jour/enfant soit 42€ pour le séjour. Lorsque l’on cumule toutes les aides cela explique le tarif réduit demandé aux familles. Alors il faut bien pouvoir remercier tout le monde dans des discours.

Du côté des parents ayant accueilli des élèves Pragois la satisfaction est complète, ils sont prêts, eux aussi, à renouveler l’expérience qui n’est pas nouvelle pour certains.

 

De la cuisine bourguignonne il y a eu dans les familles, les jeunes Pragois ont tout goûté, escargots, grenouilles, coq au vin, bœuf bourguignon, et ils ont visiblement aimé.

 

Eux aussi mettent en avant cette dimension d’échange, de partage, de découverte de l’autre et de sa culture.

Ce que les élèves du Lycée Parriat ayant participé à l’échange ont perçu du ressenti de leurs camarades Pragois permet de tirer des pré-conclusions au sujet des activités qui leur ont été proposées.

 

 

– Ils ont moins aimé la visite de l’éco musée du Creusot,
– Apprécié surtout la dictée à la plume sergent major lors de la visite du musée de l’école
– Le paintball a recueilli tous les suffrages (mais c’est hors programme)
– L’art du cirque a été très apprécié,
– Le musée Nicéphore Niepce, bien que sans guide, a donné toute satisfaction comme la visite de Vichy (bien que l’eau y ait été jugée « pas bonne »)

 

 

Grosso modo du positif à décanter et préciser.

 

 

Après ces échanges agréables et constructifs un petit verre de l’amitié est servi grâce aux boissons restantes du voyage.

Donc à l’an prochain pour le futur échange, avec ou sans « Pépitos »

 

 

Gilles Desnoix

 

 

 

 

prague 2705152

 

 

prague 2705153

 

 

prague 2705154

 

prague 2705155

 

 

 

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer