Autres journaux :


vendredi 11 septembre 2015 à 15:49

Libre opinion : « Une ville pour tous, une ville vivable »

"Le problème n'est pas dans l'assiette. Le problème c'est la politique du maire de Chalon-sur-Saône ! Les enfants ne sont pas gagnants "



 

 

« La laïcité a gagné » dit Gilles Platret? Mais sur une question de repas dans les cantines scolaires, les seuls qui doivent gagner, ce sont les enfants.

 

Qu’est-ce que la laïcité vient faire là-dedans ? La laïcité, c’est l’affirmation de la liberté de conscience et c’est la tolérance. Cela n’a jamais interdit de donner à manger à un enfant.

 

Et là, les enfants ne gagnerons pas puisque certains seront discriminés, laissés de côté à la cantine à cause de la nourriture.

 

Gilles Platret a engagé un combat national à son niveau : dans l’assiette des élèves, sur les cantines scolaires, mettant fin brutalement aux menus diversifiés que Dominique Perben avait initiés en 1984. « Il est indispensable de revenir à une pratique exigeante du vivre-ensemble », prétend M. Platret. Mais le « vivre-ensemble » dans cette conception, c’est : ensemble, mais chacun de son côté. La politique de Gilles Platret risque d’inscrire dans la conscience des enfants cette division, entre ceux qui peuvent manger du cochon et ceux qui ne peuvent pas. Cela n’a rien de laïque, c’est une simple manœuvre politique.

 

En effet, au nom de la « laïcité », M. Platret veut faire manger du cochon à tout le monde dans les cantines des écoles. Se cachant derrière ce prétexte, il s’active à stigmatiser les « musulmans » comme cibles de sa décision. En effet pourquoi fait-il une fixation sur le cochon et pas sur la dinde, sur le lapin, sur le bœuf ou sur le poisson du vendredi ? Renvoyé de partout à son ignorance, il persiste dans sa volonté d’imposer son menu unique.

 

Le « vivre-ensemble », pour lui, c’est décider, le faire savoir, envoyer une lettre aux parents (le 10 mars 2015) avant que le conseil municipal ne délibère et vote (le 29 septembre). C’est une singulière conception du fonctionnement institutionnel et de la collégialité, une conception de petit monarque.

 

 

La laïcité comme une religion d’Etat 

 

 

À Chalon, il y a des gens de toutes origines, de cultures diverses, de religions diverses et aussi des gens sans religion. C’est une ville de diversité culturelle, celle des hommes et des femmes venant d’horizons divers, qui ont fait cette cité par leur travail, leur labeur, à Creusot-Loire, Kodak, St-Gobain, Philips, Gardy, Jacquard, Sateba, Terrade, SEVA, etc. C’est comme ça, et ce sont tous des gens d’ici.

 

La conception de Gilles Platret est de s’occuper de la façon dont les gens vivent sur le plan culturel. La « laïcité » est comme une nouvelle religion d’Etat ou une nouvelle science à laquelle on serait obligé d’obéir pour s’habiller, pour manger, et sans doute pour penser. C’est une conception étatique très en vogue, que ce soit à gauche avec Valls, et à droite avec Sarkozy, qui considèrent « la laïcité » comme une « réponse » au « communautarisme », mot qui, en fait, cache « les musulmans ».

 

Or, la laïcité n’est pas un dogme, une religion, elle doit permettre de créer un espace afin de rassembler les gens en dehors des particularismes culturels des uns et des autres, mais aussi en les prenant en compte. Cela ne se situe pas au même niveau. La laïcité historique est bienveillante, c’est ne pas opposer les gens, ne pas mettre en avant des questions de nourriture (donc de cultures, d’habitudes culturelles) pour les diviser ; c’est les traiter à égalité dans leurs différences. Il existe toujours une solution allant dans le sens du collectif dès l’instant qu’on la souhaite et qu’on la cherche.

 

Dans cette affaire de cantines scolaires et de repas, il faut avoir un seul principe : un enfant = un enfant, l’école ne doit laisser aucun enfant sur le bord de la route. C’est une question d’éthique, ce n’est pas normal que des enfants soient abandonnés par l’institution et ce qu’il y a autour (les cantines scolaires) en excluant certains enfants des cantines par des mesures de ce type. Certes le maire peut dire que le service de restauration scolaire constitue un service public administratif facultatif, que c’est un accueil périscolaire, ce qui lui laisse du pouvoir, mais la concertation est nécessaire, tout comme sur les rythmes scolaires où il avait d’ailleurs oublié de consulter les conseils d’école ! Les menus diversifiés, c’est tout simplement un accommodement raisonnable dans la maison pour tous. En faisant l’inverse, il alimente le communautarisme qu’il prétend combattre en favorisant les écoles confessionnelles.

 

 

Une ville pour tous, une ville vivable

 

Tout ce qui fonctionnait, quelle qu’en soit l’origine : les menus dans les cantines scolaires, « la Vie des métiers », les Saônates, le festival « Chalon dans la rue », la vie associative, sont soit liquidés, soit menacés. Que dire d’un maire qui n’a même pas la politesse, et qui n’a peut-être pas eu le courage d’inaugurer le festival international artistique qui se déroule dans sa ville, et qui attire de 200 à 300 000 spectateurs chaque année ? Du jamais vu !

 

Tout cela contribue à développer une ambiance anxiogène dans la ville. On ne gouverne pas avec la peur, la peur des gens, celle des musulmans, celle des jeunes, celle de quelques clochards, celle des intermittents du spectacle, sinon pour camoufler l’absence totale d’idées positives, de politique pour transformer le quotidien (les emplois ?), autre que de parsemer le seul centre ville de décorations florales, de planter des clous dans les rues pour ne pas se perdre, avec ses processions et ses flonflons, ses baraques au port Villiers baptisées pompeusement « guinguettes ».

 

Chalon doit rester une ville vivable, une ville pour tous où chacun est pris en compte quel qu’il soit, quelle que soit son origine, sa culture, sa religion ou sa non-religion.

 

Organisons un espace de dialogue pour réfléchir et pour agir afin de faire respecter le droit des gens, en dehors de toute religion d’Etat ou de religion (qui elle est une affaire personnelle). »

 

 

Collectif « Une ville pour tous »

 

 

Contact : villepourtous71@orange.fr

 

 

porte voix 2014

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer




13 commentaires sur “Libre opinion : « Une ville pour tous, une ville vivable »”

  1. roussillon dit :

     » Ne faut il pas supprimer le sapin de Noel à l’entrée du collège comme étant un signe religieux ? »… ».Puis je faire chanter aux enfants * ..au clair de la lune..* qui s’achève par les mots *pour l’amour de dieu*…?

    Tels sont les courriers adressés il y a quelques temps à l’Inspecteur d’Académie de….d’une part en provenance d’un principal de collège de l »autre par une institutrice…jeunes surement l’un et l’autre et ignorants tous les deux à coup sûr.

    Ah, laïcité, quand tu nous tiens !!

  2. Babs210 dit :

    Je suis désolée, mais je trouve que vos exemples n’ont rien à voir avec la laïcité mais avec la co…bêtise ; ou avec le bon sens, on peut choisir !!

  3. Cyrille71300 dit :

    Personnellement, je ne vois pas l’intérêt d’un tel article.

    Il me semble que Mr Platret est maire de Chalon/Saône non ?
    A moins que vous aimiez polémiquer sur des sujets qui ne nous regarde pas, afin de faire croire que vous avez raison.

    Personnellement, je pense que toute cette mascarade à un léger arrière goût électorale, comme par hasard, nos amis socialiste ont perdu Chalon/Saône, Montceau etc…
    Ensuite, ils se sont prit une seconde claque en perdant le département.
    Ne serait ce pas un gros coup de pub anti-Républicain ?

    Mesdames Messieurs de gauche, je pense que vous avez peur, peur de vous prendre un nouveau revers lors des élections Régionales, peur de perdre la grande région « Bourgogne Franche-Comté », peur de ne plus avoir votre place sur l’échiquier politique local.
    Continuez ainsi, je suis persuadé que les lecteurs apprécieront, et qu’une fois de plus, ils choisiront le camp des gens qui travaillent pour les autres, et non ceux qui critique tout et n’importe quoi.

    • catalogne dit :

      Pour ma part, je pense que votre commentaire est non avenu. En effet, cet article a pour qualité de nous interroger sur un problème complexe et n’a rien à voir avec une quelconque idéologie. Je sais que pour les gens de droite, la laicité est un moyen de stigmatiser la religon musulmane et de protéger ce cher catholicisme dont ses militants sont imbibés jusqu’à la moelle.

      • Cyrille71300 dit :

        C’est vous qui inventez un problème, le Maire de Chalon/Saône à prit une décision, c’est au chalonnais de réagir, cela ne nous regarde en rien.
        Quand à votre idée du militant de droite, vous avez quelques décennies de retard, les temps changent, les mentalités aussi, on est au XXIème siècle.

        • catalogne dit :

          Ah c’est donc votre argument: Ca ne se passe pas chez nous , donc ça ne nous regarde pas. Super axe de réflexion pour un esprit ouvert. Les temps ne changent pas tant que ça à voir la position d’une grande partie de la droite sur le mariage pour tous (l’inprégnation d’un catholicisme rétrograde était évidente) ou + récemment les réactions de certains mlaires pour n’accueillir que des migrants catholiques. Mais c’est vrai que ce n’est pas MONCEAU donc ça ne nous regarde pas.

  4. djugedread dit :

    On peut également se poser la question des enfants français qui vivent dans les pays musulmans ont’ils un repas en fonction de leur religion ou les obligent ont a manger la nourriture locale?
    J’attend les réponses de ces messieurs les beaux parleurs!

    • catalogne dit :

      C’est un beau parleur qui vous répond: Les enfants français qui vivent en pays musulmans sont pour la plupart des enfants d’expatriés qui sont scolarisés dans des écoles françaises qui leur préparent de la nourriture bien de chez nous.

      • Electron libre dit :

        Etre scolarisé dans une école Française en pays musulman n’offre pas la garantie absolue de pouvoir goûter à la nourriture « bien de chez nous » !
        Comme toute institution « tolérée » dans les pays musulmans , une école « étrangère » doit se soumettre aux us et coutumes ainsi qu’aux législations locales !
        A ma connaissance , seuls l’Emirat de Dubaï et le Sultanat d’Oman autorisent l’importation , la vente et la consommation de viande de porc pour les non-musulmans !

        • catalogne dit :

          vous savez que on peut manger autre chose que du porc quand on est français.!

          • Electron libre dit :

            Au cours de mes nombreux séjours dans certains pays du Moyen Orient , j’ai effectivement pu expérimenter le fait que les papilles gustatives d’un Français savaient se délecter de mets « exotiques » délicieux ne contenant pas de viande de porc !

            Mon propos n’avait rien de polémique , j’ai juste pensé utile d’apporter un éclairage différent à votre affirmation non argumentée !

            Très cordialement !

  5. vivelafrance dit :

    Chers messieurs et mesdames arrêtez de polémiquer sur les décisions prises. Nous sommes dans un pays laïque sans aucun signe ostentatoire de religion. Malgré qu on en voit souvent mais ici n est pas le debat. Nous sommes un pays diversifié de plusieurs origines différentes et c est ce qui fait la mixité de la France. Les italiens portugais polonais … sont très religieux dans ces pays vous allez voir des signes ostentatoires de leur religion mais en France ils se sont adaptés et on compris la laïcité que prône notre pays. Par contre certaines personnes n y arrivent pas. Arrêtez de polémiquer adapter vous bon sang. Moi j ai une religion et dans ma jeunesse j ai manger à la cantine et souvent et c est normal il y avait de la viande le vendredi et même le vendredi saint eh bien sachez que ces jours la je n en mangeais pas. On ne va pas empêcher les personnes athées de manger de la viande les vendredis. Ne faites pas tout un plat de choses qui sont normales je félicite mr le Maire de chalon d avoir pris cette décision et j espère que mon commentaire sera publié.

  6. roussillon dit :

    Du temps où je résidais en Afrique du Nord, le sanglier (cochon sauvage ) se vendait « sous le manteau »….

    Pour le musulman pratiquant, nos moeurs occidentales sont débridées et il convient de s’en écarter…les signes extérieurs d’une croyance autre sont proscrits et même punis sévèrement en arabie.

    Alcools et viande de porc sont consommés par un certain nombre de personnes éduquées dans l’Islam mais qui font des concessions avec le siècle tout en citant Allah au quotidien et sacrifiant au Ramadan…

    Pour en venir (finalement) aux écoles , collectivités publiques, seuls les enfants relevant d’une prescription médicale devraient bénéficier d’un menu adapté et il me semble que la véritable avancée consiste à s’approvisionner de plus en plus en produits locaux et de saison.