Autres journaux :



mardi 6 octobre 2015 à 15:36

Les 5èmes des collèges au Commissariat

Les rencontres de la sécurité 2015



 

4 ateliers attendent les jeunes des collèges de Montceau et de ses environs.

 

Malheureusement le mauvais temps, il pleut à verse dans la cour du commissariat, ne permet pas de développer l’atelier gestes Techniques de Police (présentation des armes, exercice d’interpellation, gestes de défense et de protection, etc.). C’est dommage car il y avait de l’attente.

 

 

 

Quelle patience développent ces officiers de police en uniforme ou en civil pour gérer des groupes de 11 à 12 jeunes des classes de 5ème. L’accueil est parfait, la pédagogie éprouvée, les bons conseils prodigués de manière imagée et facilement assimilable.

 

 

 

L’équipe en place est rodée, les enfants passionnés, les enseignants sans doute un peu jaloux de la déférence et de l’écoute dont leurs élèves font preuve vis-à-vis des fonctionnaires de police. Je plaisante !

 

 

Dans l’atelier Cyber criminalité, c’est un Brigadier-chef investi de sa mission qui passe une demi-heure à expliquer les dangers d’internet aux élèves.

 

 

C’est le métier qui parle, le bons sens qui explique aux enfants qu’ils ne doivent pas faire sur la toile ce qu’ils ne feraient pas dans leur vie courante, dans la rue. On sent que ce que ce policier gère dans le cadre de la pédophilie, de l’atteinte aux personnes, est lourd, grave. Du monde entier il peut être saisi pour des faits ayant comme lieu de commission le territoire du Commissariat. Il gère des dossiers suivis par la police allemande, le FBI.

 

99% des enfants présents dans la salle ont une page Facebook, 50% d’entre eux avouent que cette page est à leur nom sans pseudo. Le Brigadier-chef leur explique les dangers auxquels ils s’exposent. La réalité, même présentée avec des mots choisis, est terrible, on sent que ce fonctionnaire aimerait vraiment faire prendre conscience aux enfants des dangers encourus. Un petit filme de deux minutes est projeté qui résume bien les dangers encourus. Les élèves sont accrochés par l’histoire contée, le policier les fait travailler en débriefing dessus.

 

 

A la question que font vos parents le matin sur internet ? Réponses : « ma mère va voir des pubs, elle achète des choses, lire l’actualité, jouer, rechercher sur Wikipédia ». Banal, il y a pourtant eu un cri du cœur « ils vont sur Montceau News ». La vérité sort de la bouche des enfants.

 

 

Le Brigadier-chef a l’habitude de ce genre d’action de prévention puisqu’il intervient dans les collèges pour des sessions d’une heure et demie. L’aperçu d’une demi-heure de cet atelier est un peu court, un peu frustrant aussi pour les adultes enseignants ou autre qui y assistent. Mais tour le monde gagnerait à écouter le Brigadier-chef.

 

Dans l’atelier sur les stupéfiants on éprouve la même chose. On parle addiction, ravages et conséquences dramatiques, pièges à éviter. Le langage est clair, précis, on fait travailler les jeunes sur la verbalisation. Là aussi un policier pénétré de ses missions et de la nécessité de faire comprendre aux élèves les dangers qui peuvent se présenter sur leur route au quotidien.

 

 

Le malheureux atelier« gestes techniques » est en butte à la mauvaise volonté d’une météo qui contrarie son besoin d’espace et tout le monde est tassé dans le box d’un garage. Malgré tout l’attention est au comble, les enfants passionnés par les démonstrations, l’exhibition d’un Tazer, etc.

 

 

La première classe à se présenter à 8h30 est la classe de 5ème du Lycée Jean Moulin, surnommée « les experts » du fait de ces centres d’intérêts pédagogiques. Ça tombe bien ils vont ouvrir le bal avec l’atelier des investigations criminelles.

 

Il n’y a pas Horatio Caine ou Mac Taylor, ou Gil Grissom, mais deux professionnels, une femme et un homme, qui les valent bien et savent passionner les enfants tout en rectifiant les idées fausses et les simplifications des séries françaises ou américaines. Il y a là aussi de la pédagogie et une volonté de faire partager l’amour du métier.

 

 

L’ensemble de la « Maison » c’est mis au service des collégiens et enseignants, je pense que ces derniers apprécieront le geste, le temps offert et surtout le haut niveau de prestation.

 

 

Juste un mot : le commissariat aurait sans doute besoin d’une modernisation de ses locaux, mais ce n’est que l’avis d’un profane.

 

 

Gilles Desnoix

 

 

 

college police 0610158

 

college police 0610152

 

 

college police 0610153

 

 

college police 0610154

 

 

college police 0610155

 

 

college police 0610156

 

 

college police 0610157

 

 

 

college police 0610159

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer