Autres journaux :


jeudi 22 octobre 2015 à 19:12

Montceau-les-Mines – Travaux : la cascade du parc Maugrand « gommée »…

 ...pour laisser place à un verger conservatoire !



 

 

La cascade en pierre du parc Saint-Louis n’est plus. Construite dans les années 80 avec la Pyramide, elle devenait dangereuse ; aucun entretien n’ayant été réalisé depuis une vingtaine d’années. Elle a été gommée pour laisser place à une « Coulée Verte » et un espace paysager à thèmes avec comme première réalisation un verger conservatoire et un labyrinthe végétal…

 

 

La ville de Montceau a dédié une enveloppe de 100 000 € pour cette opération inclue dans l’aménagement global des parcs miniers, aujourd’hui poumon vert de Montceau très fréquenté par les familles, les sportifs et les touristes.

 

 

Depuis le début du mois, les bulldozers forment un balai incessant sur le site des Grands Parcs, gommant toute trace de la cascade en pierre construite dans les années 80 et devenu dangereuse. La municipalité de Montceau va créer à la place un espace paysager pédagogique comprenant un verger conservatoire et une coulée verte. Ces aménagements vont assurer la mise en valeur de la Pyramide, amélioreront le cadre de vie, sensibiliseront les citoyens et contribueront à la perpétuation du paysage rural traditionnel tout en favorisant la biodiversité. Les travaux de démolition ont démarré le 1er octobre, la cascade est complètement démolie et les gravats ont été évacués. Le terrassement a commencé avec reprofilage du site, dépose de la terre végétale et de cabions, enfouissement des réseaux (eau, éclairage). Les travaux réalisés par l’entreprise Colas dureront encore un mois.

 

Le service espace verts prendra ensuite la main pour les plantations de gazons, des jardins à partir du mois de janvier pour une livraison du site au printemps (avril-mai).

 

L’emprise totale est de 3500 m² avec 2000 m² de gazon, 600 m² d’aire sablée et 1 000 m² de zone de circulation.

 

L’aménagement d’un verger conservatoire, en lieu et place de la cascade devenue obsolète et dangereuse avec le temps, permet la réalisation d’une coulée verte structurée autour d’un parc végétal oublié, se dirigeant vers la pyramide, témoin d’un passé industriel et minier.

 

Le projet comprendra un verger planté d’une cinquantaine d’arbres de variétés anciennes ; des étages intermédiaires de petits fruits entre les terrasses principales ; des haies mellifères sur 40 mètres signalant les accès à ce verger ; un hôtel à insectes au centre du projet pour montrer au public que les vergers constituent un véritable écosystème ; enfin un dispositif de panneaux et de plaquettes pour permettre au public de visiter et comprendre le verger.

 

 

Un véritable patrimoine végétal dans un espace préservé

 

Avec la ferme animalière déjà installée, ce verger conservatoire s’inscrit dans le projet pédagogique souhaité pour ces parcs. L’enveloppe financière de cette opération est de 100 000 € dont 19 620 € TTC pour les plantations du verger conservatoire (subventionnées à hauteur de 80 % par le Conseil Régional de Bourgogne).

 

Les vergers traditionnels, représentant un patrimoine à la fois biologique et culturel, ont fortement régressé depuis une cinquantaine d’année en France, du fait des évolutions de l’agriculture et des populations rurales. Les vieux arbres fruitiers disparaissent, les modes de culture changent, leurs fonctions traditionnelles se perdent, et le patrimoine fruitier local disparaît peu à peu. Face à ce constat, et s’inscrivant dans le cadre du plan régional en faveur de la biodiversité adopté en juin 2006, la région Bourgogne a engagé depuis 2008 un plan de sauvegarde des vergers conservatoires bourguignons. « Musées vivants de plein air », ces lieux représentent ainsi de véritables réserves génétiques de la flore fruitière locale bourguignonne.

 

 

Pourquoi créer un verger conservatoire ?

 

Créer un verger est une aventure enthousiasmante qui peut concerner tous ceux qui disposent d’un bout de terrain : jardiniers, enseignants et éducateurs, agriculteurs, artisans et industriels, aménageurs, élus locaux. L’acte de planter des arbres fruitiers va bien au-delà du plaisir de récolter des fruits délicieux.

 

Les vergers traditionnels ont régressé du fait des évolutions de l’agriculture. Les vieux arbres s’écroulent sous le poids des ans et les assauts du vent. Des savoir-faire comme le greffage, la taille ou l’art de planter, transmis autrefois de génération en génération, se perdent. Pire, beaucoup d’enfants, et même d’adultes, ignorent maintenant tout des cycles naturels et des fruits qu’ils consomment. On peut dire que tout verger est maintenant, d’une certaine façon, un verger conservatoire !

 

Dans les années 1970, un mouvement pour la sauvegarde du patrimoine fruitier s’est amorcé avec l’association des Croqueurs de pommes. Des amateurs se sont mobilisés pour réaliser des inventaires et sauver ce qui pouvait l’être grâce à des vergers conservatoires. Ils ont fait la promotion auprès des consommateurs et des professionnels de ces variétés anciennes sans comparaison avec les fruits proposés dans les supermarchés.

 

 

Ce qu’est un vergé conservatoire ?

 

Un verger conservatoire assure la pérennité de variétés fruitières locales (et parfois des savoir-faire qui leur sont associés).

 

Il permet leur étude, leur description et leur propagation. C’est une véritable réserve génétique. La dispersion des variétés dans les différents vergers conservatoires permet de diminuer l’érosion génétique (chaque variété reste dans sa région d’origine) et les risques de destruction et de maladies.

 

Un verger a droit l’appellation « conservatoire » si les variétés qu’il abrite ont été authentifiées et inventoriés par une association pomologique ou autre organisme spécialisé. Il permet souvent au public de découvrir des fruits oubliés.

 

 

cascad 23 11 15

 

 

cascad 23 11 151

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer




13 commentaires sur “Montceau-les-Mines – Travaux : la cascade du parc Maugrand « gommée »…”

  1. alexreptar dit :

    Depuis des années on voyait qu’elle tombait en ruine. Il aurait coûté beaucoup moins cher de remettre en place les briques et de bidouiller la tuyauterie que de tout casser pour planter des arbustes.
    Visiblement on a du pognon à mettre dans des trucs qui vont être foutu car personne ne s’en occupera correctement.

  2. jean montceau dit :

    L’on a quoi comme espèce locale à Montceau?

  3. mimiss dit :

    Je trouve dommage que cette cascade ait été si longtemps à l’abandon. Un parc est plus joli, plus original et plus agréable avec une cascade qu’un Verger…

    Montceau c’est la pyramide oui mais sa cascade était tout aussi importante…Que de souvenirs de promenades pour les gens de la Communauté urbaine…ces marches qui, enfants, nous paraissaient interminables…

    Quand va -t-on nous enlever la pyramide emblématique de Montceau par manque d’entretien et de sécurité?

  4. talaouano dit :

    Alexreptar vous souffrez d’une maladie malheureusement très repandu en ce moment et qui s’appelle le « JAMAISCONTENT », alors pour vous soigner je vous conseille 3 pilules de  » YAKA » par jour et 3 cuillères de « FOKON » par jour, attention disponible en …

    • alexreptar dit :

      Merci de penser à ma santé. Je vous remercie pour vos précieux conseils Talaouano !
      Pour vous répondre très simplement, regardez chez votre buraliste s’il y a des cartes postales de Montceau. Normalement vous y verrez la Pyramide et ce qui était devant : la cascade.
      Vous allez m’objecter que je suis contre le changement. Dans le fond, c’est n’est pas le cas car ce n’est pas vraiment ce que je reproche dans cette démarche.
      La chose qui vient me heurter dans cette affaire, c’est qu’on détruise parce que tout était délabré. Car oui, il faut bien se l’avouer, c’était en ruine.
      Je voulais simplement dire qu’entretenir coûte souvent moins cher que de casser pour refaire. Un peu de pragmatisme ne fait pas de mal (enfin si peu)… Les économistes nomment ce concept la « gestion en bon père de famille ».

      P.S.: Mes remarques ne sont en rien politiques: depuis toujours je vote « blanc » à chaque élection. Je trouve du bon chez tout le monde.

      N.B.: En informatique, utiliser des majuscules revient à crier. Je ne suis pas votre chien.

  5. montcellienbis dit :

    Le fait que la municipalité soit obligée aujourd’hui de raser cette cascade qui a fait les beaux jours à une certaine époque , c’est tout simplement que PENDANT 18 ANS SOUS L’ANCIENNE MUNICIPALITÉ ,ON A LAISSE SE DÉTÉRIORER SANS FAIRE AUCUN TRAVAUX ,CE LIEU DE PROMENADE APPRÉCIÉ PAR LES MONTCELLIENS,comme le dit si justement alexreptar ou mimiss , quant à talaouano je lui conseille une cure de « TAIS-TE »
    j c rey
    au fait talaouano , je signe mon commentaire contrairement à vous ….mais je comprend qu’il est facile de se planquer derrière un pseudo.

  6. vanille71 dit :

    on peut dire que lui TOULUANO lui a besoin d.une pillule pour la tete

  7. astro71 dit :

    Il est domage que cette cascade n’est pas été entretenue depuis des années, nous en

  8. astro71 dit :

    arrivons maintenant à sa destruction, mais, bon,un verger avec des especes locale aura aussi son charme, et, permettra à « jean montceau » de parfaire ses connaissances

    • jean montceau dit :

      je n’ai rien contre un verger à la place d’une cascade qui n’a jamais vu bien grand monde passer, mais quelles espéces locales y seront plantées? A moins que vous en connaissiez, vous qui semblez me prendre de haut.

      • astro71 dit :

        Jean, veuillez m’excuser si mes « propos » vous ont fait penser que je vous prends de « haut », ce n’était pas le but.
        Cependant, il y a, en bourgogne des tas d’espéces d’arbres fruitiers et d’arbres d’ornements en voies de disparitions, alors, un verger avec ces arbres n’est peut etre pas une mauvaise chose

  9. marius8 dit :

    Monsieur Rey heureusement que la mairie de Montceau n’est pas été détruite vu dans l’état de délabrement où elle était quand vous êtes partis alors stop avec l’ancienne municipalité, vous n’avez sûrement pas de leçon à donner.