Autres journaux :



mardi 26 janvier 2016 à 06:33

L’Ecole de la 2ème chance reçoit 2 Sous-Préfets

Une visite d’Etat double….



 

 

A ceux qui sont surpris de voir deux Sous-Préfets, très impliqués, venir visiter l’E2c de Montceau, il suffit de répondre ce que cette « dream team » (c’est l’expression du Sous-Préfet de chalon) a dit :

 

L’école de la 2ème chance à cette particularité administrative et géographique de disposer d’une porte d’entrée sur le territoire de Montceau et d’une issue de secours sur Blanzy. D’où deux sous-préfectures concernées. Elle n’est pas belle la ville ? En fait c’est l’implantation de l’AFPA qui est à cheval sur les deux communes.

 

 

Plus sérieusement Mme Carole Dabrigeon la Sous-Préfète d’Autun a en charge l’emploi et la politique de la ville et Monsieur Jehan-Éric Winckler, le Sous-Préfet de Chalon le développement économique. Comme l’E2c dépend et intervient dans ces 3 domaines il est donc normal que ces deux représentants de l’Etat se retrouvent là ensemble.

 

 

Dans la salle de réunion apprêtée pour l’occasion ils sont accueillis par Isabelle Demimuid entourée de son adjoint chargé des relations avec les entreprises et des représentants de la ligue de l’enseignement : Mme Anne-Marie Houillon Vice-présidente déléguée au niveau nationale et Présidente Bourgogne, accompagnée de sa trésorière Claudette BAROIN, de Philippe Lenglet le Délégué Général Bourgogne et de Christian Hamomic secrétaire général. Sont également présents Mme Marie Thérèse Frizot Vice-Présidente du Conseil Départemental, Lionel Duparay Adjoint à Mme Le Maire de Montceau et représentant cette dernière, Laurent Selvez Vice-Président de la CUCM, Pierre Dinet délégué du préfet, chargé de la politique de la ville, auprès de la sous-préfète d’Autun.

 

 

Mme Demimuid présente ses statistiques 2015. Il y a entre 2013/2015 une vraie progression des effectifs. Pour 2015 ce fut 109 stagiaires répartis en 6 promotions et 34 poursuites de parcours. L’objectif est de 124 stagiaires à l’année et il n’est pas encore atteint.

 

Jehan-Éric Winckler explique qu’en comité de pilotage avec la région il a insisté pour que l’on continue malgré que l’objectif n’a pas encore été atteint. Pour lui c’est dans la persévérance que l’on doit s’inscrire. Le bilan est loin d’être négatif puisque 50% des effectifs ont une sortie positive : 25% un contrat de travail, 7% un contrait aidé, 18% des formations qualifiantes souvent avec l’AFPA

 

 

Mme Demimuid explique que dans les 50% restants l’E2c met en place des validations des connaissances acquises peuvent aider les jeunes à rebondir et repartir sur d’autres dispositif ou à trouver des formations, un travail. De plus pour ceux qui ont réussi et les autres un suivi d’un an est assuré par les référents, souvent de manière trimestrielle, ce suivi est en fait un accompagnement dans toutes les phases de la vie active et/ou professionnelle.

 

 

 Les 2 représentants de l’Etat s’intéressent à la provenance des stagiaires.

 

Les zones géographiques d’attractivité principale sont essentiellement le bassin minier et Chalon. Il y a des stagiaires Creusotins, mais moins.

 

La question est posée de la représentativité des QPV (quartiers de la politique de la ville) dans l’ensemble des stagiaires. Mme Demimuid répond que 23% des jeunes sont issus des quartiers de la politique de la ville. C’est un chiffre intéressant que l’on n’atteint pas dans d’autres dispositifs.

 

Les 2 Sous-Préfets s’interrogent sur les freins existant à l’atteinte des objectifs fixés à l’E2c.

 

Les freins mis en avant portent sur les difficultés de mobilité (famille, permis, absence de moyen de locomotion), la multiplicité des dispositifs en place (comme la garantie jeunes), mais aussi parfois le manque d’implication des prescripteurs (ils privilégient souvent les dispositifs qui les financent le mieux). Il y a une réelle concurrence dans les orientations selon les modes de financement des dispositifs.

 

Pourtant Mme Demimuid relève que la progression est constante. Tout le monde autour de la table est conscient que cela conditionne les crédits versés par les financeurs.

 

Mme Demimuid précise que lorsque des opérations auprès des publics-cibles sont faites, moins de 20% des personnes ciblées viennent aux réunions. De plus elle soulève deux points importants. Avant, tous les stagiaires étaient présentés par les prescripteurs, l’an passé 17% des demandes étaient spontanées ; deuxièmement un certain nombre de 18/25ans ne veulent pas passer par la mission locale, le principal prescripteur. Cela pose le problème aussi du financement…

 

 

Jehan-Éric Winckler pense qu’il manque peut-être, pour certains cas trop éloignés du système, une étape intermédiaire pour les remettre dans la marche sociale normale…

 

 

Laurent Selvez part du principe que les jeunes ont besoin de pérennité et de dispositifs pérennes et que ceux-ci ont un peu trop tendance à évoluer.

 

 

Mme Demimuid explique les phases de déroulement du cursus à l’E2c.

 

1ère phase intégration de 6 semaines avec apprentissage travail et vie en groupe, respect des autres et des normes, remise à niveau de la confiance en soi, travail sur l’orientation professionnelle (3 secteur professionnels à choisir avec stages en phase 2).

 

Un module SST est inclus ainsi que deux séances de sophrologie (plus si affinités).

 

 

2ème phase : on enclenche les stages en entreprise de 15 jours dans les 3 secteurs professionnels choisis, on est en alternance avec 15 jours au centre E2c.

 

 

Autour de ceci l’école cherche à développer activement l’implication dans le bénévolat, le sport (Rencontres Inter E2c sport et culture à Poitiers).

 

 

Après une heure d’échange, tout le monde se déplace dans les classes pour rencontrer et dialoguer avec les stagiaires dont certains sont au travail pour leur première journée (ils viennent d’intégrer l’E2c) avec laurence Leblanc et s’interrogent sur leur motivation. Les deux Sous-Préfets questionnent les stagiaires sur leurs motivations, leurs parcours, leurs orientations et leurs projets professionnels. On ne fait pas semblant, il y a une véritable écoute. On s’intéresse même à leurs qualités et à leurs défauts. Il se noue un réel dialogue.

 

 

Les 2 représentants de l’Etat préconisent que le témoignage des anciens stagiaires qui se sont intégrés dans la vie active servent pour illustrer les campagnes d’information… donc de recrutement. Tout le monde est intéressé justement par la galerie de portrait de ceux qui ont « réussi ». L’accent est mis aussi sur la nécessite d’une adéquation entre les désirs professionnels et les demandes de terrain.

 

 

Visite importante pour tous les protagonistes et les stagiaires qui ont pu dialoguer avec les représentants de l’Etat et mesurer ainsi l’importance de l’E2c et de leur choix d’y venir.

 

 

Gilles Desnoix

 

 

e2c 260116113

 

 

e2c 2601162

 

 

e2c 2601163

 

 

e2c 2601164

 

e2c 2601165

 

 

e2c 2601166

 

 

e2c 2601167

 

 

e2c 2601168

 

 

e2c 2601169

 

e2c 26011610

 

 

e2c 260116110

 

 

e2c 260116111

 

 

e2c 260116112

 

 

e2c 260116114

 

e2c 260116115

 

 

e2c 260116116

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer




2 commentaires sur “L’Ecole de la 2ème chance reçoit 2 Sous-Préfets”

  1. montcellienbis dit :

    attendons les resultats ..

  2. mister 71 dit :

    l’école de la 2nd chance,c’est bien une bonne idée,
    car quand un jeune quitte le système scolaire c’est souvent du a des souci exterieur(famille :divorce,parent séparé)ou alors école trop loin du domicile long trajet,ou bien les jeunes son souvent entrainer a sortir tard par des personnes plus agé qui leur font déconecter les valeur du système scolaire,par le biais de la drogue,alcool ou soirée apartement,du coup les jeunes sorte du système école étude par manque de maturité,et c’est une très bonne idée que de donner a des jeunes qui on murit intérieurement de reprendre les bases ,français math etc,et je peux voir sur les photos aussi,qu’il utilise aussi l’outil informatique très utile de nos jours,pour aprendre a faire des recherche d’emploi,faire des cv etc,
    je trouve que c’est une très bonne initiative,et de voir des élus venir a leur rencontre sa doit les motivé encore plus,
    après si c’est possible de m’inviter au gouter car je vois qu’il y a des bon petit choux humm,
    trève de plaisenterie bon courage a tous ceux qui passeron par cette école en espérant pour eux que les échecs et les erreurs passé leur serve de leçon et qu’il sache qu’il n’y aura pas d école de troisième chance ,alors courage a vous tous,et profiter de cette chance de cette accompagnement pour allez au bout de vos reve ,projets sans vous complexer

    ps,ya des belle goss kan meme dans cette école !!!!!!,