Autres journaux :



mercredi 13 avril 2016 à 06:14

Cercle « Autour de la pensée de Marx » (Montceau-les-Mines)

"La culture dans tous ses états"



« Après nos contributions a propos des crises du système capitaliste et des ses conséquences, après avoir attiré l’attention sur l’ampleur des coûts du Capital (coûts directs et indirects : estimés à 620 milliards d’euros par an), après avoir analysé les phases historiques de l’expansion géographique du capitalisme, nous abordons la question du Capital et la Culture.

 

 

LA CULTURE DANS TOUS SES ETATS

 

Première partie

 

Réflexion immense que celle qui porte sur la Culture car elle touche à la personne même, puisque il y a création et donc créateur…Celui-ci s’affiche dans la grotte de Lascaux , à nos yeux étonnés et ravis, 4000 ans après le tracé des fresques. La flûte de Pan dispense ses notes comme le feront violons, clavecins, orgues sous la férule des maîtres, ici et là.. La panoplie de la boite à images ira des ombres chinoises à l’appareil photo , la caméra, la télévision…. Diverse dans ses formes et ses contenus, la Culture l’est dans son horizon. Il y a celui dont les limites s’éloignent dès lors que l’on croit les avoir atteintes, et puis celles qui sont notre lot quotidien.

 

 

« Le poète a toujours raison, qui voit plus loin que l’horizon » chantait Jean FERRAT pensant à Louis ARAGON. Ce sera l’ensemble des valeurs, références et comportements qui tissent les relations entre individus et communautés, l’activité artistique consistant à représenter, interpréter, diffuser ces valeurs, devant aboutir au concept de Civilisation.

 

 

Mais si les arts sont au cœur de la Culture, celle-ci conjugue d’autres thèmes comme ceux de l’éducation, la formation, l’information. C’est dire que de nombreux acteurs se saisissent du phénomène de la Culture, selon leur vocation. Il revient au psychologue ou au romancier, de relever l’émotion qui a guidé le pinceau de l’artiste ou animé les personnages de sa littérature, au sociologue d’inventorier les grandes tendances de l’engouement du public, à l’Académie Goncourt de décerner le prix littéraire du même nom, à telle collectivité territoriale de financer le spectacle vivant pour donner vie au territoire, à l’Etat de s’ordonner autour d’une culture de l’élite, celle-ci devant donner le ton au reste du monde, ou viser directement une culture pour tous. De permettre les «  radios libres », d’hésiter entre un Office Public de la Radio-Diffusion, et quelque Haute Autorité indépendante qui légitimera les nominations des dirigeants de l’Information.

 

 

Il n’est pas jusqu’aux économistes ou prophète d’un monde futur, qui n’aient porté leur attention sur la Culture.

 

 

Pour MARX, la valeur des œuvres constitue une exception évidente à la loi de la valeur-travail, même si le « coût de production » est un prix d’origine, appelé à s’envoler face à un amateur ou un collectionneur, passionné et riche.

 

 

KEYNES déguisera sous un semblant de neutralité et rationalité ses préférences personnelles pour le ballet au détriment de l’opéra.

 

 

SCHUMPETER distinguera la créativité artistique de la créativité économique.

 

 

Pour GRAMSCI l’affranchissement des servitudes ne passera sans doute pas par la « conquête des hauteurs dominantes » dans les pays démocratiques où il convient de gagner les consciences, en direction de la société civile, c’est-à-dire par une extension patiente et obstinée de la Culture .
La Culture ne saurait se réduire à la pensée unique, au risque d’être médiocre ou aliénante.

 

 

Mais serait elle soluble dans l’économie de marché ? N’y aurait il pas une économie politique de la Culture, en tant que production, circulation, consommation, c’est à dire une marchandisation, sous des formes tangibles des biens culturels ?

 

C’est ce qu’expriment MARX et ENGELS dans leur ouvrage « L’idéologie allemande »: «  La classe qui dispose des moyens de la production matérielle dispose, du même coup, des moyens de la production intellectuelle, si bien que les pensées de ceux à qui sont refusés les moyens de production intellectuelle sont soumises du même coup à cette classe dominante… ».

 

BOURDIEU corrobore en précisant que le capital culturel (biens et titres universitaires) et social (relations sociales) font face à ceux qui n’en sont pas dépourvus mais qui l’ont acquis par ascèse et sacrifices (classes moyennes), voire par un volontarisme à toute épreuve (employés et ouvriers)
Il appartient aux élites syndicales, entre autres, de lutter contre le sentiment d’échec ou « d’incompétence » des classes dominées qui ont tendance (GRAMSCI) à transposer dans tous les domaines, une sorte de fatalisme de l’exécutant, et à mimer le style de vie des détenteurs du capital économique, culturel, social avec des « substituts au rabais » (BOURDIEU). On consommera du mousseux en guise de champagne, du caviar une fois l’an, on achètera du simili plutôt que du cuir, et la visite du temple bouddhiste local tiendra lieu de voyage à Katmandou…

 

 

Sans doute les démocraties occidentales ne connaissent pas l’interdiction de vote des femmes ou des supposées « classes dangereuses », mais une sorte de « suffrage censitaire déguisé » frappe les classes dominées, incluant souvent la jeunesse, car moins informées, désinformées, moins concernées, disent elles, elles ne se précipitent pas vers les urnes électorales.

 

 

La lutte des classes ne se réduit pas à la possession ou la non possession des moyens économiques, et les dominants peuvent être dominés ou simplement « differents » au sein d’une même classe

 

 

Ceci dit, la loi d’accumulation et de transformation des « ressources » économiques, sociales et culturelles demeure en vigueur,car :

 

 

– être issu d’une famille nantie, possesseur d’un diplôme, maîtriser une ou plusieurs langues, cela peut se monnayer, être converti en capital économique.

 

– ces ressources sont investies dans différents champs sociaux comme la science économique le décrit pour les marchandises …, et cela confère une identité sociale aux acteurs en les distinguant les uns des autres, comme on l’a vu plus haut (à travers la mode, les loisirs, le sport, le travail..)
Et même si un principe d’égalité des chances est prôné, tous ne sont pas sur la même ligne de départ et encore moins sur la ligne d’arrivée dans cette course à la distinction.

 

D’autant plus que les puissances d’argent vont s’emparer des « industries culturelles », l’extension du capitalisme touchant cette fois les œuvres de l’esprit, et ce sera l’objet d’une autre réflexion prochaine. »

 

 

Serge ROIGT, Jacky JORDERY , Bruno SILLA Montceau-les-Mines, le 11 avril 2016

 

 

 

 

cercle marx 1304162

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer