Autres journaux :



lundi 9 mai 2016 à 06:17

8 mai 2016 commémoration Saint Berain et Montceau

4 dépôts de gerbes



Sur les communes de Saint Berain sous Sanvignes et Montceau les Mines, le 8 mai est célébré comme chaque année avec recueillement.

 

 

9h30 cérémonie au monument aux morts du Bois du Verne.

 

5 Gerbes ont été déposées par le Comité de liaison des anciens combattants, l’union fédérale, la FNACA, les villes de Saint Berain et Montceau.
La Marseillaise chantée a des accents lyriques. Mais en même temps aujourd’hui nous sommes aussi la journée nationale de l’orgue…Monsieur le Maire de Saint Berain invite tout le monde à partager le verre de l’amitié.

 

 

Ensuite tout le Monde se rend place Beaubernard à Montceau.

 

Là pour honorer la mémoire des 8 maquisards massacrés par la Gestapo dans le café Berthier des gerbes sont déposées par le Monde combattant et Marie Noelle Laforest pour la ville de Montceau accompagnée de deux jeunes du Conseil municipal Jeunes.

 

 

Puis les participants se rendent au monument des fusillés.

 

Là l’ANACR et Gérard Gronfier pour la Ville, accompagné des deux jeunes conseillers du CMJ déposent des gerbes.

 

 

Le cortège se forme ensuite avec la musique en tête, les porte-drapeaux, les pompiers et jeunes volontaires, les élus et tous les autres participants. Il revient au centre-ville pour déposer des gerbes au monument aux morts de la ville.

 

 

Monument aux morts.

 

Gilbert Clément, qui a dirigé les cérémonies monte à l’estrade et lit le manifeste des anciens combattants.

 

Gérard Gronfier lui succède pour lire le message du secrétaire d’état à la défense.

 

 

« Message du Secrétaire d’Etat auprès du Ministre de la Défense chargé des Anciens Combattants et de la Mémoire Il y a 71 ans, les hostilités de la Seconde Guerre mondiale prenaient fin en Europe. Mais il fallut attendre, le 2 septembre 1945, avec la capitulation du Japon, pour qu’elles cessent sur l’ensemble des continents. Le 8 mai 1945, la France et l’Europe, dont la reconquête de la liberté avait commencé plusieurs mois auparavant, s’apprêtaient à retrouver la paix.

 

 

Dans ce combat terrible qui avait opposé le nazisme aux valeurs démocratiques, celles-ci venaient de triompher. Tout au long du cycle commémoratif du 70ème anniversaire de la Seconde Guerre mondiale qui a pris fin l’an dernier, la France, avec force, a rendu hommage aux femmes et aux hommes qui ont permis la Libération et la Victoire. Certains avaient fait le choix de la France Libre sur tous les continents. Les Forces françaises libres et ses soldats venus d’Afrique n’ont cessé de combattre pour la liberté de la France. Leur souvenir fut particulièrement honoré lors de la commémoration de la Libération de la Corse le 4 octobre 2013 et de celle du Débarquement en Provence le 15 août 2014. Leur combat avait été mené aux côtés des Alliés venus libérer la France par le Débarquement en Normandie. La République française a exprimé le 6 juin 2014 sa reconnaissance éternelle à ces dix-neuf pays grâce à qui nous vivons en paix et en sécurité aujourd’hui.

 

 

 

La lutte fut aussi menée de l’intérieur, dans l’ombre de la clandestinité et de la répression nazie. Ces femmes et ces hommes ordinaires ont choisi la Résistance parce qu’ils étaient convaincus au fond d’eux-mêmes des valeurs qu’ils portaient, parce qu’ils cherchaient simplement à servir la France. Elle s’est souvenue d’eux le 27 mai 2015 lorsque Pierre Brossolette, Geneviève de Gaulle-Anthonioz, Germaine Tillion et Jean Zay, et avec eux l’esprit de la Résistance, entraient au Panthéon. La Seconde Guerre mondiale fut marquée par un déchaînement de violence jusqu’alors inconnu dans l’histoire. Durant ces années de guerre, la distinction entre le front et l’arrière a été abolie. Il faut se souvenir, aujourd’hui, de toutes ces femmes, de tous ces enfants, de tous ces hommes qui ont souffert et qui portèrent cette souffrance jusqu’à leur mort : les réfugiés, les victimes des bombardements, les prisonniers de guerre, les internés, les déportés. Ces mémoires de courage et de souffrance doivent continuer à vivre, au-delà des commémorations.

 

 

A vivre dans les lieux qui les incarnent, tels que les plages du Débarquement, le Mont-Valérien, le camp de Natzweiler-Struthof, la prison de Montluc, le mémorial de la Déportation et celui de la Shoah, bientôt celui du Mont-Faron, et aujourd’hui, celui du Mémorial des civils dans la guerre à Falaise en Normandie, inauguré ce 8 mai 2016. En ce 71ème anniversaire de la fin des combats de la Seconde Guerre mondiale, il ne faut pas cesser de visiter et d’arpenter ces lieux qui nous rappellent aussi que de toutes ces souffrances et de tous ces courages est née l’Europe libre et en paix : un héritage dont nous devons rester les gardiens vigilants. »

 

 

Madame le Maire prend la parole en dernier.

 

 

Elle commence par rappeler que « Commémorer, c’est se souvenir ensemble. C’est rendre hommage. C’est avoir la volonté de lutter contre l’oubli. ».
Elle nous conduit sur les pas d’une jeune Montcellienne qui décrit ce qui se passe le 2 septembre 1939 et qui craint de connaître la guerre le lendemain, qui sait qu’elle est en train de perdre son enfance, qui relate le deuil d’une collègue de classe devenue pupille de la nation….qui exprime l’horreur lorsqu’elle note ce qui s’est passé dans le café Berthier ».

 

Ces bribes de mémoire éclairent pour les jeunes générations ayant toujours vécu dans une France, une Europe, en paix, la fragilité du monde et démontre que jamais rien n’est définitif, et « qu’une guerre à ses Saints, ses Martyrs et ses monstres. Qu’il n’existe aucun vaccin définitif contre ces monstres mais plutôt d’un traitement au long cours qui comprend tout à la fois l’instruction, la mémoire et l’apprentissage respectueux de notre passé »

 

Elle cite l’immense courage de Germaine Tillion écrivant une opérette à Ravensbrück, nous amène auprès de Geneviève De Gaulle Anthonioz choisissant la vie après d’effroyables sévices en prison et comprenant « que la véritable force est dans la solidarité humaine et qu’il n’y a pas de courage s’il n’est pas partagé. ».

 

 

Madame le Maire termine son discours par ces mots : « Chacun sait que pour être digne du nom d’homme, il faut simplement s’indigner lorsque quiconque s’attaque à la dignité humaine. »

 

3 gerbes sont déposées au nom de l’ANACR, de la ville et du Conseil Départemental.

 

Un verre de l’amitié est partagé en Mairie.

 

Le Conseil municipal est fortement représenté par sa majorité, Laurent Selvez et Marie Lise Grazia de la Gauche rassemblée, ses deux conseillers départementaux, Lilian Noirot Conseiller municipal et Régional.

 

 

Gilles Desnoix

 

 

8 mai 09051622

 

 

8 mai 0905162

 

 

8 mai 0905163

 

8 mai 0905164

 

 

8 mai 0905165

 

 

8 mai 0905166

 

8 mai 0905167

 

8 mai 0905168

 

 

8 mai 0905169

 

 

 

8 mai 09051610

 

8 mai 09051611

 

8 mai 09051612

 

8 mai 09051613

 

 

8 mai 09051614

 

8 mai 09051615

 

8 mai 09051616

 

8 mai 09051617

 

 

8 mai 09051618

 

8 mai 09051619

 

8 mai 09051620

 

8 mai 09051621

 

 

8 mai 09051623

 

8 mai 09051624

 

8 mai 09051625

 

 

8 mai 09051626

 

8 mai 09051627

 

 

8 mai 09051628

 

8 mai 09051629

 

8 mai 09051630

 

8 mai 09051631

 

8 mai 09051632

 

8 mai 09051633

 

8 mai 09051634

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer




Un commentaire sur “8 mai 2016 commémoration Saint Berain et Montceau”

  1. pivert dit :

    émouvant ,merci MN avec le petit pas de dance lors de la dernière photo