Autres journaux :



vendredi 3 juin 2016 à 06:35

Visite de la chaufferie du réseau de chaleur Moncia

De nombreux visiteurs dispatchés en plusieurs groupes.



Les élus étaient présents à cette visite des installations de Moncia. Chef de file Marie Thérèse Frizot, avec Lionel Duparay, Stéphanie Barnet, Michel Furno et dans une troisième visite Michel Tramoy.

 

 

Cf. http://montceau-news.com/montceau_et_sa_region/282186-premiere-mise-a-feu-de-la-chaudiere-du-reseau-de-chaleur.html

 

 

Deux groupes ont été formés comprenant des personnalités locales et la visite a commencé par la salle de commandement, au poste de contrôle. A part une visite de matin et une autre l’après-midi, il n’y a personne dans les locaux, tout est entièrement automatisé et donc autocontrôlé. Tous les systèmes sont déportés et centralisés dans la salle d’opérations où les visiteurs écoutent les explications de leur guide. Et chaque alarme est aussi déportée sur les smartphone du responsable et de son adjoint.

 

 

Nous avons suivi le groupe de Marie Thérèse Frizot qui est là en sa double qualité d’Adjointe au Maire et de Vice-Présidente du Conseil Départemental.

 

 

C’est André Strutynski, le responsable du site qui nous sert de cicérone.

 

 

Il présente chaque élément de production :

 

 

La visite suit un cheminement précis en dehors de la salle de commandement :

 

Local Pomperie, Local cogénération, local vapeur, Hall de stockage biomasse, local vérin, local biomasse.

 

 

A l’intérieur du local des pompes se trouve l’installation de filtration et de traitement de l’eau claire nécessaire et à la production de la vapeur. Elle est prélevée dans le canal à hauteur de 6m3/h. Auparavant le pompage était de 80m3/h. Il y a donc là une énorme économie d’eau.

 

Le volume d’eau du réseau est d’environ 950m3 et pour maintenir le débit constant le volume des vases d’expansion (la dilatation) est de 27m3.

 

Se trouvent aussi dans le circuit des adoucisseurs d’eau pour éviter la corrosion et le tartre.

 

 

Le local vapeur abrite une installation conservée pour alimenter l’Hôpital, la maison du recueillement, un petit immeuble à côté. En effet à Jean Bouveri il aurait fallu tout changer, remplacer le réseau chaleur existant…enfin un budget énorme. Donc la production de chaleur a été conservée.

 

La nouvelle installation produit de 5 Tonnes Vapeur/h soit 3,6 MW. La production de la vapeur se fait soit avec le gaz naturel soit le fioul domestique.

 

A côté se situent deux échangeurs de 15MW chacun. Ils servent à transformer les calories de la vapeur en eau chaude. Cette dernière est utilisée soit pour le nouveau réseau basse-température soit en appoint en hiver soit en substitution de la biomasse lors d’arrêts programmés ou pas.

 

 

Une grande halle de stockage Biomasse divisée en silos permet de stocker les différents types de combustibles. Un box passif constitue une zone tampon (non-respect du planning de livraisons, stockage bois non conforme avant évacuation ou stockage pour un week-end de 3 jours).

 

 

 

moncia 0306168

 

Le stockage dispose d’une capacité totale 960 m3 correspondant à 72 heures de fonctionnement.

 

4 types de combustibles sont utilisés en biomasse : plaquettes forestières, plaquettes de scieries, mélange d’écorces et de plaquettes, broyats de palette propres.
Le stockage permet l’alimentation en continu de la chaufferie. Cette automatisation n’est possible que parce qu’il existe une installation dédiée comprenant 2 groupes hydrauliques pilotant chacun deux extracteurs de 3 vérins actionnant les échelles mobiles qui raclent le combustible par le bas pour l’emmener ensuite dans le convoyeur à bande.

 

Le combustible représente 16 000 tonnes annuelles de bois qui proviennent de scieries et forêts situées en Saône-et-Loire et départements limitrophes.  Au total, le recours à cette énergie locale et renouvelable permet d’éviter le rejet de 8 000 tonnes de CO2 par an dans l’atmosphère.

 

Un second convoyeur à raclettes amène le combustible à un déferrailleur, puis dans une trémie tampon qui cadence l’approvisionnement automatique du bois dans la chaudière en fonction de la puissance demandée à la chaudière. Le bois effectue sa combustion sur la grille mobile du foyer. Il s’agit d’un tunnel de combustion qui répartit et consomme le combustible en 3 étapes :

 

séchage par air primaire, gazéification par passage de 250 à 600°C encore par l’air primaire, (aspiré en dessous)

 

Décomposition du bois sous l’effet de la chaleur par l’air primaire

 

carbonisation / de 500 à 1500°C par l’air secondaire (insufflé dans la combustion)

 

Une 4ème étape suit la combustion du bois, c’est celle des gaz sortant du foyer dans la chambre de postcombustion par l’air tertiaire.

 

Chaque type de combustible ne donne pas la même puissance de 8,40 MW pour le combustible le plus humide (h=50%), à 9,45 MW pour le combustible le plus sec (h=20%). André Strutynski explique que le bois est acheté en fonction de son taux d’humidité. A plus de 50% il est refusé.

 

Là aussi toutes les sources de chaleurs, gaz et fumées sont réutilisées dans les échangeurs pour utiliser leur énergie. Les cendres sont évacuées par voie humide et ensuite elles seront valorisées en épandages. Les gaz sont eux filtrés soit dans des dépoussiéreurs multi cyclones, les résidus valorisés ensuite en compostage, soit dans un filtre à manche. Les poussières récoltées par ce dernier système iront en centre de traitement. Elles sont stockées sous forme de bigs bags. Notre cicérone nous les décrit comme étant blanche, nous les voyons bien noires, mais bon…

 

Tout est soumis en continu à des tests, des concentrations de particules, des analyses diverses.

 

La biomasse doit constituer la base de la fourniture et atteindre 50% minimum de la production (garantie de la TVA à 5,5% pour les usagers)

 

 

http://montceau-news.com/saone_et_loire/293159-montceau-ville-verte-suite.html

En dehors de la biomasse il existe la cogénération. Elle produit à la fois de la chaleur, et de l’électricité. Son seul combustible est le gaz naturel. Le générateur ressemble à un moteur de bateau avec ses 24 cylindres, il est énorme et produit un bruit à hauteur de 120 décibels.

 

 

Il produit de l’électricité à hauteur de 4MW avec beaucoup d’air et peu de gaz. Ce courant est vendu à EDF. La chaleur qu’il dégage avec ses gaz d’échappement est transmise à l’eau chaude du nouveau réseau basse température. Mais la chaleur des liquides de refroidissement (eau glycolée, huile) est aussi récupérée et réinjectée dans le circuit. L’installation est aussi équipée d’aéroréfrigérants pour dissiper tout ou partie de la chaleur non récupérée.

 

 

Nous vous avons décrit la nouvelle installation, mais il reste des éléments de l’ancienne installation, comme les deux chaudières existantes qui sont maintenues en service. Il s’agit d’abord d’une chaudière de 20MW gaz naturel, produisant de la vapeur, pour l’appoint en hiver et pour la fourniture de vapeur à l’Hôpital et d’une chaudière de récupération de l’ancienne cogénération, 11MW, produisant de la vapeur, en secours uniquement.

 

 

C’est bien de produire de la chaleur, mais il faut vivre aussi, donc les locaux de cet ensemble ultra moderne et propre comme un cou neuf comprend des locaux dits sociaux :

 

Une salle de contrôle (nous avons commencé la visite là), une salle de réunion (nous nous sommes harnachés là, un film y est projeté pour réviser la visite, un local archive, un local technique, 4 bureaux individuels, Une salle de repos, des vestiaires et sanitaires.

 

 

Ce n’est pas tout de fabriquer de l’énergie il faut la vendre. Ceci se fait au travers d’un réseau important. Le réseau vapeur a une longueur de 2,7 km, le réseau Basse Pression a une longueur de 17 km et alimente 69 points de livraisons.

 

Ville 18
OPAC 12
ACI 7
AFPA 5
Bât scolaires 5
VEOLIA 5
CCM 3
Divers 14

 

 

Visite passionnante qui complète cette semaine Européenne du Développement durable.

 

 

Ce ne fut pas trop austère (de bois) malgré l’aspect très technique et industriel. Nous avons appris qu’il ne sort pas de fumée noire parce que tout ce qui sort c’est de la vapeur d’eau et donc selon la luminosité matinale ou vespérale elle peut apparaître sombre.

 

http://montceau-news.com/environnement/292852-montceau-ville-verte-environnement.html

 

 

Le responsable du site, qui est un ancien de l’installation précédente, a été très intéressant, les visiteurs et les élus l’ont pressé de questions.

 

 

Gilles Desnoix

 

 

 

 

moncia 0306162

 

 

moncia 0306163

 

 

moncia 0306164

 

 

moncia 0306165

 

 

moncia 0306166

 

 

moncia 0306167

 

 

 

moncia 0306169

 

moncia 03061610

 

 

moncia 03061611

 

 

moncia 03061612

 

 

moncia 03061613

 

 

moncia 03061614

 

 

moncia 03061615

 

 

moncia 03061616

 

moncia 03061617

 

moncia 03061618

 

 

 

 

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer




Un commentaire sur “Visite de la chaufferie du réseau de chaleur Moncia”

  1. andre71 dit :

    Bonjour,
    Merci pour ce compte rendu très clair de visite et pour les photos annexées.
    Ne serait il pas possible d’envisager la programmation de visites des Montcelliens intéressés, par petis groupes et sous réserve d’inscription dûment validée.
    A.G