Autres journaux :



dimanche 11 septembre 2016 à 10:30

Final du 72ème anniversaire de la libération de Montceau

La République, socle de notre nation La ville de Montceau-les-Mines a reçu, pour une année, le drapeau des villes médaillées de la Résistance.



 

C’est sur la place des Droits de l’homme devant l’Embarcadère à Montceau-les-Mines que s’est déroulée, samedi en fin de matinée, la cérémonie de passation du drapeau des villes de la Résistance. Marie-Claude Jarrot, la maire de la commune, dans un discours fleuve mais ô combien emprunt d’émotion, a souligné l’engagement des résistants, notamment à la bataille de Galuzot le 6 septembre 1944 et celui des gueules noires pour libérer le bassin minier de l’emprise allemande.

 

Elle avait prévenu, elle a tenu parole. Le discours de Marie-Claude Jarrot, maire de Montceau-les-Mines, samedi devant l’Embarcadère, place des Droits de l’homme pourrait s’insérer dans les manuels d’histoire, ceux notamment qui retracent les exploits de la Résistance Française lors de la dernière guerre.

 

 

Mario Beninca a la garde du drapeau pendant un an

 

Elle avait prévenu ! Un discours fleuve _ quarante-trois minutes _ , sur un ton presque militaire, celui d’un chef qui mène ses troupes à la bataille, se battre et vaincre. Comment pouvait-il en être autrement après deux jours à célébrer la libération de Montceau, de vivre la veille la bataille de Galuzot avec la reconstitution de l’attaque du train blindé allemand le 6 septembre 1944, des célébrations suivies par une population désireuse de connaître ce passé héroïque du bassin minier, de côtoyer ses dix-sept collègues des villes médaillées de la Résistance présents pour l’occasion, Madame Jarrot a donc fait battre encore plus fort le cœur des uns et des autres.  Pendant ces deux jours de commémoration « nous avons vécu des moments importants dans la vie d’une ville, honorer ceux qui ont écrit une page de la résistance (…). Ces femmes et ces hommes avaient un esprit riche et généreux, nous en sommes les héritiers ». Et de se tourner en direction de Mario Beninca, l’un des derniers survivants du Galuzot dont le privilège a été de recevoir le drapeau des villes médaillées de la Résistance. Entré dans le maquis à seize ans, ce drapeau, il le gardera pendant un an avant de le remettre à Nantua.

 

 

« Ce fut la victoire du peuple de Montceau » (Marie-Claude Jarrot)

 

 

Comment aussi, même si la maire de Montceau n’y fera jamais allusion, ne pas penser à son père, André Jarrot, ancien Compagnon de la Libération et comme sa fille avant elle, maire de 1965 à 1986. Lui qui a connu le général de Gaulle à l’origine de cette médaille de la résistance dont Montceau est titulaire, rappelait justement Pascal Blanchetier, maître de cérémonie et membre de l’ANCMRF (association nationale des communes médaillées de la résistance française). De Gaulle, Jarrot , des noms indissociables de la Résistance.

 

Toujours sur ce ton qui la symbolise, Marie-Claude Jarrot évoqua avec précision cette bataille de Galuzot, retraçant heure après heure l’exploit de ces résistants face aux allemands « quand l’impossible devient possible » soulignait-elle. De rappeler également qu’en 1943, grâce à l’audace des « gueules noires » ces mineurs du bassin minier dans des opérations de sabotage, Montceau allait peu à peu briser ce carcan allemand. Ce 6 septembre 1944, « ce fut la victoire du peuple de Montceau, des gueules noires, de ce peuple pluriel, la victoire du peuple français, la victoire de la France sur elle-même » appuyait madame la maire.

 

 

Se rappeler des fondements de la République

 

Résistance, résister, des mots qui, encore davantage aujourd’hui, prennent toute leur signification, car difficile, là encore, de ne pas évoquer le terrorisme devant lequel notre pays doit faire face. Tirer des enseignements du passé est un devoir. Et quand bien même « les conflits dans le monde se nourrissent du terreau du fanatisme, d’être différent ne le désigne pas comme notre adversaire » formulait le nouveau ministre de l’industrie Christophe Sirugue. Message que relayait Pascal Blanchetier : « Il nous appartient de mettre ne garde et de sans cesse rappeler qu’en tout temps, l’inconduite de quelques-uns peut engendrer l’inacceptable ».

 

 

Résister, c’est refuser, dire « non, comme le général de Gaulle » rappelait Marie-Claude Jarrot. Et chacun des intervenants d’en arriver à la même conclusion, « le vecteur du maintien de la cohésion nationale, c’est la République » formulait le ministre qui répondait à la devise « Liberté, égalité et fraternité » de madame le maire.

 

« Périple »… 

 

Mais, avant cette cérémonie devant l’Embarcadère, les élus, les représentants des corps constitués :

 

Gilbert Payet, préfet de Saône-et-Loire,

 

André Accary, président du Consei départemental,

 

Jean-Paul Emorine, sénateur

 

Arnaud Danjean, député européen

 

Yves Andre, président de l’ONAC (Office National des Anciens Combattants

 

les représentants des associations locales d’anciens combattants etc. q tous s’étaient recueillis devant les monuments aux morts des Fusillés (à Bel Air), la stèle de Lattre de Tassigny (sur le boulevard du même nom) et enfin le monument Bourdelle, place de l’église. 

 

Une messe en l’église Notre-Dame figurait également eu programme de cette journée de samedi, journée qui s’est « achevée » par un banquet républicain auquel participaient de nombreux membres des  associations d’anciens combattants.

 

Nous allons conclure en parlant de celui que l’on peut qualifier de maitre d’oeuvre de ces cérémonies : nous voulons parler de M. Gérard Gronfier, maire-adjoint et, entre autre, chargé des anciens combattants. Un élu qui a remercié très chaleureusement tous ceux qui, à ses côtés, avaient rendu possible cette organisation pour le moins de grande ampleur. Il remercia également très chaleureusement les musiciens  de l’harmonie « Les amis réunis », ceux de Passion BF Bourgogne, les professeurs du conservatoire de musique de Montceau ainsi que les musiciens du bassin minier qui, avaient « rythmé » toutes ces cérémonies.

 

Ce dimanche, un recueillement aura lieu au monument aux morts du Bois du Verne, en présence de la délégation de la ville jumelle de Zory, ville avec laquelle sera signée, dans la foulée, une charte la liant, encore un peu plus, à notre cité.

 

 

Jean Bernard et Annabelle Berthier

 

 

 

drapeau-10091670

 

 

 

« Ryan Clar très fier, avec une grosse pensée

 

pour son arrière grand-père Claude MOMUS »

 

 

 

drapeau-10091669

 

 

drapeau-10091672

 

 

drapeau-10091671

 

 


drapeau-10091668

 

 

drapeau-10091667

 

 

drapeau-10091666

 

 

drapeau-10091665

 

 

drapeau-10091664

 

 

drapeau-10091663

 

 

drapeau-10091662

 

 

drapeau-10091661

 

 

drapeau-10091660

 

 

 

drapeau-10091659

 

 

drapeau-10091658

 

 

drapeau-10091657

 

 

drapeau-10091656

 

 

drapeau-10091655

 

 

 

drapeau-10091673

 

 

drapeau-10091683

 

 

drapeau-10091681

 

 

drapeau-10091680

 

 

 

drapeau-10091678

 

 

 

drapeau-10091679

 

 

 

drapeau-10091677

 

 

 

drapeau-10091676

 


drapeau-10091674

 

drapeau-10091675

 


drapeau-10091654

 

 

jb-1109169

 

jb-1109168

 

jb-1109167

 

 

jb-1109166

 

 

 

jb-1109165

 

 

jb-1109163

 

jb-1109162

 

 

 

jb-11091610

 

 

drapeau-10091653

 

 

drapeau-10091652

 

 

drapeau-10091651

 

 

drapeau-10091650

 

 

drapeau-10091649

 

 

drapeau-10091648

 

drapeau-10091647

 

drapeau-10091646

 

 

drapeau-10091644

 

 

drapeau-10091643

 

 

drapeau-10091642

 

 

drapeau-10091641

 

 

drapeau-10091640

 

 

drapeau-10091639

 

 

drapeau-10091638

 

drapeau-10091637

 

drapeau-10091636

 

drapeau-10091635

 

 

drapeau-10091634

 

drapeau-10091633

 

drapeau-10091632

 

drapeau-10091631

 

 

drapeau-10091630

 

 

drapeau-10091629

 

 

drapeau-10091628

 

 

drapeau-10091627

 

 

drapeau-10091626

 

 

drapeau-10091625

 

 

drapeau-10091624

 

 

drapeau-10091623

 

 

drapeau-10091622

 

 

drapeau-10091621

 

 

drapeau-10091620

 

drapeau-10091619

 

 

drapeau-10091618

 

 

drapeau-10091617

 

 

drapeau-10091616

 

drapeau-10091615

 

 

drapeau-10091614

 

 

drapeau-10091613

 

drapeau-10091612

 

 

drapeau-10091611

 

drapeau-10091610

 

drapeau-1009169

 

drapeau-1009168

 

drapeau-1009167

 

 

drapeau-1009166

 

 

drapeau-1009165

 

 

drapeau-1009164

 

drapeau-1009163

 

drapeau-1009162

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer




4 commentaires sur “Final du 72ème anniversaire de la libération de Montceau”

  1. lavoisier dit :

    Une fois de plus certains ont étés oubliés (volontairement peut être…) par la municipalité, veuillez relire les manuels d’histoire, Montceau et la France ont aussi et surtout étés libérés par les Français d’origines étrangères et « indigènes » des colonies devenu indésirables aujourd’hui…(Montecassino bataille des Vosges…etc on appelé ça la bouchée à canon à l’époque).
    Quand j’en vois certains sur les photos, ça fait mal au cœur
    Ce n’est pas grave devant les vrais résistants et l’histoire, cela reste gravés dans la mémoire de tous, sauf certains.

    • roussillon dit :

      Un grand merci à vous, cher lavoisier (idigène sans doute?) de rappeler tout ce que la libération de Montceau doit aux polonais,russes,italiens,africains,maghrébins,juifs,francs maçons,cathos,communistes…

      J’ai croisé tout ce petit monde,surement,durant les cérémonies…Pas vous ?

      • lavoisier dit :

        Français et fier de l’être Roussillon, « indigène » c’était le nom donné par les Francais aux « AUTRES » et non « idigene », quand au niveau représentativité et notion historique, je m’excuse mais nous avons pas la même notion de l’histoire et de l’hommage duent aux personnes concernés, dommage pour quelqu’un qui travail dans l’éducation national, il doit surement avoir un ou deux livres qui traîné dans votre établissement pour vous en rendre compte non!!!! surtout que vous avez le « sens RÉPUBLICAINS » VOUS, je dis et le répété, que les personnes que l’on a vu en photo tout le long de cette cérémonie (mise à part les résistants bien sur) me font bien rire ou presque pleurer, cela varie selon les jours, enfin toujours est il que c’est mon avis et celui de beaucoup beaucoup de personnes, cela s’appelle la liberté d’expression.
        I l faut différencier liberté d’expression (ce que je vais actuellement) et les faits avec preuve (pour plus tard).
        Bonne journée Roussillon et n’oubliez pas vive la FRANCE ET VIVE LA RÉPUBLIQUE (enfin la vrai de république…)