Autres journaux :



vendredi 7 octobre 2016 à 07:44

« Sur les chemins de l’eau pure ». A ne manquer sous aucun prétexte.

Le 22 octobre 2016 au centre nautique de Montceau



 

Une journée pour compléter ses connaissances avec des scientifiques de haut niveau et pour assister à la remise des prix du concours de dessins « Dessine-moi un poisson ». L’ensemble des dessins y sera exposé.

 

 

 

 

Une journée de plaisir et de convivialité aussi pour esprits curieux et amoureux de la planète.

 

 

Le concours de dessins est ouvert et les œuvres seront recueillies jusqu’au 15 octobre à la médiathèque des Ateliers du jour où ils seront exposés jusqu’au 20 octobre.

 

http://montceau-news.com/montceau_et_sa_region/340737-association-o-pure-basin-miner.html

 

 

 

Il y a dans la vie des questions que l’on se pose et pour lesquelles nous ferions mieux de répondre et d’autres auxquelles on répond sans avoir à se les poser. Par exemple celles que pose l’équipe des « Chemins de l’Opure » : Vous aimez votre planète ? Vous aimez le chocolat ?  Réponse à 99,99% oui et oui.

 

 

Jamais vous n’auriez lié les deux comme ça, puisque l’on connaît les méthodes de certaines multinationales dans la culture du cacao. Heureusement qu’il existe un commerce équitable et des artisans consciencieux, responsables et conscients des enjeux posés par l’écologie.

 

Ces deux questions l’équipe des Chemins de l’Opure les pose d’emblée sur son site comme dans la vie courante.

http://www.opure-chocolat.fr/

 

Là je sens poindre votre impatience habituelle qui ne faiblit jamais « Mais enfin, c’est qui cette fameuse « équipe » ? »

 

 

On se calme et on reprend un chocolat.

 

 

Cela commence sous l’eau… comme la vie originelle sur terre… La Confrérie des Scaphandriers (sympathique regroupement d’anciens plongeurs, des palmipèdes actifs) a souhaité y voir un peu plus clair sur l’élément dans lequel ils barbotaient.

 

 

Je vous le donne Emile (ou l’an mille) ayant mis le nez dans le problème sans tuba ils ont derechef (ou de re-scaphandre) décidé comme un seul homme (il y a aussi des femmes dans l’équipe) d’œuvrer ardemment à la protection de l’eau de nos rivières (et donc l’eau de mer, pour ceux qui sont en deuxième année master aquatique).

 

 

Comme chez Prévert ou Boris Vian, on trouve une énumération poétique : un chocolatier, un viticulteur, un artiste, des scientifiques.

Des scientifiques ?

 

 

 

Eh oui, des scientifiques, et on vous l’a dit, de haut niveau. Donc le 22 octobre prochain soyez présents.

 

 

D’abord et sans ordre préférentiel, mais par ordre alphabétique des prénoms (si) :

 

 

Alain RIVA : Docteur en biologie appliquée. Conférencier, consultant, membre de comités scientifiques. Celui qui fut chargé de recherche à l’Institut Océanographique Paul Ricard (pas de jeux de mots SVP) a participé à de nombreuses études sur le milieu marin. Il est le coauteur de l’ouvrage « Fragile Méditerranée, à la reconquête d’un équilibre écologique ».

 

Je vous avais promis du haut niveau, s’en est, même s’il s’intéresse aux profondeurs.

 

 

Il est également à l’initiative du concours international d’affiche « Aidons l’eau, aidons la vie » en partenariat avec le festival mondial de l’image sous-marine d’Antibes et l’UNESCO.

 

 

Un rappel historique mais d’une actualité navrante à défaut d’être brulante : Paul Ricard fut l’un des premiers, et des plus actifs, dans les années 60, à s’insurger contre un projet de rejets de résidus du traitement de la bauxite (boues rouges), au large de Cassis (Bouches-du Rhône). Incroyable, on se bat encore autour de ça ces jours-ci.

 

 

En 1973 l’Observatoire de la Mer dirigé par Nardo Vicente accueille en son sein un jeune chercheur Alain RIVA.

 

 

Patrice LARDEAU : Ingénieur, directeur de la communication d’IFREMER.

http://wwz.ifremer.fr/

 

 

 

A propos de ce scientifique digne de Jules Verne et de ses voyages extraordinaire, il faut vous dire que sans lui, pas de Léonardo Di Caprio ni de Kate Winslet les bras étendus à la proue du Titanic. Le drame…

 

 

Les américains après 4 tentatives infructueuses ont lié une coopération avec l’IFREMER pour rechercher la célèbre épave. Patrice LARDEAU  faisait partie de l’équipe franco américaine qui a localisé, repéré, retrouvé et exploré l’épave du Titanic en 1985. Ça vous fait rêver non ?

 

Donc si quelqu’un peut se mouiller pour les chemins de l’eau pure c’est bien ce scaphandrier-là.

 

Cette phrase de Jean Cocteau qu’il aime à citer résume assez bien son parcours humain et professionnel « Sous la mer, vous cherchez le passé, vous allez découvrir le futur. » Tour à tour fasciné par le passé ou tourné vers l’avenir, il a navigué du Titanic au Nautile, de Saint Exupéry à Victor, du littoral aux abysses ou des bathyscaphes aux satellites. Jamais dans la lune mais toujours aux confins des connaissances et de l’anticipation.

 

 

 

Alain Jeannot que nous avons rencontré dans le cadre de la présentation de cette journée si-importante du 22 octobre dit de ces deux scientifiques : « Ces deux passionnés vous feront partager avec enthousiasme leur expérience du milieu marin lors de leur conférence à deux voix. »
Pour les Montcelliens et les habitants du Bassin miniers ce ne sont pas deux inconnus, ils ont animé des conférences sur le territoire et toujours avec un succès non démenti.

 

 

Une 3ème scientifique fait partie de « l’équipe » des chemins de l’eau pure.

 

 

 

Isabelle POITOU : DEA en Biologie marine, DEA en Sciences sociales. Spécialiste et du problème des déchets et de: la pollution en milieux aquatique. Fondatrice de l’association Terre-Mer. Créatrice de l’ODEMA (Observatoire des déchets en milieux aquatiques).

Les Chemins de l’Opure est une association qui collecte des fonds au travers d’actions et d’évènements permettant de sensibiliser le public, de diffuser des savoirs. Elle accompagne des projets en mettant en relation des partenaires œuvrant pour la dépollution de l’eau et l’entretien de nos cours d’eau de nos régions.

 

 

Nous nous sommes souvent fait l’écho dans nos colonnes de leurs actions.

 

 

Symboliquement c’est un bonbon, l’Opure, créé par Alain Jeannot qui sert d’emblème à cette association et dont l’achat permet aussi de participer aux financements.

 

 

 

Non seulement on fait du bien à la planète bleue mais on se fait plaisir. Donc on reprend un chocolat.

 

 

Dans un prochain épisode sur les « Chemins de l’Opure », nous reviendrons sur cette création chocolatière et vinicole et sur ceux les partenaires de l’association.

 

 

En attendant vous notez scrupuleusement à la date du 22 octobre, sur votre agenda, ou votre porte de frigo « 22 octobre Centre nautique : journée « Chemin de l’eau pure » et comme on vous dit « scrupuleusement » vous ajoutez en gros et en gras « NE PAS MANQUER ».

 

 

Et tous à votre planche à dessin.

 

 

Gilles Desnoix

 

eau-pur-2909162

 

 

eau-pur-2909163

 

eau-pur-2909164

 

 

 

dessin-24-09-16

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer