Autres journaux :


mardi 2 août 2016 à 07:39

Musée de la Mine (Blanzy)

Des touristes français et étrangers



 

Aujourd’hui nous avons testé pour vous le musée de Blanzy. Et cela a été pour nous une véritable immersion dans la vie des mineurs !

Situé sur un puits datant du 19e siècle, le premier puits retrouvé sur place date de 1750. C’est Jules Chagot qui est à l’origine de l’exploitation des houillères de Blanzy, avant que sa famille ne poursuive son œuvre à sa mort.

 

 

Le bassin minier de Blanzy s’étendait sur 15 km de longueur et a comporté plus de 200 puits creusés. En tout ce serait 210 millions de tonnes de charbons qui auraient été extraites sur une période de deux siècles d’exploitation.

 

 

Le musée

 

 

Le musée de la mine existe depuis les années 1970. Cela signifie qu’il a donc été créé avant la fermeture des mines. Et c’est la ville de Blanzy qui a accepté d’accueillir le dit musée par décision du conseil municipal en 1973.

 

 

 

 

C’est à l’initiative d’une minorité de mineurs qu’il a vu le jour, même si cela a pu être mal vu par d’autres mineurs, voyant dans cette initiative l’acceptation de la mort des mines de Blanzy. Les mineurs ont d’ailleurs créé une association en 1975.

 

 

 

 

Rétrospectivement, on peut se féliciter de cette initiative qui a permis à l’association des mineurs à l’origine du projet de collecter beaucoup de matériel. Aujourd’hui, une grande partie du matériel des mines est resté sous terre et ne pourra tout simplement jamais être récupéré. Charbonnage de France a donné une grande partie du matériel présent au musée.

 

 

L’originalité du musée tient aussi dans le fait que les mineurs souhaitaient que le matériel soit conservé en état de marche. Les bénévoles veulent que ce soit authentique, raison pour laquelle le parcours de la visite est très peu bétonné. Dans la mine reconstituée, on trouve rails au sol, poutres forçant le visiteur à faire attention où il pose les pieds et la tête !

 

 

Et le musée continue d’évoluer ! Actuellement plusieurs bénévoles sont en train de restaurer un treuille.

 

 

Le musée accueille chaque année près de 11000 visiteurs avec un pic en été. Entre juillet et août, il est ouvert tous les jours sauf le mardi. Le reste de l’année, il est ouvert les week-end d’avril à octobre.

 

 

Le musée reçoit beaucoup de groupes : écoles, collèges, associations, comités d’entreprise, comités de jumelage, séminaires etc.

 

 

Et il s’adresse à tous : enfants, adultes et même anciens mineurs !

 

 

A travers un film, une exposition et une visite, le musée propose plus de deux cent ans d’histoire. Il explique la création de la ville et présente des centaines de métiers. Il développe la vie de la mine aussi bien sous le volet historique, qu’au niveau technique, géologique ou encore social.

 

 

Chaque année, des passionnés de la mine viennent visiter le musée. Les grand-parents amènent leurs petits-enfants afin disent-ils de transmettre un peu de leur histoire. Et les plus jeunes sont effectivement bien intéressés par ces grandes machines sous terre ou dans la salle des machines.

 

 

Une visite pour s’immerger

 

 

Nous avons suivi pour vous une visite avec un groupe comportant des touristes français et italiens. Pour certains, il s’agissait de leur première visite. Pour d’autres au contraire, ils étaient déjà venus une quinzaine d’année plus tôt. Et ils y ont tous trouvé leur compte ! Un ancien mineur faisait même partie du groupe. Il accompagnait sa famille venue le voir. Et à la sortie de la visite, il s’exprimait auprès de la guide, Morgane : « Pendant quelques instants, j’étais de nouveau dans la mine ».

 

 

 

Le parcours mis en place par l’association de mineurs à l’origine du projet avait pour but de retracer le rythme de vie des mineurs. Après une présentation de Jules Chagot et du lieu du musée, en avant pour la salle des lampes ! On y retrouve les différentes générations de lampes utilisées par les mineurs. On y apprend les améliorations techniques et les dangers de la mine. Puis devant la cage permettant de descendre au fond, on apprend le circuit de la mine et comment hommes, enfants, animaux et machines vivent ensemble sous terre et sur terre.

 

 

Dans la salle des machines, on découvre de nombreuses machines dont des compresseurs ou des pompes par exemple. La pompe mise en marche quelques instants nous met dans l’ambiance. Le bruit est très fort. Et ce n’est pas fini ! Tout au long de la visite, d’autres machines seront remises en route !

 

 

Nous entrons alors dans une galerie reconstituée. Si on y rentre à pied aujourd’hui, il fallait y descendre par le puits en réalité. Dès l’âge de 8 ans, les enfants souhaitant travailler pouvaient apporter leur aide à la surface, puis plus âgé rentreraient en apprentissage.

 

 

On apprend aussi le traitement des chevaux, meilleur que celui des mineurs d’après la guide. Dans les années 1930, il y avait près de 600 chevaux dans le bassin minier.

 

 

Pour la mine, les conditions de sécurité étaient primordiales afin de permettre une exploitation rentable : aération, électricité, moyens de communication. Les rats vivaient sous terre avec les hommes et on observait chacun de leurs gestes. Des canaris étaient aussi amenés sous terre. Ces animaux participaient à prévenir tout accident. Et leur présence a pu sauver de nombreuses vies.

 

 

Des touristes français et étrangers

 

 

Lors de la visite à laquelle nous nous sommes rendus, nous avons pu constater l’hétérogénéité des touristes découvrant le site : enfants, adolescents, parents, grand-parents, couples, bourguignons, blanzynois, italiens…

 

 

Les habitants du bassin montcellien avec lesquels nous nous sommes entretenus nous ont expliqués pour certains qu’ils conduisaient systématiquement amis et famille au musée de la mine. Pour une grand-mère venue avec ses petits-enfants, c’est un peu de son histoire qu’elle a pu transmettre à travers la visite du musée, elle-même ayant été fille et épouse de mineur.

 

 

Un couple dijonnais pour sa part venait pour la deuxième fois et redécouvrait le musée à quinze années d’intervalle avec sa première visite : visite enrichie de nouvelles machines et de l’écurie notamment.

 

 

Il est donc encore temps de venir découvrir le musée de la mine à Blanzy.

 

Horaires en été : tous les jours sauf le mardi. Visite guidée – départs de 14 à 17h.

 

 

 

 

EM

 

 

 

mine 0208163

 

 

mine 0208162

 

 

 

 

 

mine 0208164

 

 

mine 0208165

 

mine 0208166

 

mine 0208167

 

 

mine 0208168

 

mine 0208169

 

 

mine 02081610

 

 

mine 02081611

 

 

mine 02081612

 

 

mine 02081613

 

 

mine 02081614

 

mine 02081615

 

 

mine 02081616

 

 

mine 02081617

 

 

mine 02081618

 

 

mine 02081619

 

mine 02081620

 

 

mine 02081621

 

 

mine 02081622

 

 

mine 02081623

 

 

 

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer