Autres journaux :



mercredi 11 mai 2016 à 08:36

Un lapin a poussé sur l’arbre à Papillons

Saint Vallier il s’y passe toujours quelque chose autrement…



Je n’ai pas d’enfants, ni de petit lapin d’ailleurs, en âge d’aller à la micro-crèche de Saint Vallier. Mais si j’en avais, je n’hésiterais pas une seule seconde à les confier à l’équipe de l’arbre aux papillons.

 

Le sourire, la douceur, l’empathie sont là pour que les enfants s’épanouissent dans ce lieu, où, dès la première visite on se sent très bien.

 

C’est ici que « Coquin », le micro lapin, choisi par les enfants dans une jardinerie/animalerie Montcellienne, va s’épanouir lui aussi.

 

Mais je vous connais, des questions se bousculent derrière votre front plissé. Pourquoi un lapin, pourquoi lui, pourquoi « Coquin » ?

 

 

Vous êtes insatiables…

 

Lui : c’est le seul qui, au sein d’une ribambelle –comme toujours avec les lapins- c’est levé, est venu faire le « coquin » vers les enfants qui l’ont immédiatement plébiscité et baptisé. Tout ça en un instant, un coup de foudre, une rencontre…

 

 

Cette dernière a une histoire, une longue et vraie histoire.

 

 

Elle s’étage du 15 janvier au 3 mai 2016, ça a pris du temps, mais ça en valait le coup !

 

 

lapin st val 1105162

 

 

 

Mettez-vous à l’aise, les pieds bien au chaud, je m’en vais vous narrer cette histoire de coquinou le lapinou.

 

 

Donc il était une fois…

 

 

Julie Botella, Karine Carton, Amélie Chapuis, Sandrine Gauthier, Charlène Guichard, Delphine Leger et David Febvrier-Gaudry (C’est Monsieur le Directeur) et des petits enfants dans une micro-crèche coloriée et joyeuse.

 

 

Toutes ces jeunes femmes n’entendaient pas faire du parking pour enfants et bébés, non. Elles voulaient qu’il y ait une vraie vie et que les enfants puissent s’amuser, se développer et s’épanouir harmonieusement.

 

 

Elles savent que l’animal de compagnie apporte beaucoup au développement physiologique et psychologique de l’enfant. Qu’il aide l’enfant en bas-âge dans sa communication verbale et non verbale. Comme objet transitionnel, figure du confident l’animal de compagnie permet l’acquisition de qualités comme la fidélité, la responsabilité.

 

Pour ces excellentes raisons, elles décident de se lancer dans l’aventure en ouvrant la réflexion aux parents, à la PMI, les enseignantes de l’école Eugénie Cotton voisine.

 

 

Du côté de la PMI, il y a quelques réticences parce que ce genre de projet n’a jamais encore été tenté en crèche… mais ce projet-ci est tellement convainquant que la PMI finit par y adhérer, comme les parents, les enseignants.

 

 

Mais pourquoi un lapin ?

 

 

D’abord, parce que… puis ensuite il y a le fait qu’il vit en cage, contrairement à un chien ou un chat, qu’il est éveillé la journée, qu’il aime se faire caresser, brosser, qu’il est joueur et sociable. La panacée en somme et mieux qu’un poisson rouge avec lequel vous n’avez aucun contact physique. Avec le poisson rouge on tourne rapidement en rond.

 

 

Un petit lapinou coquinou permettra aux petits de faire la différence entre les peluches et les animaux. Il y a des adultes qui ont encore du mal…

Et puis la littérature enfantine, les supports pédagogiques sont un univers où s’épanouit le petit lapin.

 

 

15 jours avant la venue du petit animal, l’équipe de la micro-crèche a préparé l’apparition du petit lapin au travers de lectures, de chansons, de photographies, du décompte des jours sur le calendrier, etc. … et d’un règlement intérieur des relations avec le lapin.

 

 

Puis un jour, hop, sortie avec les petits… l’équipe et des parents, on va acheter le lapin. De 9h30 à 11h30 le 3 mai à la jardinerie… à ce rythme d’après la fable on choisirait plutôt une tortue. Mais bon, quand on va chercher un lapin on revient avec des sacs de nourriture, de litière, une grosse cage et mille choses.

 

 

Je vous ai dit pourquoi lui et pourquoi son nom… Mais vous vous dites : comment va-t-il vivre ?

 

 

C’est que Coquin est un VIP, il a sa cage avec une litière de chanvre bio, son règlement de courtoisie, sa nourriture spéciale, ses règles de garde en dehors des périodes d’ouverture, son budget… et oui, mesdames et messieurs un lapinou coquinou à son budget annuel pour son entretien, sa nourriture, ses soins, etc.

 

 

Et ses jeudi matins avec les petits de la maternelle d’à côté…

 

 

On a bien compris l’objet transitionnel, on a bien compris qu’un lapin c’est plus facile à gérer, mais quelle « utilisation » réelle, utile et quotidienne va-t-on en faire ?

 

 

Julie Botella est la Christophe Michalak des micro-crèches, elle vous a concocté une de ces recettes top chef. Avec son équipe, sa brigade, elle va réaliser des fiches d’activités explicatives à destination des parents ou inscrire le programme dans le cahier de vie :

 

 

Album photo en libre-service pour les enfants (Coquin mange, dort, boit, se lave, etc… fait pipi, etc. ?), relationnel avec le lapin (lui parler, le nourrir, le brosser, le photographier ou le filmer, etc…). Il y a de la pédo euh péda… gogie dans l’air

 

 

Alors, on arrête le conte deux minutes : tout ça c’est bien joli, mais la réalité doit prévaloir. Ces jeunes femmes s’imposent là un surcroit de travail, il ne faut pas se le cacher, c’est une responsabilité supplémentaire, c’est un vrai budget.

 

 

Si elles le font c’est pour les enfants, pour mettre en œuvre un vrai projet, on ne peut que les féliciter et soutenir une telle initiative, qui, rappelons-le, est une première.

 

 

En même temps L’arbre à papillons c’est Brain storming et compagnie. L’imagination et l’innovation sont aux commandes dans des activités, des projets que les autres ne font pas forcément.

 

 

Donc longue vie à Coquinou le lapinou

 

 

Gilles Desnoix

 

 

 


lapin st val 1105163

 

lapin st val 1105164

 

lapin st val 1105165

 

lapin st val 1105166

 

lapin st val 1105167

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer




Un commentaire sur “Un lapin a poussé sur l’arbre à Papillons”

  1. jml67 dit :

    Quel beau projet !! Merci à l’ensemble du personnel de l’arbre à papillon d’apporter au quotidien tout se dont on besoin ces jeunes enfants. Ce qui m’étonne par contre c’est le manque de réaction des lecteurs à un tel article, et oui il y a dans nôtre commune des agents territoriaux, plus communément appelés FONCTIONNAIRES qui réalisent un super travail et ce au quotidien, mais quoi de plus naturel me direz vous pour des agents au service des administrés…. Il est vrai qu’il est tellement plus facile de réagir et ce, violemment quand ces derniers essaient de défendre leurs acquis, plutôt que de les féliciter lorsqu’ils réalisent de tels actions.
    Merci à vous de mettre, une fois n’est pas coutume à Saint-Vallier, en avant le professionnalisme des ces agents ! Parents dormez sur vos deux oreilles vos enfants sont entre de bonnes mains à l’arbre aux papillons !!