Autres journaux :



vendredi 14 octobre 2016 à 18:55

La police nationale en visite au collège Copernic (Saint-Vallier) et à Roger Vailland (Sanvignes)

Informer les élèves de 6e sur les dangers de la cigarette, l’alcool et la drogue dans le premier cas ! Sur la criminalité, dans le second !



 

Une double opération qui a été menée, ce vendredi matin et simultanément dans les deux établissements du bassin minier.

 

Opération de « sensibilisation-information » confiée à deux policiers-formateurs : Valérie Kosica du commissariat de Montceau et  Christophe Rousseau, policier à Chalon-sur-Saône !

 

Ils l’expriment parfois avec difficulté, pas nécessairement avec les bons mots mais on comprend bien que la cigarette, l’alcool et la drogue ne sont pas des univers inconnus pour ces jeunes élèves de 6e du collège Copernic à Saint-Vallier. Ici, personne ne fume, personne ne boit de l’alcool ni se drogue mais, il n’est pas interdit de penser que la tentation est grande pour  tenter l’expérience. C’est précisément ce qu’il faut éviter, ne pas y « goûter » et, finalement « tomber dedans ».

 

C’est ce à quoi s’attache le policier-formateur Christophe Rousseau, du commissariat de Chalon-sur-Saône, qui visite les établissements scolaires et prône, en quelque sorte, la bonne parole. Le policier s’appuie sur un quizz « vrai ou faux » pour faire passer son message. Les élèves sont réactifs.

 

Mais déjà on constate qu’à 10 ou 11 ans, la chicha est un mot très à la mode et pas que le mot, surtout son utilisation. « C’est encore plus dangereux que la cigarette » prévient Christophe Rousseau.

 

La cigarette, l’alcool, la drogue mais attention également à internet où les adolescents peuvent être des proies. « Les prédateurs les repèrent trop facilement souvent avec le pseudo, du style tof2004. Il sait déjà que c’est un mineur puisqu’il donne une indication sur son âge ». Le policier cite un exemple : « A Chalon-sur-Saône, une fille de 14 ans pensait retrouver une autre fille de son âge à la gare et s’est retrouvée devant un homme d’une cinquantaine d’années ».

 

Face à ces fléaux, il est important que l’entourage des enfants soit à l’écoute, que les enfants eux-mêmes puissent aussi en parler quand ils éprouvent un malaise ou se sentent en danger. Mais c’est souvent le plus difficile.

 

J.B.

 

 

 

pol-14-10-16

 

 

pol-14-10-161

 

 

pol-14-10-162

 

 

pol-14-10-163

 

 

 

 

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer