Autres journaux :


samedi 6 février 2016 à 10:47

« RSA contre bénévolat dans le Haut Rhin » (Social)

Monnayer la solidarité nationale ? Inacceptable !" pour ATD Quart Monde !



 

Un communiqué que nous recevons à l’instant :

 

 

« Ce vendredi 5 février, le département du Haut Rhin vient de voter une mesure conditionnant le versement du Revenu de Solidarité Active (RSA) à la réalisation par ses allocataires de 7 heures hebdomadaires de bénévolat.

 

 

ATD Quart Monde s’insurge contre cette proposition inhumaine et irréaliste.

 

 

Solidarité de la nation ou stigmatisation des allocataires ?

 

 

Le RSA est en effet synonyme de solidarité, celle de la Nation envers ceux qui connaissent de grandes précarités. Cette solidarité leur permet aujourd’hui à peine de survivre : comment se loger et se nourrir décemment avec 500 euros par mois ? Elle est souvent vécue comme une honte, nombreux sont ceux qui préfèrent ne pas recourir à ces allocations par peur du regard des autres (50% de non recours aux RSA en moyenne selon l’ODENORE en 2012). Comment pourrait-on conditionner le versement de cette allocation insuffisante à un travail bénévole ? Comment peut-on imaginer inverser le sens de la solidarité ? De plus 28 heures par mois, c’est totalement irréaliste sur le plan logistique pour les organisations qui devraient accueillir ces travailleurs bénévoles. Va-t-on demander la même chose à tous les chômeurs ou cherche-t-on à culpabiliser les personnes qui vivent des minimas sociaux ?

 

 

Le bénévolat tient de la vie privée

 

 

ATD Quart Monde ne fonctionne que sur l’engagement de ses bénévoles et de ses volontaires permanents. C’est donc une notion essentielle pour nous. Cependant, nous tenons à souligner que l’engagement est de l’ordre de la vie privée. On ne peut et ne doit contraindre personne à s’engager. Personne ne doit avoir à rendre des comptes à qui que ce soit de son activité bénévole. Nombreuses sont les personnes au RSA qui agissent bénévolement à ATD Quart Monde ou dans d’autres associations, mais cela ne peut pas devenir une contrainte.

 

 

Ce que les gens veulent c’est travailler

 

 

La majeure partie des personnes en situation de pauvreté que nous rencontrons veulent être utiles et surtout pouvoir vivre de leur travail. Plutôt que de proposer une activité qui ne sera pas rémunérée et empêche pendant ce temps les personnes de chercher du travail, nous invitons le département du Haut Rhin à s’intéresser à notre projet d’expérimentation Territoires Zéro chômeur de longue durée. Celui-ci vise à rediriger le coûts du chômage de longue durée vers la création d’emplois au SMIC au minimum, et en CDI. Plus d’infos : Dossier de presse Territoires Zéro chômeur de longue durée »

 

 

logo atd06 02 16

 

 

 

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer




11 commentaires sur “« RSA contre bénévolat dans le Haut Rhin » (Social)”

  1. GG dit :

    Cela ne me gêne pas outre mesure.
    Tout travail mérite salaire et inversement.
    Quelques heures de bénévolat permettraient à ces personnes
    de garder un contact humain avec d’autres personnes et de ne
    pas s’éloigner de la vie active, en se rendant utiles.

    • Daniel Z dit :

      Totalement de votre avis, GG.
      D’autant que (Conseil Départemental Haut-Rhin):

      «  » Pour nous, le RSA, c’est 20.000 personnes et 100 millions d’euros en 2016, compensés à 50% seulement par l’ État».

      En outre, a relevé le président de la collectivité, «on va peut-être détecter un certain nombre de bénéficiaires qui seront en incapacité d’effectuer une activité bénévole. Dans ce cas, ils relèvent de l’invalidité, qui est prise en charge par la sécu, et pas du RSA. «  »

      Il serait inhumain de demander à des personnes désœuvrées (hélas), de travailler 7h par semaine ? Mais ce retour progressif vers un réinsertion ne peut qu’être profitable.

      Vous écrivez : « 28 heures par mois, c’est totalement irréaliste sur le plan logistique  »

      Je suis allé voir votre site ( https://www.atd-quartmonde.fr/unemploiundroit/ )où je lis à propos de votre projet sur vos emplois :
      « Ils seront financés en partie par la réaffectation des coûts et manques à gagner dus à la privation durable d’emploi. Il s’agira donc du transfert d’un budget existant et pérenne sans coût supplémentaire pour « l’entreprise France  »
       » Un fonds de financement de l’expérimentation, organisme privé, sera habilité par la loi à recevoir les coûts du chômage de longue durée pour financer les emplois nouveaux à proportion des besoins identifiés sur le territoire »

      En clair : ceux qui gèrent le système sont inefficaces, Donnez nous l’argent et le pouvoir…..
      Pourquoi pas, mais alors ceux qui sont en charge du problème doivent être licenciés sinon il y aura un doublon ?

      Avec respect, amitiés

    • chimel dit :

      bjr ,

      bien d’accord avec vous .personnellement j’ai fait 15 années de benevolat ds une assoc ou j’ai appris que les dirigeante nationaux ont pour la olupart un coeur gros comme ça , beaucoup de compassion et…. quelquefois un peu la téte dans les étroiles .d’ou une grande considèration et une non moins grande amitiè pour eux et de temps a autre des échanges un peu vifs avec les bénèvoles de terrain confrontés a la réalité .

      bon dimanche a vous

  2. rainettegrenouile dit :

    Tout à fait d’accord avec GG
    Ceci devrait être étendu aux personnes qui perçoivent l’allocation chômage. Pourquoi pas quelques heures à la disposition des municipalités ?

  3. Kikidilui dit :

    on ne va tout de même pas les loger et les nourrir pour rien..il est normal qu’il y ai un retour..A force de taper sur les entreprises,c’est tout a fait normale,qu’il n’y ai plus de boulot…elles font faillite,ou bien partent à l’étranger,et avec juste raison,en FRANCE il est impossible de travailler,on vous met tout de suite les bâtons dans les roues,avec des charges à n’en plus finir….pour faire de l’assistanat bien entendu…On est mal barrés,la FRANCE mettra des années pour se redresser…

  4. Babs210 dit :

    En réponse à tous: je travaille, je touche en complément le RSA, et je suis malgré tout bien en dessous du seuil de pauvreté ; le « bénévolat » dont vous vous gargarisez, je le fais en rentrant chez moi, m’occuper d’une personne de famille atteinte de la maladie d’Alzheimer que, faute de moyens, je ne peux placer ; et vous voulez que j’aille m’occuper des retraités qui gagnent le triple et vont passer le temps dans un « club ». Qui se moque de qui ? Et là je suis vraiment en colère.
    Alors, SVP, merci de bien vouloir passer mon message !

    • Daniel Z dit :

      Merci Babs.

      Vous montrez que rien n’est jamais simple.

      A partir de ce que vous nous décrivez, et vous n’êtes surement pas la seule, vous mettez en évidence que vous êtes très loin d’être inactive.
      Perso, j’avais mis une condition à la proposition du Conseil ; à savoir que cette contrainte ne devrait s’appliquer qu’aux personnes désœuvrées.

      Bon courage et amitiés.

  5. roussillon dit :

    Tout à fait d’accord pour que les bénéficiaires d’une allocation de subsistance, ne tournent pas en rond à la maison et que leur soit proposée une activité.

    (Souvenons nous du Revenu Minimum d’Insertion où avait été privilégiée la partie « revenu » au détriment de la partie « insertion »)

    Pas d’accord pour contraindre à un quelconque bénévolat les chômeurs qui ont cotisé à une assurance, précisément contre le risque chômage.

  6. Kikidilui dit :

    Celà veut dire comme expliqué que si l’on ne matraquait pas le privé et les Français comme le font si bien nos gouvernements,il y aurait des investissements et du travail,donc pas besoin de RSA,mais en gauchisant la FRANCE,on en est pas encore là!