Autres journaux :



dimanche 13 mars 2016 à 07:05

Christophe Sirugue en visite à l’IME de Saint-Vallier

Une excellente matinée



Les papillons blancs ce n’est pas de l’entomologie mais de l’aventure humaine depuis les années 50 au cours desquelles s’est créée l’association des Papillons Blancs. Son fondateur est à l’origine d’un texte de loi en mars 1956 qui bouleversa les idées reçues et améliora considérablement les conditions de vie des personnes handicapées, permettant leur prise en charge dans des établissements agrées, lorsqu’ils sont refusés par l’éducation nationale. Cette loi et cette association permettent que sur tout le territoire se mobilisent les familles d’enfants handicapés, les responsables locaux et des personnes touchées par cette détresse sociale.

 

 

Le Député Sirugue, qui travaille à la demande du gouvernement sur une mission concernant les minimas sociaux dont il sera le rapporteur, se trouve là au cœur d’un sujet qu’il étudie et dont les conséquences sont prégnantes pour les futurs travailleurs qui vont sortir de l’IM Pro. Car les 4 jeunes qui font face à l’aéropage des administrateurs, des élus, des cadres et représentants d’agences (dont l’ARS), ces 4 jeunes ont intériorisé les difficultés qui les attendent, les aléas des assistances financières face aux minimas sociaux auxquels ils peuvent prétendre et le frein que cela peut être à l’acquisition d’une autonomie matérielle et financière.

 

 

ime sirugue 1303162

 

Ils ont entre 18 et 20 ans et leur maturité, leur lucidité sur ce qu’ils sont, ce qu’ils ont comme protection à l’heure actuelle et sur les difficultés de quotidien qui les attendent est très étonnant. Il n’est pas certain que beaucoup de jeunes, dans le cursus normal des lycées atteignent un tel degré de maturité et d’introspection.

 

Pour cela, dès qu’ils atteignent 18 ans ils passent en module de préparation à la sortie dans le monde du travail. Cela implique un parcours d’autonomisation des élèves dans tous les aspects et actes du quotidien. Cela commence par l’acquisition d’automatismes de base comme le ménage, les actes courants du locataire, les nécessités de la vie personnelle hors cadre de de l’IME, la solitude en soirée, l’absence de référent à tout moment.
Sur le plan professionnel l’accent est mis sur les apprentissages, l’orientation au travers des ateliers, la prise de conscience des parcours et des niveaux et obstacles à franchir.

 

 

« Vous vous rodez à ce que vous devrez et pourrez faire dans un emploi. Vous aurez ainsi les éléments de compréhension pour faire face aux évènements de votre vie et pour trouver les réponses à vos interrogations personnelles. Ces moments, ces mois, que vous passez là dans ce module de préparation à la sortie est très important pour votre avenir, pour construire votre confiance en vous. Il est très important que vous ayez confiance en vous. Mais ce que je vous dis peut s’appliquer à tous les jeunes qui se trouvent d’un coup plongés dans la vie active. Vous avez analysé les difficultés qui se présentent ou vont se présenter à vous, il faut vous servir de ce que vous apprenez ou vivez ici pour les surmonter. » C’est Christophe Sirugue qui répond ainsi aux jeunes face à lui qui expriment leurs inquiétudes et leurs attentes profondes.

 

La table ronde s’est organisée entre l’attachée parlementaire de Christophe Sirugue, Hélène Gaufichon et l’éducateur spécialisé de l’IME Thierry Laudet. Les jeunes de l’IM Pro sont dans un parcours de préparation à la vie citoyenne, ils sont électeurs et il est apparu que la visite du Député et le partage de son expérience d’élu pourrait être un plus pour eux. En fait tout ne se déroule pas selon le plan de travail et les échanges, moins formalisés, n’en sont pas moins profonds et très constructifs.

 

Tout a commencé par un tour de table, la présentation de l’association, de l’établissement du cursus IM Pro. Entre la direction et l’ARS il y a eu des échanges de félicitations comme avec la municipalité sur le travail en commun concernant les dossiers de demande de financement ou un édito dans un bulletin municipal. Il a été souligné qu’il existe des difficultés concernant le domaine théorique par rapport à l’apprentissage ordinaire. Il conviendrait que soit mis en place sur la dimension théorique des épreuves un allègement pour les ressortissants de l’IM Pro. En fait sur le fond il n’y a pas de problème dans le domaine pratique. Les jeunes de l’IM Pro ont un excellent niveau, c’est avec la partie plus scolaire de la théorie qu’ils ont plus de difficultés. Ils en ont conscience et l’expriment avec lucidité.

 

 

Ils présentent les ateliers auxquels ils prennent part. Pour les deux garçons c’est atelier autonomie pour l’un et atelier espaces verts pour l’autre. Il y aussi apprentissage sur engins dans le cadre de préparation à la sortie dans le monde du travail. Les filles c’est atelier cuisine, elles aiment cela. Ce n’est pas parce qu’elles sont des filles, c’est l’orientation professionnelle qui leur plait. Tous s’épanouissent dans leur formation.

 

 

Le dialogue s’est noué autour de ça en fait et avant que tout le monde aille visiter les locaux de l’IME, le Député et les jeunes ont échangés sur le quotidien, l’avenir, le monde extérieur. Christophe Sirugue explique qu’il est important lorsque l’on est parlementaire de faire le point sur le quotidien. « C’est essentiel lorsque l’on fait la loi de maintenir un lien entre la vie quotidienne et le travail parlementaire. Il est important d’avoir des échanges, d’être attentif à ce qui existe, ce qui fonctionne, ce qui dysfonctionne dans les textes que l’on vote pour pouvoir les modifier à bon escient. Par exemple l’allégement sur les épreuves théoriques dont nous parlions plus tôt. C’est pour ça que cette table ronde est importante pour moi en qualité de membre de la commission des affaires sociales, donc très intéressé par les activités de votre secteur. »

 

Rappelons que Les Papillons Blancs ont pour but d’apporter aux familles l’appui moral et matériel indispensable et de développer entre elles l’esprit d’entraide et de solidarité nécessaire. D’apporter aide et conseil aux familles, de promouvoir et de mettre en œuvre tout ce qui pourrait être nécessaire pour le meilleur développement physique, intellectuel et moral de leurs enfants. Cela passe par la création et la gestion d’établissements appropriés tendant à l’éducation, la rééducation, l’adaptation, la mise au travail, l’insertion sociale, l’hébergement, l’organisation des loisirs, etc. C’est ce que vous pouvez trouver comme renseignements à l’adresse http://www.udaf71.fr/associations/assoc-non-fed/10-assocs/163-papillons-blancs-de-blanzy

 

 

A Saint Vallier se trouve le pôle éducation. Sur l’ensemble du bassin minier il existe plusieurs établissements employant 150 salariés, avec une progression au cours des dernières années de 12%. Le budget est de 10 millions d’€, soit le budget d’une petite commune.

 

 

Les jeunes qui animent cette table ronde sont invités par le Député à venir au printemps visiter l’assemblée nationale.

 

 

C’est au cours de la visite et surtout du repas que le « cours » de droit constitutionnel a lieu. C’est une manière de s’exprimer, mais c’est dans ces moments que les échanges furent les plus fructueux sur le sujet. Et la connaissance de certains jeunes en ce qui concerne le personnel politique, l’actualité était étonnante. Christophe Sirugue s’est déclaré heureux de cette rencontre. Ce fut pour lui une très belle matinée.

 

 

Pour les jeunes aussi sans aucun doute vu leur satisfaction et leur enthousiasme.

 

 

 

Gilles Desnoix

 

 

 

 

ime sirugue 1303163

 

 

ime sirugue 1303164

 

 

ime sirugue 1303165

 

 

ime sirugue 1303166

 

 

ime sirugue 1303167

 

 

ime sirugue 1303168

 

ime sirugue 1303169

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer