Autres journaux :



jeudi 8 septembre 2016 à 12:58

« Pour une santé de proximité et de qualité  Augmenter le numerus clausus ! » (Santé – Politique)

Dit le PCF, membre du Front de gauche



 

« Lors de la visite de Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales et de la Santé, le problème de la pénurie de médecins a été évoqué mais sans jamais aller au fond des causes de cette pénurie.

 

La pénurie de médecins est très préoccupante, avec le départ de plusieurs médecins il est de plus en plus difficile d’en trouver des nouveaux. Cette situation ira s’aggraver avec des nouveaux départs. Pourquoi cette pénurie ? Avec des différences dans la répartition des médecins sur le territoire national, cette pénurie était prévisible en sachant qu’il faut au moins 10 ans pour former un médecin ! En effet l’introduction du numerus clausus (nombre d’admis en deuxième année de médecine, fixé par le gouvernement) et sa diminution drastique a conduit à la situation d’aujourd’hui: le nombre de médecins formés n’est pas suffisant pour répondre aux besoins de la population. En 1971-1972 ce nombre était de 8.588, ensuite il a diminué progressivement jusqu’à 3.500 en 1992-1993, pour remonter progressivement à 7.646 en 2015-2016. Seulement 20 % des étudiants de PACES (première année commune aux études de santé) passent en deuxième année, toutes filières (médecine, odontologie, pharmacie, sage-femme) confondues.

 

Selon le docteur Christophe Prudhomme, médecin urgentiste, 40.000 médecins, soit un sur cinq exerçant en France, ont obtenu leur diplôme à l’étranger. Le barrage à l’entrée des études oblige de nombreux jeunes à partir à l’étranger, notamment en Roumanie. Cette situation entraîne une hausse continue de la fréquentation des services d’urgence.

 

Il est donc impératif d’augmenter d’une manière significative le numerus clausus et faciliter les formations des jeunes étudiants en médecine. »

 

Montceau-les-Mines, le 4 septembre 2016

 

 

new PCF 20 07 16

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer




4 commentaires sur “« Pour une santé de proximité et de qualité  Augmenter le numerus clausus ! » (Santé – Politique)”

  1. loupblanc dit :

    nivellement par le bas
    un diplôme en Belgique ou Roumanie ( encore heureux que les pharmaciens décortiquent les ordonnances …… la terminologie des molécules en Roumanie est différente de la France )
    c’est un peu comme passer le concours de professeur des écoles entre Dijon et Créteil ( à Créteil avec 6/20 vous êtes nommé )

  2. chimel dit :

    slt ,

    vous avez raison il faut savoir changer d’opinion quand on découvre qu’on a fait une erreur .en effet la plus forte réduction du numerus est le fait de martine aubry ministre de la santé du gouvernement jospin auquel vous participiez soit directement soit comme partie significative de la majorité qui le soutenait .le but de l’opération était de réduire les couts en diminuant l’offre .

    je vous souhaite une bonne rentrée .

  3. olga dit :

    tiens une idee pour avoir des médecins dans les communes celles ci pourrait aider les demandeurs. en echange de leurs services pour un nombre d annees prédéfinies a l avance et suivant l investissement car tout est une question d argent non

  4. roussillon dit :

    Pour 2015-2016 , le nombre d’étudiants admis à intégrer la 2ème année de fac de médecine est de 7633 dont 1529 à Paris et à peine 229 à Dijon.

    A la sortie,au bout de 7 à 10 ans, parions que les finalistes choisiront les spécialités, et que s’ils se portent vers la médecine générale (?!) ils iront peupler les villes tandis que les campagnes n’ont plus d’école,de postes P et T, d’hôpitaux ..etc..

    Mais c’est vrai que vivre en ville s’accompagne de troubles respiratoires, de bruit, d’énervements de toutes sortes, mais Ô, surprise, de pas plus de troubles psychiques qu’en zones rurales