Autres journaux :


vendredi 18 novembre 2016 à 05:20

« Énergie : après les fermetures, les coupures ? » (Politique)

S'interroge le PCF – membre du Front de Gauche (Section du Bassin minier)



 

Récemment le Directeur d’exploitation du Réseau de transport d’électricité (RTE) annonçait sa crainte de devoir pratiquer des coupures dans l’approvisionnement de l’électricité cet hiver s’il est trop froid. La cause serait l’arrêt de plusieurs réacteurs nucléaires. Ces arrêts ne sont pas habituels durant la période hivernale et donc le risque de ne pouvoir pas satisfaire la demande d’électricité est réel. Mais il ne faut pas oublier que la fermeture des centrales à charbon, au fioul et au gaz, qui contribuaient à couvrir les besoins dans les périodes de pointe de consommation, n’arrange pas la situation actuelle. En effet RTE en septembre 2014 tirait déjà la sonnette d’alarme à cause de la fermetures des centrales thermiques. Selon RTE le déficit de cet hiver, si le froid est intense, avait été évalué à 2000 MW. L’importation d’électricité, aléatoire et très coûteuse, serait-elle suffisante pour couvrir les besoins? S’il le faut RTE envisage dés maintenant des coupures d’électricité y compris chez les particuliers. Nous sommes loin d’être assurés pour cet hiver!

 

 

La centrale thermique de Montceau-les-Mines. L’ouverture du capital et ensuite la cession totale à des sociétés privées de la centrale de Lucy III (250 MW), appartenant à la Société Nationale d’Electricité et de Thermie (SNET), devait assurer la pérennité de l’activité. Ces opérations se sont soldées par la fin de la production d’électricité et aujourd’hui le démantèlement de la centrale est envisagé. La stratégie des groupes privés (Endesa, E.On. et aujourd’hui Uniper) est de créer une pénurie d’énergie électrique et d’encaisser les profits à court terme. En tenant compte du fait que les centrales thermiques, comme la centrale de Lucy la seule en Bourgogne, assuraient les consommations de pointe , il est contraire à l’intérêt général de ne pas envisager leur reconversion dans un mix énergétique où les énergies renouvelables auraient leur place.

 

 

Pour une réponse publique face à la stratégie d’Uniper

 

D’autres solutions existent, pour la centrale de Lucy et son personnel, que le démantèlement. Les pouvoirs publics doivent agir pour le maintien et le développement d’un service public de l’énergie, par la maîtrise totale de la production, du transport et de la distribution. C’est la condition pour satisfaire l’égalité de traitement des usagers, la sécurité et la protection de l’environnement. Il est donc urgent d’apporter une solution durable à l’approvisionnement électrique par la nationalisation d’Uniper France et la démocratisation de sa gestion sous le contrôle des usagers, de l’État et des salariés. »

 

 

 

 

pcf-2109162

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer




2 commentaires sur “« Énergie : après les fermetures, les coupures ? » (Politique)”

  1. Daniel Z dit :

    Est il préférable de prolonger la fabrication d’énergie par des systèmes obsolètes, polluants, un statut d’entreprise ruineux, etc, ; ou de lancer un gigantesque plan d’économie d’énergie ?

    Par exemple en arrêtant le versement de royalties aux plus riches, et en consacrant l’argent à la création d’entreprises de droit privé axées sur l’isolation et le rendement énergétique ?

    Actuellement, qui va éponger le gouffre crée par l’application de dogmes curieux ?

    Un client arrive dans un hôtel, paye la chambre d’avance sous réserve qu’elle lui plaise mais part faire un achat. Le cafetier utilise tout l’argent pour rembourser sa dette au marchand de vin, lequel peut immédiatement rembourser la péripatéticienne qui s’occupe de lui, laquelle peut immédiatement rembourser les locations de chambre auprès de l’hôtelier.
    Le client revient mais ne prend pas la chambre.
    L’ hôtelier le rembourse.
    Au final, tout le monde est content !! Les dettes sont « épongées »!!

    Quel rapport ?

    Si j’ai bien compris, l’ État (qui possède EDF à 85%) s’est voté une loi l’obligeant à acheter fort cher l’électricité « verte ».
    Cette politique aurait coûté 4.9 milliards d’ €…. que le dit état va rembourser à EDF.

    Pincez moi !!!! Nos politiciens, c’est « ça » ?

    Amitiés

  2. guillaume dit :

    Cher Daniel,
    ce n’est pas l’état qui va payer, c’est vous!
    L’ouverture des marchés devait faire baisser les prix, seulement ils augmentent. L’état actionnaire d’EDF récupère presque directement près de 60% de la facture de chacun forçant même cette entreprise a emprunter pour payer les dividendes.
    Et même a vendre RTE (merci MACRON) pour récupérer de la trésorerie et fourguer des EPR aux anglais et surtout pour ouvrir le marché au chinois ( en effet dans l’accord avec les anglais, la vente de l’EPR financé a moitié par les chinois comprend aussi la vente a postériori de 3 autres centrales 100%chinoises).
    Voila donc je résume: des coupures, de l’électricité plus chère, des entreprises françaises endettées et démantelées, des actionnaires encore plus riches, des chinois contents, des EPR qui ne marchent pas encore, un état dépouillé…, voila c’est ça nos politiciens.