Autres journaux :



mercredi 3 mai 2017 à 16:30

Second tour de l’élection présidentielle (Politique)

David Marti, maire du Creusot et président de la Communauté urbaine prend position...



La  déclaration de M. David Marti, maire du Creusot et  président de la Communauté urbaine, concernant le second tour de l’élection présidentielle.

 

 

« En 2002, nous étions nombreux à avoir, sans concession, bâti un rempart républicain contre le Front National et son candidat de l’époque Jean-Marie Le Pen.

 

 

En 2017, c’est un Front « plus lisse » qui s’est présenté aux électeurs et à la France entière, incarné par sa fille et héritière Marine Le Pen. Plus lisse, car cherchant à gommer superficiellement certains aspects peu reluisants de l’histoire de son parti. Notamment ses facettes négationnistes et antisémites qui empêchaient cette extrême droite de gravir plus rapidement les échelons du scrutin populaire. Sa stratégie politique ? Une dédiabolisation programmée en gage de fréquentabilité.

 

 

Mais aujourd’hui, le constat est pourtant clair : les racines du Front National sont toujours aussi durement ancrées dans le nationalisme, la haine de l’autre, l’irresponsabilité et le rejet des valeurs républicaines qui font le socle de notre unité et de notre devise nationale : Liberté, Egalité, Fraternité.

 

 

La négation de la responsabilité de l’Etat français, concernant la rafle du Vel d’Hiv’ en 1942 n’est pas un énième dérapage de la candidate de l’extrême droite. Il s’agit d’un acte avéré confirmant la nature dure, identitaire, vénéneuse d’un parti qui cherche à distiller à tout va, un poison.

 

 

A aucun moment, il n’est acceptable que la haine puisse incarner un programme politique, ou qu’il puisse être envisagé de confier les rênes de notre pays à la xénophobie, à l’euroscepticisme et à l’isolationnisme.

 

 

Mon histoire personnelle et familiale est comme celle de beaucoup d’autres Creusotins et Français. Un parcours rendu possible par le métissage culturel et le tissage de liens forts sur un territoire lui aussi, si varié. La France a su ouvrir ses portes à beaucoup d’hommes et de femmes venus se construire ici, parfois à leur péril, souvent pour leur survie. Alors pourquoi devrions-nous céder à la défiance de l’autre ? Faut-il rappeler que voir des différences chez l’autre, c’est aussi en reconnaître sa qualité et sa diversité ? Attention aux temps sombres, aux périodes de l’histoire, où cette richesse a été oubliée, stigmatisée, étouffée. Cela est d’ailleurs encore le cas aujourd’hui, dans de nombreuses régions du monde, où l’intolérance et les discriminations perdurent et tuent.

 

 

Le Front National argue souvent qu’il y a une « culpabilisation » du peuple français et de leur histoire. Connaître l’Histoire et l’interroger, c’est lui donner du sens, refuser que des drames puissent se reproduire. Reconnaître la ou les responsabilités historiques, c’est aussi avancer plus sereinement vers un avenir commun.

 

 

Un des autres versants du Front National est son incapacité à ébaucher des propositions pour un pays plus fort car plus égalitaire, plus moderne et résolument tourné vers l’avenir. L’irresponsabilité économique de ce programme est en tout point inapplicable, sinon carrément dangereux pour l’intégrité économique de la France et tout particulièrement au Creusot.

 

 

Dans notre ville, les efforts ont été nombreux et soutenus, pour lutter contre la désindustrialisation et la désertification de notre territoire. Notre économie locale est un maillage important de petites, moyennes entreprises et grands groupes industriels, indissociables de l’ADN de notre ville et fortement tournées vers l’international. Ce n’est pas un mélange des genres, c’est une composante de son dynamisme et un critère essentiel de son rayonnement.

 

 

Autrement, qu’en seraient-ils des productions creusotines exportées dans le monde et en Europe ? Quel avenir pour ces commandes et ces capitaux étrangers qui contribuent à faire vivre les habitants et poursuivre ce développement ? Qu’adviendra-t-il de ces combats si durement menés pour conserver et favoriser ces nombreux gages de progrès et de modernité, qui dotent notre ville de son caractère si original et exceptionnel ?

 

 

Le FN feule régulièrement sur l’inaction de l’Union Européenne. Il n’en est rien au Creusot, où le soutien européen est partout, mais souvent trop vite oublié. Il est présent dans notre cœur de ville et son embellissement, dans nos projets locaux au service de la population, auprès de notre patrimoine et de nos industries.

 

 

En effet, on parle parfois de « miracle » pour illustrer le rayonnement de pays ou de territoires qui ont su se relever malgré les crises. On évoque alors trop peu le rôle majeur de l’Union Européenne dans ces cas de figure. Dans notre ville, la réindustrialisation a été rendue possible par ce soutien : le développement creusotin s’est bâti avec l’Europe depuis des années et cela est vrai encore aujourd’hui. Main dans la main avec l’ensemble des travailleurs, les femmes et les hommes qui sont les garants de ce rayonnement et font vivre la ville de toutes les énergies.

 

 

L’Europe n’est pas malade. Bien entendu, il nous faut poursuivre sa construction et l’amélioration de ses structures. Néanmoins, une sortie de l’Union Européenne serait une catastrophe sans précédent pour notre économie. Remise en cause de notre stabilité économique, recul du progrès social, menaces sur notre diplomatie, etc. Et dans notre ville ? Chômage, précarité, baisse du pouvoir d’achat, distension du lien social… Il serait trop candide de penser que les politiques isolationnistes et protectionnistes de Marine Le Pen ne seraient préjudiciables qu’à l’échelle nationale ! A l’inverse, mon inquiétude va en premier lieu pour mes concitoyens dont la situation sociale et économique serait largement défavorisée par une extrême droite qui ne défend en rien leurs intérêts.

 

 

Car aucun progrès économique ni avancée sociale, ne peut fleurir sur le durcissement des frontières, la culture de l’entre-soi et la suspicion permanente. Aucun peuple ne peut vivre dignement et sereinement dans le nationalisme et l’exclusion de l’autre.

 Ainsi, le 7 mai, lors du second tour de l’élection présidentielle, j’appelle à un vote de responsabilité. En conscience de la menace de l’extrême-droite, sa dangerosité et son incapacité à proposer toute forme de dialogue constructif ou projet d’un vivre-ensemble présent et futur. Toute abstention ou vote blanc ne fera que renforcer un peu plus le Front National et ses positions extrêmes.

Le 7 mai, j’appelle donc à voter massivement pour Emmanuel Macron :

 

 

un candidat européen, qui défend la responsabilité et l’engagement fort de la France au sein de l’Union Européenne,

 

 

un candidat qui appelle au respect des valeurs de notre République, à sa préservation et au renouvellement de notre système démocratique,

 

 

Un candidat qui non seulement soutient l’industrie locale dans toutes ses composantes mais qui a également affirmé son engagement en tant que Ministre auprès de notre ville. En reconnaissance notamment de sa participation active et essentielle à la souveraineté énergétique de notre pays ; ainsi qu’à la valeur des savoir-faire et techniques que nous développons au Creusot. »

 

 

David Marti

 

Maire du Creusot  et Président de la Communauté Urbaine Creusot-Montceau

 

 

 

 

new David Marti 13 03 16

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer




4 commentaires sur “Second tour de l’élection présidentielle (Politique)”

  1. Kikidilui dit :

    Ben voyons!Arrêtez de conditionner le vote des Français,pour dimanche mr Marti,comme le font les journalistes gauchistes sur les chaines TV!La rafle du veldiv s’est faite sous pression nazi,et ce n’est pas le fait de la France telle qu’on la connaît actuellement!
    A dimanche 20h mr Marti…l’écart se resserre…çà va être chaud..!!

  2. caton christian dit :

    Vous nous mettez sous tutelle Monsieur Le Président ?
    Christian Caton

  3. lavoisier dit :

    Bravo Mr Marti, vous avez raison en 2002 nous avons pas hésité une seconde pour faire barrage à l’extrême droite et voter pour la droite représenté a l’époque par Mr Chirac.
    Aujourd’hui certains l’aire issu de cette famille politique, ce disant meme heritié de l’air Chirac n’ont même pas fait appel à faire barrage au FN, sans aucun doute les électeurs s’en souviendrons le moment venu, et si certains ont la mémoire courte, d’autres ne l’ont pas, à bon entendeur…

  4. gilbert71 dit :

    faut pas pleurer qui a fait monté le FN pour affaiblir la droite …LE PS et maintenant vous donnez des leçons on est adulte et responsable dans l’isoloir aussi